août 22, 2019

Toute l’Europe Parlementaire à Strasbourg !

By Les Jeunes UDI Grand Est octobre 07, 2014
TRIBUNE LIBRE- Les jeunes UDI du Grand Est nous ont adressé la tribune libre ci-dessous.
udi-jeunescrédit photo Jeunes UDI

 

 

"Les Jeunes de l’UDI, s’engagent et s’expriment au service d’une l’Europe fédérale. Mais constatant le manque de débat de fond sur le sujet et surtout les différences de point de vue existants en France et même selon les départements, un certain nombre de jeunes issus des fédérations UDI de l’euro-circonscription du Grand-Est Français ont décidé de mettre leurs forces de proposition en commun et de travailler ensemble sur la question.

Tout au long d’un Week-End, rythmé par la convivialité des échanges et des ateliers thématiques les jeunes de l’UDI présents ont fait émerger un consensus sur la question de la séparation des pouvoirs dans les Institutions européennes et s’engagent à le défendre auprès de leurs ainés et élus, ainsi qu’auprès du grand public.

Étant bien conscients des enjeux actuels autour du désamour supposé des Français pour l’Europe ainsi que de toutes les questions relatives à la bataille du siège du Parlement, les jeunes de l’UDI réunis en task-force se positionnent avec force et conviction à ce propos, car aujourd’hui, le Parlement Européen fait l’objet d’un trop grand nombre d’attaques. « Inutile, trop cher, technocrate ». Pourtant environ 80% (chiffre communément admis) de toute la législation dans un état membre de l’Union émane de la législation Européenne et donc, du Parlement Européen. Les jeunes réunis de l’UDI du Grand-Est considèrent que c’est une bonne chose d’aller vers plus de convergence au niveau des lois qui régissent la vie des pays membres de l’Union Européenne, mais fustigent la normalisation excessive et le manque de « grande» Politique. En effet beaucoup trop de « petites » normes sont décidées à Bruxelles, alors qu’il serait certainement plus pertinent qu’elles soient discutées et décidées en local ; dans les régions ou les pays concernés, avec les professionnels et associations confrontés aux enjeux du quotidien. Dans le même temps, l'Europe trébuche, car ses compétences, inscrites dans les Traités successifs, ne lui permettent pas de travailler efficacement sur les grands défis de notre continent.

Défense, éducation, numérique, environnement, frontières sont autant d’enjeux urgents, dont le niveau de pertinence est aujourd’hui à échelle européenne et nous souhaitons que le Parlement dispose de plus de possibilités dans l’initiative législative globale et stratégique plutôt que normative. Nous admettons que l’Europe de Bruxelles porte en elle l’image d’une dérive technocratique pour le citoyen, que les lobbyistes on trop d’influence (même si leur rôle reste important) et que finalement, le peuple ne comprend plus, ne ressent plus, le rôle protecteur qu’a l’Europe pour ses citoyens, sur notre unique planète en bouleversement constant. 

Alors pour éviter les amalgames, les confusions et renforcer le processus démocratique Européen,  nous nous prononçons en faveur d’une séparation stricte des pouvoirs dans l’Union européenne, matérialisée dans les faits par une distanciation géographique claire et facilement identifiable par le citoyen. Bruxelles, siège de la Commission européenne,  est la capitale exécutive de l’UE. Luxembourg, siège de la Cour de Justice de l’Union européenne, est la capitale judiciaire de l’UE. Enfin, Strasbourg, siège officiel du Parlement européen, doit en être l’unique capitale législative. »

Car si le siège Bruxellois est bien défendu par la voix de nombreux médias, d’environ 15 000 lobbyistes professionnels et aussi de trop nombreux députés, notamment britanniques, mais aussi Français (!) pour des raisons majoritairement de confort, Strasbourg n’est défendue que par l’AEJE (Association Européenne des Jeunes Entrepreneurs) présidée par Pierre Loeb et dont le dernier rapport sur les coûts effectifs du siège du Parlement est paru en février dernier. En nous associant à sa démarche, nous considérons que la vraie solution pour en finir avec les va-et-vient successifs, faire des économies et gagner en démocratie serait l’installation totale de l’organe législatif de l’UE en un seul endroit : Strasbourg. 

À Strasbourg les locaux du Parlement sont sa propriété, tandis qu’à Bruxelles, de nombreux locaux sont en location, d’où une source d’économies substantielles. La Commission Européenne pourrait alors étendre ses locaux, poursuivant une dynamique qu’elle a déjà engagée, en utilisant les bâtiments du Parlement de Bruxelles plutôt que d’entreprendre une construction de plus, forcément onéreuse pour le contribuable européen et à l’impact environnemental négatif. Un siège unique à Strasbourg annulerait les coûts de transport superflus, en évitant des déplacements inutiles, et permettrait un gain d’efficacité du travail parlementaire au service de la protection de l’intérêt général et de tous les citoyens Européens. 

En somme, nous avons le choix entre une Europe centralisée et technocrate à Bruxelles, ou une Europe d’élus, démocratique, à Strasbourg et nous, jeunes de l’UDI du Grand-Est Français, nous prononçons clairement en faveur de cette seconde alternative."

Les jeunes UDI Grand Est

Retrouvez-nous sur Facebook

Ici-c-Nancy TV