Eau, énergie et climat : Nancy et la Métropole affinent leur plan de sobriété pour alléger la facture

Pour faire face à la crise énergétique et à la flambée des énergies fossiles, la Métropole du Grand Nancy et la Ville de Nancy prévoient des mesures d'économies à travers un plan de sobriété qui sera soumis aux élus. 

Après une crise sanitaire particulièrement éprouvante, la crise qui affecte désormais l'Europe ne s'annonce pas moins rude. Un avis de tempête marqué par une flambée des coûts de l'énergie qui pousse les collectivités à l'action et à se préparer à réduire leur consommation.

"Ces deux années sont des bouleversements dont nous n'avons pas fini de mesurer les conséquences. Ma conviction c'est que rien de ce que nous avons engagé ne devrait être remis en question" a déclaré Mathieu Klein, maire de Nancy et Président de la Métropole du Grand Nancy lors d'une conférence de presse de rentrée ce mardi 6 septembre 2022.

Lors de ce temps avec les médias locaux, l'élu a rappelé les enjeux à venir et les priorités fixées par la majorité parmi lesquelles la "protection des nancéiens et des grands nancéiens face à l'urgence climatique et sociale", mais aussi la poursuite des transformations engagées ou encore les enjeux liés à l'engagement et le lien politique et citoyen. 

D'après les projections actuelles pour 2023, la facture d'énergie pourrait atteindre les 12 M€ pour Nancy et 34 M€ pour la Métropole alors qu'elle était en 2021 de 3 M€ pour Nancy et 5 M€ pour la métropole. "C'est une situation de crise, il est évident que nous aurons besoin d'un effort très fort de l'État pour surmonter cette épreuve", a affirmé Mathieu Klein.

Un plan sobriété soumis aux élus lors du conseil municipal et conseil métropolitain

Le sujet s'invitera donc naturellement sur les tables du conseil municipal et du conseil métropolitain les 26 et 29 septembre 2022 lors de la présentation d'un plan de sobriété avec à la clef des pistes pour faire baisser la facture. Aux chapitres des économies, plusieurs scénarions, la réduction de la température des piscines de la métropole du Grand Nancy, la diminution (ou l'extinction à certaines plages horaires) de l'éclairage urbain, mais aussi, le renforcement des aides pour la rénovation thermique des logements. Des 830 logements accompagnés en 2021, la métropole vise désormais les 3000. "Si nous n'accélérons pas sur la rénovation thermique des logements nous continuerons à verser de l'argent dans le tonneau des Danaïdes" justifie le président de la Métropole du Grand Nancy.

Les célébrations de Saint Nicolas pourraient également faire l'objet de restrictions. "Il ne s'agit pas de mettre le bouton "off" et de mettre les fêtes de Saint Nicolas dans le noir mais il faut néanmoins que cela fasse partie des réflexionsa ajouté Mathieu Klein. 

Pour faire face à l'explosion des factures d'énergies, la ville de Nancy et la Métropole du Grand Nancy veulent accélérer le développement des énergies renouvelables par le biais de chauffages urbains et chaufferie biomasse. A ce titre, une société d'économie mixte (SEM) dédiée aux énergies renouvelables devrait prochainement voir le jour en partenariat avec la métropole et le Multipole Nancy Sud Lorrain regroupant des 13 communautés de communes du sud de la Meurthe-et-Moselle. 

Du côté de la gestion de l'eau, des actions ont déjà été entreprises. C'est le cas des 480 m3 d'eau des bassins de la plage des deux Rives. Des ressources qui ont été affectées à d'autres usages, tels que le nettoyage des rues, à l'arrosage ou destinées à la mise en place du prochain jardin éphémère sur la Place Stanislas. Une action de recyclage de l'eau qui concernera également les prochaines vidanges des bassins du Pôle aquatique du Grand Nancy.  Enfin, l'arrêt du fleurissement annuel pourrait être envisagé par les élus afin de préserver les ressources naturelles lors des pics de canicule.