Municipales 2014: Laurent Hénart recadre Bégorre et tacle le couple Féron-Klein

Nancy- Invité à réagir sur la candidature de Henri Bégorre à la présidence du Grand Nancy, Laurent Hénart en a profité pour tacler l'entente entre Hervé Féron et Mathieu Klein.
 Henart12
Laurent Hénart recadre Bégorre et tacle le couple Féron-Klein - photo d'archives www ici c nancy fr

Mardi lors de la conférence de presse officialisant le ralliement du MoDem à la liste de Laurent Hénart, nous avons interrogé ce dernier concernant la candidature de Henri Bégorre à la présidence du Grand Nancy. L'occasion pour la tête de liste UDI-UMP de réaffirmer son soutien à André Rossinot avec lequel il y a eu entente « Je ne reviens jamais sur les engagements que je prends. » Selon l'actuel adjoint au maire de Nancy, le président du Grand Nancy est le meilleur candidat à sa propre succession pour répondre notamment aux difficultés qui s'annoncent comme la baisse des dotations de l'État et la réorganisation de la communauté que cela va engendrer, la coopération des territoires avec le Silon Lorrain et l'équilibre entre la ville centre et les communes périphériques au sein même de la communauté urbaine. Laurent Hénart juge également André Rossinot comme le meilleur candidat, car « il n'est candidat à rien derrière, il tiendra une fonction de président arbitre idéale dans cette période. » Alors évidemment, le secrétaire général de l'UDI n'a pas voulu enfoncer le membre de sa famille politique « qui est arrivé en même temps qu'André Rossinot dans la politique locale, mais qui n'a pas eu le même parcours » lui souhaitant « d'être élu à Maxéville » mais jugeant quand même cette annonce prématurée « chacun ferait bien de s'occuper de la première étape.» Mais tout le monde a bien compris le risque de cette candidature « peut-être pas définitive » notamment en cas de défaite de la gauche, Laurent Hénart prévient « ce que je souhaite c'est que cette annonce ne donne pas lieu à des manoeuvres comme le parti socialiste à l'habitude, quand ils ne gagnent pas avec électeurs, ils essaient d'avoir une 3e mi-temps dans les couloirs , il ne faut pas se prêter à des manoeuvres socialistes. »  

Percevant déjà les ricanements de l'adversaire concernant les divisions dans la majorité communautaire, Laurent Hénart a tenu à renvoyer le compliment lançant « que sur l'intercommunalité, les socialistes sont à la ramasse. » Dans la ligne de mire du candidat UDI, la relation Hervé Féron-Mathieu Klein jugée très précaire « des oppositions majeures les séparent » par exemple sur le cumul des mandats qui avait donné lieu après les élections législatives de 2012 à des remarques acides par blogs interposés. De mauvaise augure selon Laurent Hénart « alors qu'il faut attendre du maire de la ville centre et du président de la communauté urbaine qu'ils soient capables de travailler en confiance avec une intimité sur les valeurs défendues. »