Renaissance Nancy: la droite répond à un Féron suspicieux

Nancy- Hervé Féron a réveillé la vie politique du Grand Nancy avec ses déclarations sur l'événement Nancy Renaissance 2013 

rossinot21

Les déclarations d'Hervé Féron qui insinuait lundi dans la presse locale que les entreprises privées partenaires de l'événement Nancy Renaissance 2013 se sentaient obligées de participer financièrement à la manifestation ont mis fin à la trêve estivale dans la vie politique du Grand Nancy. Par le biais d'un communiqué André Rossinot, Laurent Hénart et Marie-Christine Leroy, ont exprimé « leur étonnement et leur surprise face aux déclarations, assertions et insinuations d’Hervé FERON » des déclarations qui démontrent « un sectarisme de mauvais aloi, mais aussi — et c’est plus grave — une méconnaissance totale des mécanismes économiques au service de l’attractivité touristique et de la qualité de vie de notre territoire. »

Après avoir rappelé la légalité du mécénat et l'existence des délibérations soumises au conseil municipal de la ville de Nancy et au conseil communautaire du Grand Nancy concernant les conventions de partenariat, le communiqué annonce l'installation d'un comité de pilotage « afin de mener une évaluation fine et un bilan précis tant économique que touristique de cet évènement » dont on peut déjà parler de réussite au vu des chiffres de fréquentation des différentes manifestations. Pour André Rossinot, le maire de Tomblaine, par ses déclarations, montre « une méconnaissance surprenante de la vie démocratique du Grand Nancy, lui qui prétend vouloir jouer demain un rôle éminent à la présidence de la Communauté urbaine. » Les vacances sont terminées...

Évaluer cet élément
(0 Votes)