Trafic de stupéfiants à Nancy et Maxéville : plusieurs individus écroués

Nancy Agglo. La police a mis fin cette semaine à un trafic de stupéfiants. Quatre individus d’une vingtaine d’années ont été placés en garde à vue et écroués.

police-Nancy

Informée au mois de juillet qu’un dealeur de cocaïne, héroïne et cannabis à Nancy agissait sur le secteur de la Place Loritz à Nancy, la brigade des stupéfiants de la sûreté départementale allait monter des surveillances sur le secteur. Des opérations qui permettaient de localiser plus finement les lieux du trafic. Par le biais d’écoutes téléphoniques, une trentaine de clients étaient identifiés dont une majorité s’approvisionnait sur le secteur entre 22 h et 23 h 30.

Le dealer se sentant repéré, ce dernier changeait de lieu d’implantation fin septembre pour s’installer dans un logement à Maxéville, proche du foyer du Grand Sauvoy, pour dealer au niveau du canal. L’individu initiait ensuite deux jeunes à la vente pour l'épauler. L’enquête progressait et permettait à la brigade des stupéfiants d’identifier la personne qui dealait, les deux jeunes initiés à la vente ainsi que le donneur d’ordre qui approvisionnait et contrôlait le trafic sur le secteur des Provinces à Laxou. L’interpellation se déroulait le 6 octobre en journée, au moment d’une transaction. Alors que les deux clients étaient remis en liberté avec un rappel à la loi, le donneur d’ordre, le dealeur et les "petits jeunes" âgés d’une vingtaine d’années étaient placés en garde à vue à l'hôtel de police de Nancy.

Dans le même temps, une perquisition au domicile du dealeur était menée, la police y retrouvait 30 g d’héroïne, 54 g de cocaïne, 100 g de cannabis, 200 g d’herbe ainsi que tout le matériel pour dealer ainsi que 3200 euros en liquide et une arme de poing. Entendus sur ce trafic, les individus ont minimisé les faits. Ils ont été présentés vendredi après-midi en vue d’une comparution immédiate et ils ont été écroués en attente de leur jugement en décembre 2015. Les enquêteurs estiment que ce trafic permettait d'écouler depuis le début de l’année sur l'agglomération de Nancy « environ 1 kg d’héroïne par mois, 50 à 70 g de cocaïne et un kilo de shit » par mois.