Log in

Vos droits : stationnement modifié et verbalisation, l'arrêté n'était pas affiché

Vos Droits. Chaque semaine, Maître Déborah Carmagnani avocate au barreau de Nancy répond aux questions des lecteurs de ici-c-nancy.fr

QuestionJuridique

Chaque semaine, les explications juridiques de Maître Carmagnani, avocate au barreau de Nancy répond aux lecteurs de Ici c Nancy / photo d'illustration

Bonjour, 

Voici mon problème adressé au maire

Mon véhicule a été enlevé par la fourrière alors que les arrêtés n’étaient pas affichés. Que faire pour me faire rembourser?

Voilà le courrier que je prépare pour le maire de ma ville

Objet : contestation de l’enlèvement d’un véhicule par la fourrière sur demande la police municipale

Par la présente lettre je tenais à vous faire part de ma réclamation vis-à-vis de mon enlèvement de véhicule effectué sur la demande vos services de police municipale.

En effet le dimanche 4 juin 2017 mon véhicule (immatriculé CVXXXXX ) à été enlevé de son emplacement juste devant mon domicile entre 6h et 7h rue pierre et Marie curie. Une brocante a eu lieu ce même jour et apparaît comme la raison de l’enlèvement de mon véhicule par la fourrière. Pourtant aucun affichage n’avait été effectué pour nous informer riverains, de cette brocante et de l’interdiction de stationner sur une partie de la rue pierre et Marie Curie.

Suite à cela j’ai vérifié l’affichage dans ma rue en laissant le bénéfice du doute et à une erreur de ma part, mais non il n’y avait pas d’affichage, les seuls arrêtes étaient sur les barrières . Ces barrières qui n’’étaient pas présentes hier soir au moment où j’ai garé ma voiture. Elles servaient à bloquer la rue qui n’était donc pas de fait présente hier alors que la circulation était normale. Il n’y avait pas d’arrêtés sur les trottoirs, poteaux, lampadaires ou autres lieux visibles par tous.

J’ai donc contacté les services de la police municipale et j’ai expliqué ma situation. J’ai eu droits à des cris et un manque de sang-froid d’un de vos agents qui se contredisait ouvertement dans ses propos en me disant que ma voiture était dans une autre rue et pas dans celle de mon domicile alors qu’elle était garée devant mon domicile (ci-joint le document de la fourrière), il m’a informé de la pose de «  papillons   sur les voitures et boîtes aux lettres. Documents que je n’ai jamais vus et mes voisins non plus, voisins au courant, car la plupart participaient à cette brocante en tant qu’exposant ce qui n’était pas mon cas malheureusement peut être dès lors aurai-je été informée ?

L’agent de la police municipale n’a pu se justifier et je lui fais la remarque que l’arrêté n’avait pas été affiché dans les délais, c’est une procédure que je connais très bien étant dans la fonction publique territoriale, chose que je lui fais remarqué et cela a été suivi d’une monté de ton spectaculaire. Il m’a invectivé du fait qu’il n’était pas derrière tous ces collègues et que lui n’était pas sur le terrain et qu’il regardait les caméras. Quel était le but de ces propos ?

De plus à la fin de conversation demandant des précisions précises pour la récupération de mon véhicule il me donne des informations erronées à savoir que la fourrière ne sera pas ouverte avant mardi, car le dimanche et les jours fériés elle sera fermée. Informations fausses la fourrière au vu des nombreuses voitures enlevées ce jour a été ouvert en fin d’après-midi. J’ai eu cette information par le commissariat. Au vu de cette situation, la moindre, des choses aurait été de s’informer correctement.

Je ne suis pas la seule à pouvoir constater de ce manque d’information, des dizaines de personnes rencontrées à la fourrière pourront en attester, je crois par la même démarche que la mienne.

J’ai du m’acquitter de la somme de 125€  pour la restitution de mon véhicule alors que comme l’année dernière ou l’affichage était optimal, je tiens à le préciser, j’avais anticipé et avait pu participer gaiement à ce moment de convivialité que peuvent être les brocantes. NON cette année avec ma fille de 11 mois j’ai du faire des vas et vient en transport pour récupérer mon véhicule.

Outre les erreurs possibles par tout service, le manque de transparence et l’accueil détestable que j’ai pu recevoir m’ont vraiment amené à détailler cette contestation. Cela fait deux ans que nous vivons dans cette ville et deux ans que nous participons la vie citoyenne je n’au jamais eu à redire sur le fonctionnement de la municipalité. Je pense ma demande justifiée et demande donc un dédommagement et remboursement des frais engagés.

Je m’adresse à vous pour ne pas à entamer des procédures, car à ma connaissance votre responsabilité peut être engagée pour défaut d’arrêté municipal

Vous trouverez des photos attestant de l’absence d’affichage et le nombre élevé de véhicules stationnés ce jour de brocante.

Ma demande est également transmise au procureur de la République

Sachez qu’en l’absence de compromis je compte prendre contact avec le Conseil national des professions de l’automobile pour envisager une médiation.

Stephanie Naissant

maitrecarmagnaniLa réponse de Déborah Carmagnani, avocate au barreau de Nancy. 

 

L’article R417-12 du code de la route est rédigé de la manière suivante: « Il est interdit de laisser abusivement un véhicule en stationnement sur une route. Est considéré comme abusif le stationnement ininterrompu d'un véhicule en un même point de la voie publique ou de ses dépendances, pendant une durée excédant sept jours ou pendant une durée inférieure mais excédant celle qui est fixée par arrêté de l'autorité investie du pouvoir de police [...]."

Beaucoup de personnes en déduisent que si la commune organise un évènement particulier ayant pour effet de raccourcir ce délai de 7 jours, des panneaux doivent être apposés au moins 7 jours à l’avance sans quoi il faudrait considérer que les citoyens n'ont pas été avertie. 

Toutefois, l'article 417-12 et sa règle des 7 jours est sans effet lorsqu'un arrêté municipal a été mis en place. En effet, le délai de mise en place de la signalisation est librement fixé et peut être porté à 48h00 comme à Toulon et dans la plupart des communes ou même à 24h comme sur Marseille.

Certains avancent même que le simple affichage de l'arrêté en Mairie suffirait à respecter l'obligation d'information des citoyens.

Dans votre cas, si une signalisation a été apposée dans votre rue, dans les 48 heures, vérifiez que l'arrêté municipal prévoyait bien cette possibilité. 

si aucune signalisation a été apposée dans votre rue, la difficulté résidera dans votre faculté à le prouver. Le problèmes des photo est souvent qu'elles ne peuvent pas être datées de manière certaine.

Concernant la contestation, elle doit intervenir avant tout paiement de la contravention. C'est à dire qu'au lieu de payer la contravention, vous devez verser le montant de la consignation pour pouvoir contester le contravention. Si vous n'avez pas encore payer la contravention, il conviendra de payer la consignation dans les délais requis et indiquer les motifs de contestation. Si vous payez la contravention, vous ne pourrez plus revenir en arrière et contester celle-ci. A noter que le montant de la consignation est plus important que celui de la contravention, ce qui dissuade bien des citoyens d'avoir recours à la contestation.

Une question juridique ? Faites nous parvenir un courriel à Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.