Maxéville : une grue de 40 mètres à la station d’épuration pour la création de digesteurs

Perspective des deux futurs digesteur / Grand Nancy Perspective des deux futurs digesteur / Grand Nancy
À la station d'épuration située à Maxéville, deux nouveaux ouvrages des digesteurs seront bientôt édifiés. Ils permettront, à terme, de produire une énergie verte et renouvelable à partir des boues issues des eaux usées qui alimentera le réseau de gaz de GRDF...

La station d'épuration située à Maxéville traite les eaux usées des 256 000 habitants de 20 communes du Grand Nancy ainsi qu'une partie de celles des communes de Champigneulles, Frouard et Pompey. Dans le cadre d'un vaste chantier, la Métropole y bâtit deux nouveaux ouvrages pour un montant de 13 M€. Des digesteurs qui vont permettre à partir des boues issues des eaux usées, de produire une énergie verte et renouvelable qui alimentera le réseau de gaz de GRDF. Selon les données chiffrés de la Métropole du Grand Nancy, la production annuelle prévisionnelle de biométhane (14 772 182 kWhPCS/ an) équivaut à la consommation énergétique de 3 000 foyers (sur la base de la consommation électrique moyenne annuelle de 2018 = 4 770 kWh/foyer).

Une grue de 40 mètres installée pendant 18 mois

L’intégration paysagère des digesteurs s’inscrit dans la continuité des aménagements existants, selon les projections du projet. Ils seront construits à un emplacement éloigné de la rue du 8 mai 1945 et seront partiellement enterrés, afin d’en limiter l’impact visuel. "Les aménagements extérieurs autour de ces deux digesteurs permettront d’achever la composition urbaine qu’avait esquissée Henri Prouvé en forme de feuille de fougère. Le parti pris est de les habiller d’une treille métallique contemporaine et de végétaux grimpants, en continuité des alignements de lavandes existants", souligne la Métropole du Grand Nancy. 

Dans cette perspective, ce lundi 25 janvier, une grue de 40 mètres de hauteur doit être installée au cœur de la station d'épuration. Elle restera sur le chantier pour une période de 18 mois. 

La fin des travaux est prévue à l'été 2022 avec une injection du biométhane dans le réseau Grdf à partir de septembre 2022.