Fêtes de saint-Nicolas à Nancy : un périmètre élargi d'interdiction de manifester

Le périmètre d'interdiction de manifester a été élargi sur arrêté préfectoral pour l’ensemble de la durée et des animations des « Fêtes de Saint-Nicolas » à Nancy.

 

Évènement phare des célébrations de fin d’année, les festivités de Saint-Nicolas à Nancy annulées l’édition précédente pour raisons sanitaires se tiendra cette année du 19 novembre 2021 au 2 janvier 2022. À cette occasion, 300 000 personnes sont attendues dans les villages de Saint-Nicolas, sur la patinoire, à la grande roue, ou aux abords des différents spectacles et événements artistiques.. En conséquence et pour le bon déroulé des évènements, la préfecture a annoncé ce mercredi 17 novembre et deux jours avant le début des festivités, l'étendue du périmètre d'interdiction de manifester. 

« Dans un contexte où la sérénité du centre-ville de Nancy a été perturbée, dix-huit week-ends consécutifs par la tenue de manifestations revendicatives engendrant des troubles significatifs à l’ordre public (parcours non respectés, violences, détériorations, usages de pétards et artifices), Arnaud Cochet, préfet de Meurthe-et-Moselle, a souhaité prendre des mesures pour garantir la sécurité des personnes, des biens, ainsi que la liberté du commerce et de l’industrie », fait savoir la préfecture de Meurthe-et-Moselle dans un communiqué.

Par arrêté préfectoral en date du 16 novembre 2021, un périmètre d’interdiction de manifester est instauré du 19 novembre 2021 au 2 janvier 2022. Ce périmètre couvre l’ensemble de la durée et des animations des « Fêtes de Saint-Nicolas » à Nancy.

carte171121Le périmètre d'interdiction de manifester à l'occasion des "Fêtes de saint-Nicolas" à Nancy / source préfecture de Meurthe-et-Moselle

« Les manifestations revendicatives peuvent être organisées à l’extérieur de ce périmètre, dans les conditions de déclaration habituelles », précise la préfecture qui souligne les sanctions en cas de non-respect « 6 mois d’emprisonnement et 7500 € d’amende » pour les organisateurs de manifestations contrevenant à ces dispositions et « une contravention de quatrième classe d’un montant de 135 € » pour les manifestants qui ne respecteraient pas le périmètre.