Mettre le Grand Nancy en selle : « c'est maintenant qu'il faut le faire »

Plusieurs associations locales font suite à une tribune nationale qui entend favoriser et faciliter l’utilisation du vélo à l’occasion du déconfinement. Entretien avec Hadrien Fournet, porte-parole de l'association EDEN

Plusieurs associations dont Greenpeace, Réseau Action Climat France ou encore la Fédération Française de Cyclisme ont publié la semaine dernière une tribune nationale afin de vanter les effets bénéfiques d’une utilisation accrue du vélo lors du déconfinement. Une tribune relayée au niveau local par une vingtaine d’associations dont EDEN ( Entente pour la Défense de l'Environnement Nancéien), Hadrien Fournet son porte-parole explique : « le vélo c’est pour nous une idée pour accompagner le déconfinement, comme au printemps dernier avec la mise en place de pistes cyclables temporaires ou le dispositif “le coup de pouce vélo.” L’idée c’est de se projeter un peu plus, de reconnaître le vélo comme solution de mobilité qu’il faut  promouvoir et qui serait saine d’utiliser en ville de façon plus importante. » Geste barrière par excellence, le vélo permet de respecter la distanciation physique, mais aussi de pratiquer une activité physique régulière bénéfique pour la santé sans oublier que le fait de pédaler n’émet aucun polluant nocif pour la santé et consomme beaucoup moins de ressources que la voiture individuelle.

Si l’utilisation du vélo est encore peu développée dans la métropole « à Nancy on est à 3% de part modale, c’est la moyenne nationale, l’idée est de fixer des objectifs nationaux c’est-à-dire 9% en 2024 », Hadrien Fournet milite pour faire du Grand Nancy  « un territoire pilote, les élus qui se veulent écologiques doivent développer le vélo et le faire plus sérieusement. » Pour ce faire, les associations demandent que les fonds du plan de relance soient redirigés en partie vers le développement du vélo « mais les collectivités doivent aussi faire appel à l’Etat et doivent annoncer la couleur, affirmer qu’elles sont prêtes à développer le vélo sur le territoire avec un schéma directeur » insiste Hadrien Fournet. Ce dernier tient d’ailleurs à nuancer l’aspect financier pour un plan vélo « ce n’est pas si important que ça, dans le Grand Nancy le renouvellement de la Ligne 1 du tram va coûter environ 500 millions d’Euros, un schéma cyclable structuré c’est 100 millions de travaux sur la métropole. »  

Favoriser le vélo, c’est aussi développer les services à destination des cyclistes « Il faut utiliser le tissu associatif notamment les ateliers d’autoréparation où chacun apprend à réparer son vélo, mais aussi les vélos-écoles assez peu développés à Nancy » selon Hadrien Fournet qui regrette qu’une association comme Dynamo « connaisse des difficultés à avoir le soutien financier de la métropole, il ne faut pas être contradictoire, il faut encourager. »

« trop de véhicules cela rend la ville moins attirante » 

Augmenter la part modale du vélo dans le Grand Nancy passera forcément par une amélioration des infrastructures « la plupart des gens ne se sentent pas faire du vélo dans la métropole, il existe de trop nombreux endroits où l’on se trouve confronté à un trafic automobile anxiogène, il ne reste résiduellement que les cyclistes les plus convaincus ou militants » regrette Hadrien Fournet. Ce dernier entend promouvoir une mobilité pour tout le monde « pour que les enfants puissent se sentir en sécurité, clairement ça demande de respecter certains critères comme un trafic de véhicule à faible vitesse et moins important, environ 2000 véhicules par jour maximum, pour information la rue Jeanne d’Arc à Nancy c’est 12 000 véhicules par jour. »

Pour le porte-parole de l’association EDEN, il est urgent d’agir et d’appeler la nouvelle majorité métropolitaine à l’action « c’est maintenant qu’il faut le faire, ils ont cinq ans et demi pour le faire, si le virage n’est pas donné, plus le temps passe plus ça sera difficile. Il faut annoncer la couleur, mais aussi prendre le temps de la concertation, il est important de faire comprendre la philosophie de ces changements, expliquer que cela va bénéficier à terme à tout le monde, aux habitants, aux visiteurs, trop de véhicules cela rend la ville moins attirante. » Aujourd’hui, le début de mandat de l’équipe de Mathieu Klein laisse sceptique au sujet de l’utilisation du vélo dans le Grand Nancy  « on a la sensation qu’ils ont fait un petit coup d’éclat à la rentrée avec des bandes cyclables, des aménagements de faible envergure, il y a eu des mécontentements et là ils sentent que ça bloque, pour le moment ils n’ont pas envoyé de signaux positifs . » Hadrien Fournet appelle de ses vœux « un itinéraire vélo sécurisant là où c’est nécessaire par rapport au trafic, la vitesse. A Nancy, les carrefours ne sont pas traités pour le vélo, il faut également un aménagement large, capacitif pour servir beaucoup de cyclistes là où il y a un trafic de véhicule très important. Et puis les bandes cyclables le long de stationnements c’est pire que tout. » Bref il reste beaucoup de travail pour que Nancy se rapproche du modèle hollandais vanté par les associations agissant en faveur du vélo...