avril 19, 2019

Une cartographie des radars pièges par 40 millions d'automobilistes

Nancy/Metz. L'association « 40 millions d’automobilistes » publie aujourd'hui les résultats de l’opération « Raconte-moi ton radar » lancée le 30 octobre 2012. Un audit des automobilistes dénonce les radars « piège ». Douze radars sont montrés du doigt dans le Grand Est dont cinq sont situés en Lorraine.

autorouteb© www.ici-c-nancy.fr

Afficher RMTR sur une carte plus grande

Véritable audit participatif des automobilistes français, l'association diffuse aujourd'hui la liste de 72 radars contestés en France sur les 200 pointés du doigt par les automobilistes. L'objectif de l'opération était « de mettre en évidence les incohérences d’implantations de radars, qui participent au rejet d’un système ainsi que d’établir une cartographie d’exemples faisant émerger des situations piégeuses » afin de « comprendre et savoir  ». Comment est-on parvenu à une situation telle que la plupart des automobilistes ne voient en les radars qu’un synonyme de piège ? » s’interroge Pierre  Chasseray, Délégué Général de « 40 millions d’automobilistes ».« Lorsqu’un automobiliste se sent piégé, il finit par rejeter tout un système. Raconte-moi ton radar a donc pour objectif d’alerter les Pouvoirs Publics sur les situations ressenties comme des pièges » ajoute Daniel Quéro, Président. Ainsi, au moyen d’un livret de 32 pages remis aujourd’hui au ministre de l’Intérieur ainsi qu’à tous les sénateurs et les députés, « 40 millions d’automobilistes » a souhaité mettre en lumière dix situations jugées « piégeuses » ainsi que 7 alternatives qui permettraient assurément une meilleure acceptation du système.

Les automobilistes ne se sont pas fait prier et ont répondu en masse à l'appel de l'association, ainsi près de 67 000 témoignages ont été recueillis et couvrent tout le territoire. Jean-Louis originaire de la Sarthe (72) indique que « Sur la D338 entre Tours et Le Mans, flashé à 80 au lieu de 70 alors que le sens inverse de circulation est limité à 90 ! » et il s'insurge « la même route n’est pas limitée de la même façon dans le sens Nord/Sud et dans le sens Sud/Nord. De plus, seules quelques centaines de mètres sont limitées à 70 ». Franck T. un autre conducteur originaire de Meurthe-et-Moselle (54) constate que « Sur l'A31 entre la sortie de Maxéville et Nancy centre un radar est placé après la zone dangereuse du virage. Ils ont abaissé en plus la vitesse de 20 km/heure ». Arrêtons les abus », déclare même l'automobiliste mécontent lors de ce même audit. 

L'association a également noté des incohérences sur certaines déclarations comme celle de Frédéric Péchenard, délégué Interministériel à la Sécurité routière qui affirmait dans une interview accordée au Parisien/Aujourd’hui en France publiée le 1er novembre 2012,que « le meilleur des radars, c’est celui qui ne flashe pas » dans le but de contredire l’argument selon lequel la rentabilité avait un lien direct avec l’endroit d’implantation du radar relevait l'association. Après quelques investigations de « 40 millions d’automobilistes » ce radar qui ne flashe pas a été retrouvé en Corrèze et « flashe » 0,0027 fois par jour. Sans aucun doute, le radar de la D17 situé entre Saint-Aulaire et la route de Varetz est le meilleur radar de France. En effet, en 2011, il n’aura flashé qu’une seule fois dans l’année. Selon l’argumentaire de la Sécurité routière, ce radar s’avérerait donc être particulièrement utile en ce qu’il contribue à un total respect de la règle, bien qu’il n’engendre aucun Procès-Verbal. « Et pourtant… Il n’est plus là ! » observe suspicieuse l'association qui estime que « Les Pouvoirs publics ont ainsi fait le choix de se séparer du “meilleur d’entre eux” ».

Manuel Valls ne « baissera pas la garde face à ce qui provoque les accident »

Interrogé lundi matin sur RTL, Manuel Valls s'est exprimé suite à la publication de la carte des radars pièges par l'association : « il y a 66% de morts en moins à proximité des radars, donc je ne faiblirai pas, je ne baisserai pas la garde. On peut s'adresser à la commission nationale de sécurité routière si on estime qu'il y a un abus. Je regarderai avec intérêt les propositions qui aujourd'hui sont faites, mais nous ne pouvons pas baisser la garde »« Les radars sauvent des vies. S'il y a ici ou là un radar qui serait inutile, pourquoi pas, mais attention à ce débat », a ajouté le ministre. « Je me suis fixé pour les années qui viennent de passer de 4.000 à 2.000 morts d'ici à 2020, grâce notamment à la limitation de la vitesse ».

>> LA CARTE CI-DESSOUS

 

Évaluer cet élément
(0 Votes)

Retrouvez-nous sur Facebook

Ici-c-Nancy TV