Démantèlement d'un trafic de stupéfiants : six mosellans placés en détention provisoire

Photo d'archives Photo d'archives
Un nouveau trafic de stupéfiants a été démantelé à la suite d'un long travail d'enquête initié en avril 2020. Les mis en cause se livraient à des faits d’importation et de trafic de produits stupéfiants, notamment de cocaïne et de cannabis. Six mosellans ont été placés en détention provisoire. 

Mardi 29 septembre 2020, la section de gendarmerie de Metz, assistée du groupement de gendarmerie de la Moselle et du GIR (Groupe interministériel de recherches) de Metz, a procédé à l’interpellation de six hommes âgés de 30 à 40 ans et résidant en Moselle. Ils agissaient sur commission rogatoire d’un juge d’instruction de la Juridiction interrégionale spécialisée de Nancy. Dans le même temps, un septième individu a été interpellé en Belgique en exécution d’un mandat d’arrêt européen, informe aujourd'hui le parquet de la juridiction interrégionale spécialisée (JIRS) de Nancy.

L’enquête, ouverte depuis le mois d’avril 2020 portait sur "une équipe de malfaiteurs s’adonnant à des faits d’importation et de trafic de produits stupéfiants, notamment de cocaïne et de cannabis". Des investigations qui s'inscrivent dans les recherches menées par la Cellule de lutte Contre les Criminalités Numériques (C3N) de la gendarmerie nationale qui était parvenue à capter des messages cryptés échangés entre les malfaiteurs et leur fournisseur de produits stupéfiants résidant à l’étranger. Toujours selon la JIRS Nancy, "plusieurs livraisons ont été mises en évidence, pouvant porter sur plus d’une centaine de kilogrammes de produit".

Les diverses perquisitions ont permis la saisie de quatorze véhicules suspectés d’avoir été financés grâce au trafic de stupéfiants ou ayant servi au transport des produits stupéfiants. L’un d’entre eux était équipé d’une cache aménagée.

A l’issue de leur garde-à-vue, les six hommes ont été mis en examen pour association de malfaiteurs, importation de produits stupéfiants et trafic de produits stupéfiants. Les six mis en examen ont été placés en détention provisoire.