Inauguration de la r​éserve commune des m​usées de Nancy et du​ Grand Nancy

CULTURE. La Ville de Nancy et la communauté urbaine du Grand Nancy se sont associées pour la construction d’une réserve commune à cinq musées du Grand Nancy. Le bâtiment situé sur le site de Saint-Jacques II à Maxéville a été inauguré lundi et abritera les collections muséologiques non exposées. Une opération de développement culturel durable unique en France.
reservemusee.nancy
Inauguration de la réserve commune des musées de Nancy et du Grand Nancy. crédit photo ici-c-nancy.fr

Dix-neuf mois. C'est le temps qu'il aura fallu pour construire ce tout nouvel équipement qui va servir au territoire de Nancy et du Grand Nancy et ainsi accueillir leur patrimoine et leur science. Spécificité de ce nouveau bâtiment, son caractère partagé puisqu'il mutualise les réserves de cinq établissements du Grand Nancy labellisés « musées de France » pour recevoir leur patrimoine commun dans les domaines des Beaux-arts, de la culture scientifique et technique, des arts décoratifs qu’ils dépendent de la Ville de Nancy comme le Musée des Beaux-arts, le Musée de l’École de Nancy et le Musée Lorrain, ou de la Communauté urbaine du Grand Nancy comme le Musée de l’histoire du fer sur le Domaine de Montaigu à Jarville-la-Malgrange et Laneuveville-devant-Nancy et le Muséum-Aquarium à Nancy. 

reserve.muséesnancy

« Il s'agit du premier lieu de ce type en France, nous ouvrons aujourd'hui une première nationale sur la méthodologie... Le fait que les musées acceptent de travailler ensemble c'est une révolution culturelle et nous l'avons faite à Nancy... C'est une dimension de coopération intelligente »  André Rossinot

Une réserve pour permettre de valoriser les fonds des musées de l'agglomération nancéienne et du Grand Nancy

La réserve commune qui se dévoile sur 3 573 m2 de surfaces utiles et 19 990 m2 de terrain permettra de valoriser les différents fonds de la Ville de Nancy et de la communauté urbaine du Grand Nancy, avec le soutien financier de l’État et de la Région Lorraine. En tout, une quarantaine de locaux ont été construits dont 22 espaces dédiés au stockage du musée des beaux arts de l'école de Nancy, du musée du fer qui permettront un accueil préservé avec une ventilation spécifique, hygrométrie constante, conditions de sécurité optimum pour les œuvres.. La création de ce nouvel espace devrait donc offrir des conditions optimales de conservation de ces dernières tout en permettant de gagner des espaces d’expositions dans les différents musées. « Les fonctions de ce coffre-fort c'est surtout de mutualiser les activités des musées de la Ville de Nancy ou du Grand Nancy avec la mise en place d'un centre de gestion des collections, ce n'est pas un simple lieu de stockage » rappelle Marie-Christine Leroy, Vice présidente au Grand Nancy déléguée aux équipements de culture scientifique et technique. Les missions de l'équipement sont multiples et varient de la conservation préventive des oeuvres à la gestion de l'inventaire, ou encore à assurer leur mouvement afin d'en faciliter l'étude auprès des publics étudiants ou spécialisés. C'est également un lieu vivant d'étude, de conservation et de préservation des pièces pour permettre « de ne pas laisser des oeuvres éternellement exposées dans les musées » et de « faire vivre les collections » estime encore Laurent Hénart, délégué à la culture, la coordination des fêtes et animations et les grands événements qui explique que la réserve permettra de mieux « irriguer le réseau culturel français ». Les espaces dégagés seront dédiés à des espaces de médiation scientifique et technique pour porter la connaissance. 

La réserve aura coûté 8,68 M€, financé à hauteur de 33 % par l'État, 33 % par la Région Lorraine, 25,5 % par la Ville de Nancy et de 8,5 % par la communauté urbaine du Grand Nancy. La ville de Nancy pour le compte de la communauté urbaine assurera le fonctionnement des réserves. 

Évaluer cet élément
(0 Votes)