Spécial législatives 2017 : cinq questions à François-Marie L’Huillier (Debout la France)

Législatives 2017- A quelques jours du premier tour des élections législatives, nous avons posé cinq questions communes aux candidats de la première et deuxième circonscription de Meurthe-et-Moselle. Nous poursuivons avec François-Marie L’Huillier, candidat Debout la France dans la 1ère circonscription de Meurthe-et-Moselle (Nancy-Est, Nancy-Nord, Nancy-Sud, Malzéville, Saint-Max, Seichamps).

FrancoisMarieLHuillier

photo JGraille ici-c-nancy.fr

Présentation

J’ai 31 ans. Je suis marié, père de deux enfants. J’habite à Saint Max et je suis conseiller municipal à la mairie depuis 2014. Je suis contrôleur à la SNCF depuis 2008. Avant mon engagement avec Nicolas Dupont-Aignan, j’étais au MPF(Mouvement Pour la France) de Philippe De Villiers.

Sur le plan national, quelles sont les idées que vous comptez défendre?

L’idée principale est celle d’une France libre ! Nous renégocierons tous les traités européens qui nous lient au mondialisme afin d’avoir une liberté d’action sur tous les plans : économiques, sociétaux, environnementaux. Nous mettrons en place le référendum d’initiative populaire qui pourra se déclencher à partir de 500 000 signatures issues d’une pétition. Il nous faudra réinstaurer des frontières nationales afin de pouvoir contrôler ce qui rentre et ce qui sort. Enfin, il nous faudra retrouver un budget indépendant, non soumis à l’aval de Bruxelles. Je vous invite à consulter sur notre site internet, le traité alternatif européen que nous avons mis en place il y a un an et demi.

Nous souhaitons également défendre une France fière ! Nous assumons l’exception française, notamment culturelle. Nous aimons son histoire. Pour moi la France commence au baptême de Clovis, pas en 1789. Nous aimons son patrimoine et nous le défendons, et pour cela nous consacrerons 1% du budget de la France à la culture. Il y a une mesure très simple que nous voulons mettre en place c’est d’offrir la gratuité des musées le dimanche pour que les Français réapprennent à voir du beau. Pour être ouvert sur le monde nous mettrons fin à la loi Hadopi et légaliserons le téléchargement sur internet. Nous rémunèrerons les auteurs par l’intermédiaire d’une licence globale sur le modèle de la redevance télévisuelle. Concrètement les gens paieront un abonnement pour télécharger en illimité ce qu’ils veulent : films, musique…
Pour retrouver une France fière, le socle c’est la famille. Nous refuserons donc la GPA, augmenterons de 20% les places en crèche et nous reviendrons sur la diminution des prestations familiales des gouvernements Fillon et Valls. Enfin nous abrogerons la réforme du collège de Najat Vallaud Belkacem et celle concernant les rythmes scolaires, nous ferons passer notamment les heures de français de 9 à 15 heures.

Quel est votre programme pour votre circonscription ?

Je refuse ce système de députés qui viennent se lamenter dans les provinces et votent en même temps les traités mortifères depuis Paris. Un exemple : on ne peut pas se plaindre de la fermeture de la Poste à Lay-St-Christophe dans la première circonscription et approuver en même temps le traité de Barcelone qui met en concurrence les services publics. On ne peut pas approuver la politique européenne qui met fin aux services publics et en même temps dire aux habitants de la circonscription : « c’est horrible votre Poste est en train de fermer ». Il y a une espèce d’hypocrisie complète.
On va essayer de mettre en place des circuits courts en favorisant les mise en relation des maraichers, des agriculteurs avec les consommateurs en mettant à leur disposition, par exemple, des salles et en faisant tout ce que l’on peut pour que cette relation soit possible. Ce n’est pas évident à cause de la grande distribution

Quelles sont vos propositions pour la moralisation de la vie politique ?

Les élus et les candidats doivent avoir un casier judiciaire vierge. Nous ne sommes pas pour le non-cumul des mandats, nous sommes pour le non-cumul de la rémunération. C'est-à-dire qu’un député-maire peut rester député-maire mais par contre il choisit sa rémunération. C’est important que l’on puisse avoir des maires à l’assemblée nationale pour garder un ancrage local. Un maire il voit ce qui se passe. Si un maire vote la baisse des dotations aux collectivités territoriales, si il est député et maire cela va l’impacter lui aussi et il va vite comprendre les conséquences dans les communes et au niveau des collectivités territoriales. Et il y a tout un enjeu démocratique : pouvoir garder des élus libres des partis politiques. On le voit bien c’est l’investiture des partis politiques qui guide l’action des hommes politiques et ça c’est problématique. Si un maire a un bilan au niveau de sa commune, il a cette légitimité du peuple de pouvoir aspirer à aller plus haut et à mettre en avant d’autres idées. S’il doit abandonner une de ses fonctions pour être député, il n’y a plus que l’investiture qui compte et l’étiquette politique.

Quel est votre regard sur les premiers pas d'Emmanuel Macron et de son premier ministre Edouard Philippe ?

Sa communication est très bonne, mais si l’on regarde en arrière celle de Hollande était très bonne dans les premières semaines. Celle de Sarkozy était très bonne aussi. De plus Macron est bien aidé par les médias. Il y a l’affaire Ferrand qui dénote un peu néanmoins. Il faudra faire attention cet été pendant que les Français seront en vacances avec les ordonnances. En même temps il a prévenu qu’il le ferait.

Les 6 circonscriptions de Meurthe-et-Moselle regroupent les cantons suivants... Nancy-Est, Nancy-Nord, Nancy-Sud, Malzéville, Saint-Max, Seichamps (1re circonscription) ; Jarville-la-Malgrange, Laxou, Nancy-Ouest, Vandœuvre-lès-Nancy-Est, Vandœuvre-lès-Nancy-Ouest (2e circonscription) ; Audun-le-Roman, Briey, Herserange, Longuyon, Longwy, Mont-Saint-Martin, Villerupt (3e circonscription) ; Arracourt, Baccarat, Badonviller, Bayon, Blâmont, Cirey-sur-Vezouze, Gerbéviller, Lunéville-Nord, Lunéville-Sud, Saint-Nicolas-de-Port, Tomblaine (4e circonscription) ; Colombey-les-Belles, Domèvre-en-Haye, Haroué, Neuves-Maisons, Thiaucourt-Regniéville (sauf communes d'Arnaville, Bayonville-sur-Mad et Vandelainville), Toul-Nord, Toul-Sud, Vézelise (5e circonscription) ; Chambley-Bussières, Conflans-en-Jarnisy, Dieulouard, Homécourt, Nomeny, Pompey, Pont-à-Mousson, communes d'Arnaville, Bayonville-sur-Mad, Vandelainville (issues du canton de Thiaucourt-Regniéville) (6e circonscription)