Vidéo. Grand Nancy : un mode dégradé qui va durer sur la ligne 1 du tramway

Les incidents survenus ces dernières semaines sur le réseau de transport ont contraint les services de la Métropole du Grand Nancy et le délégataire du réseau de transport Kéolis à une prise de mesures urgentes pour une reprise du trafic en mode dégradé de la ligne T1 du reseau Stan. Objectif, maintenir coûte que coûte le TVR (Transport sur Voie Réservée jusqu'à l'année 2023 avant l'arrivée du trolley. Plus proche, le retour à la normale du réseau qui devrait intervenir lui dans six mois. 

En vidéo. Explications Patrick Hatzig, le vice-président aux mobilités

« C’est une situation qui va perdurer » certes, mais « s’améliorer » au fil des mois. « Nous comprenons les usagers », a assuré Patrick Hatzig, vice-président de la Métropole du Grand Nancy en charge des mobilités lors d’une conférence de presse en présence de Xavier Lemarié, directeur général de Keolis Nancy.

Ces dernières semaines plusieurs rames du TVR (le Transport sur Voie Réservée, le tram actuel) ont été écartées de la mise en circulation en raison de défaillances voire d’incidents plus ou moins importants dont un début d’incendie électrique. Le plus spectaculaire étant une rupture de traverse qui s’était produite début novembre sur un tramway, sans faire de blessé, l’incident avait scindé le véhicule. Si la fin de circulation du TVR a été programmée en 2023, un objectif conforté par un audit réalisé au printemps 2021, dans les faits, la ligne T1 est actuellement en difficulté et les services font face à une situation de crise.  

À l’heure actuelle, sur les 21 rames du réseau de transport, seules 12 sont actuellement en exploitation. Parmi les rames à l’arrêt forcé, deux touchées par de lourdes avaries ne devraient à priori plus revenir en service tandis que six ont été mises en réparation et devraient revenir une par une dans le circuit. 

De nouveaux bus pour accompagner la rupture de charge à Vandoeuvre-lès-Nancy

Conséquence immédiate, des cadences qui s’allongent sur la ligne T1 pour les usagers, 9 minutes contre 5 auparavant. Pour faire face à la diminution temporaire de sa flotte de tramways, une rupture de charge a été mise en place à Vandoeuvre Vélodrome avec la mise en place de bus vers Brabois. Depuis lundi, des autocars ont également été mis en place pour relier le Vélodrome et Brabois. D’après Xavier Lemarié, directeur général de Kéolis, cette dernière « va se maintenir avec une fréquence plus soutenue de bus » et pour faciliter le plan de transport, deux bus de 18 mètres roulant au GNV flambant neufs pourront compléter les liaisons et conforter les tranches horaires de 8 h et 9 h à l’affluence plus soutenue. 

En outre, le réseau Stan mise sur l’information avec notamment un renforcement de présence sur le terrain ou encore un jalonnement supplémentaire mis en place au Vélodrome afin de permettre aux usagers non habitués de se repérer. Enfin, Kéolis mise aussi sur des éléments d’information pour favoriser les autres lignes du réseau dans son schéma de transport. L’idée étant de faire la promotion de modes de transport alternatifs et de casser l’habitude de la prise systématique de la ligne 1. « Pour aller à Artem, il n’y a pas que la T1, il y a la ligne 11, Exelmans Clémenceau, on peut le faire par la T4, c’est vrai qu’on a un peu de marche à pied, mais au lieu d’attendre la T1... », assure Xavier Lemarié. 

Les mobilités seront justement à l’ordre du jour, jeudi 25 novembre, lors du conseil métropolitain qui examinera le Plan métropolitain des mobilités (P2M).