Législatives 2017 : Nadine Morano « les menaces de Laurent Hénart ne peuvent agir sur moi »

Nancy- Lors du lancement de campagne d'Éric Pensalfini dimanche à Pulnoy, Nadine Morano a taclé Laurent Hénart, maire de Nancy.
pensalfini-campagne
Nadine Morano aux côtés d'Eric Pensalfini dimanche à Pulnoy

L'UDI et Les Républicains auront chacun un candidat lors du premier tour des élections législatives dans la première circonscription de Meurthe-et-Moselle le 11 juin prochain. D'abord obtenue en juin 2016, l'investiture LR d'Éric Pensalfini est remise en cause par un accord national avec l'UDI qui présentera Mostafa Fourrar, adjoint au maire de Nancy.

Lors du lancement de campagne pour les législatives du maire de Saint-Max dimanche, Nadine Morano, secrétaire départementale LR, a evidemment affiché son soutien au candidat de sa famille politique « il y a toujours ce symbole important d'une investiture qui est la marque de la reconnaissance de notre famille politique et Éric a obtenu cette investiture du Parti Les Républicains, je suis membre de la commission nationale d'investiture, évidemment j'ai voté et j'ai défendu ardemment l'investiture d'Éric Pensalfini pour défendre les couleurs du gaullisme et de la droite populaire qu'il incarne avec brio. » La députée européenne a également clarifié les choses, à sa manière, devant un public ravi  « nous avons des partenaires centristes, avec lesquels nous avons discuté et défini un accord national qui, il y a quelques jours, a été suspendu donc il n'est plus valide, les discussions ont repris et je vous confirme aujourd'hui, puisque Éric Pensalfini n'a pas reçu de courrier lui indiquant qu'il n'avait plus l'investiture des Républicains, je vous demande de considérer qu'il est le candidat LR dans cette circonscription. »

Nadine Morano ne veut pas entendre parler d'une candidature de Mostafa Fourrar aux dépens du vice-président du Grand Nancy « je suis désolée, mais je ne cautionnerais pas un accord qui ferait que l'on sacrifierait le meilleur candidat d'une circonscription, je ne peux pas l'accepter, je l'ai dit haut et fort à Paris et je viens le faire ici, je soutiendrai le meilleur candidat dans cette circonscription. » Et ce malgré la pression de l'UDI et de Laurent Hénart  « même si j'entends de la part du premier magistrat de Nancy certaines menaces planées sur ma tête, mais c'est mal me connaître que de penser que les menaces peuvent agir sur moi, de toute façon, je suis secrétaire départemental de ma famille politique et j'ai entendu " elle faudra qu'elle fasse respecter l'accord de cette famille politique, elle est secrétaire départemental, sinon il faudra en tirer les conséquences " mais moi les conséquences c'est que je ne mets jamais mes convictions dans la poche et que quand je considère qu'un candidat est le meilleur et bien je pars à ses côtés. » 

Histoire d'enfoncer le clou, Nadine Morano a souligné l'indépendance et les victoires électorales d'Éric Pensalfini notamment à Saint Max « Éric n'a eu besoin de personne et on ne vient pas le chercher par la main, nous ne sommes pas là à dire je porte Éric Pensalfini, non j'accompagne Éric Pensalfini, c'est la différence entre ceux qui revendiquent d'être soutenu, porté par quelqu'un, lui a gagné la ville de Saint-Max avec brio puis il a regagné cette même ville avec un score qui fait rêver (ndlr :72%). »