juin 17, 2019

Les professeurs des écoles en grève ce mardi

NANCY-METZ.Les enseignants se mobilisent à nouveau ce mardi lors d'une grève nationale, pour réclamer le report d'un an de la réforme des rythmes scolaires.

ecoleicn
Les enseignants en grève ce mardi. Photo DR

En Lorraine près d'un enseignant sur deux devrait être absent ce mardi des salles de classe. Si le ministère prévoit 30 % d'instituteurs grévistes, le SNUipp-FSU, principal syndicat du secteur, annonce 58 % de grévistes bien plus que le 31 janvier dernier, journée de mobilisation des fonctionnaires sur le pouvoir d'achat. Le ministère avait alors recensé 18 % de grévistes et le rectorat de l'académie Nancy-Metz avait comptabilisé 13,43 % d'enseignants grévistes, dans le premier degré les enseignants étaient plus nombreux à faire la grève à savoir 19,27 % dans l'académie Nancy-Metz indiquait le rectorat.

En Lorraine, les enseignants suivent le mouvement

En France, près de six professeurs des écoles sur dix (58 %) seront en grève mardi, selon des estimations non définitives communiquées ce samedi par le SNUipp-FSU, principal syndicat du primaire, qui demande le report de la réforme. En Lorraine, selon les chiffres estimatifs et provisoires communiqués par le même syndicat les taux d'enseignants grévistes seraient plus importants dans les Vosges (57 %) et la Meuse (50 %) suivis par les départements de la Meurthe-et-Moselle (45 %) et la Moselle (45 %). Du côté des écoles, on devrait retrouver davantage d'établissements fermés en Moselle où 62 écoles pourraient être concernées par une fermeture ce mardi, en Meurthe-et-Moselle 50 écoles pourraient également fermer ce mardi contre 14 écoles dans les Vosges et 8 en Meuse.

C'est la cinquième fois en trois semaines que ces enseignants se mobilisent, dans des mouvements d'ampleur variable et sur des motifs différents, le principal portant sur les modalités d'application du retour à la semaine de 4,5 jours (abandonnée en 2008) dans le primaire dès la rentrée de septembre. Le SNUipp-FSU, principal syndicat du secteur dénonce dans un communiqué diffusé ce samedi une « réforme des rythmes insuffisamment préparée » qui « relègue au second plan des sujets essentiels pour une meilleure réussite des élèves : révision des programmes, scolarisation des tout-petits, revitalisation de la maternelle, avenir des RASED, Education prioritaire, direction d’école ». Le syndicat réclame « la mise en place d’un agenda de la priorité au primaire avec ouverture de discussions pour que des premières mesures concrètes interviennent pour la réussite des élèves dès la rentrée 2013 ».

Le décret sur les rythmes, déjà publié au Journal officiel, donne aux communes jusqu'au 31 mars pour décider si elles renouent avec la semaine de 4,5 jours en primaire à la rentrée 2013 ou à celle de 2014, avec l'ajout du mercredi matin (dérogation possible pour le samedi matin). La journée de classe sera raccourcie en moyenne de 45 minutes, sans toucher aux 24 heures hebdomadaires de cours. La pause de la mi-journée doit durer au moins 1 heure et demie. Les enfants auront des activités culturelles ou sportives, organisées par les communes.

Évaluer cet élément
(0 Votes)

Retrouvez-nous sur Facebook

Ici-c-Nancy TV