juin 18, 2019

Plus de trois quarts des personnes tuées sur la route en 2012 étaient des hommes

La grande majorité des personnes tuées sur la route en 2012 étaient des hommes, a rappelé mercredi la Sécurité routière, dans un communiqué, à quelques jours de la Journée internationale des femmes. Selon la Sécurité routière les femmes ont donc un rôle à jouer auprès des hommes...

autoroute600x300
Plus de trois quarts des personnes tuées sur la route en 2012 étaient des hommes. Crédit photo ici-c-nancy.fr

À l'occasion de la Journée de la Femme 2013, la Sécurité routière rappelle que les hommes restent les premières victimes de la route : ils représentent 76% de la mortalité routière en 2012 selon le bilan de l'accidentalité routière en 2012 de l'Observatoire national interministériel de sécurité routière (Onisr) alors qu'ils parcourent un nombre de kilomètres à peu près équivalent à celui parcouru par les femmes, en 2010, les hommes conducteurs ont parcouru en moyenne 12 570 kilomètres contre 11 460 pour les femmes conductrices (source Sofres - Enquête parc/auto - 2010)

Ce chiffre, qui demeure quasiment inchangé depuis une dizaine d'années, montre que les hommes ont globalement un comportement plus dangereux sur la route. En 2012, 92% des conducteurs impliqués dans un accident mortel avec alcoolémie positive sont des hommes. Ils représentent 89% des Français dont le permis a été invalidé en 2011 selon les chiffres du bilan du permis à points 2011 - (Dmat).

"Les femmes ont environ 3 fois moins de risque d'être tuées dans un accident de la route que les hommes" a déclaré la Sécurité routière dans ce même communiqué affirmant que ces dernières "ont un véritable rôle à jouer auprès de leur compagnon, fils, père, frère, ami" car "ce sont elles, sans doute, les mieux placées pour les sensibiliser aux dangers de leurs comportements sur la route, qui peuvent leur coûter la vie mais aussi celle de leur entourage".

En 2012, la Sécurité routière avait lancé le « Manifeste des femmes pour une route plus sûre », un texte engagé et rédigé par l'écrivain Marie Desplechin qui se voulait à la fois une déclaration d'amour aux hommes et un appel à l'action de la part des femmes. En signant le Manifeste, chacune s'engageait à ne plus se taire et à ne plus accepter les comportements masculins dangereux par « tendresse, lassitude, ou habitude ».

 

Évaluer cet élément
(0 Votes)

Retrouvez-nous sur Facebook

Ici-c-Nancy TV