avril 20, 2019

Copé choisit Nancy pour faire des propositions

Jean-François Copé était à Nancy dimanche en fin de journée à l'invitation de Nadine Morano...

copenancy

 

 

Nadine Morano et Jacques Lamblin, président de l'UMP 54 , avaient convié les militants du département à une réunion ce dimanche à la salle Gentilly à Nancy en présence de Jean-François Copé venu en Lorraine à l'invitation de l'ancienne ministre chargée de l'apprentissage et de la formation professionnelle. Environ 400 militants ont répondu à l'appel pour écouter l'actuel président proclamé de l'UMP pour sa première sortie en province depuis les élections du 18 novembre. En préambule de son discours, Jean-François Copé n'a pas oublié de faire allusion à Saint Nicolas qui défilait dans le même temps dans les rues de Nancy, mais aussi de saluer « la fidélité exemplaire » de Nadine Morano assise au premier rang aux côtés de Jacques Lamblin. Ce dernier qui n'a pas voulu se pronocer sur son vote du 18 novembre et dont le maire de Meaux a salué la présence à Gentilly comme la preuve d'une volonté d'apaisement. 

Proposition d'un référendum

Jean-François Copé a profité de sa présence au milieu de militants pour faire des propositions afin de sortir de la crise actuelle que traverse son parti. Dans son discours il a déclaré « Nous allons organiser en janvier un référendum auprès de tous les militants », sous « le contrôle permanent d'une commission ad hoc » une consultation qui posera deux questions "Êtes-vous d'accord pour que nous réformions nos statuts ?", et "Je vous propose de remettre à la disposition des militants mon mandat au lendemain des élections de 2014" au lieu de 2015 son échéance statutaire, une réponse à la demande de nouveau scrutin reformulée dimanche matin par François Fillon. Le président de l'UMP s'est déclaré prêt « dès demain matin, à rencontrer François Fillon et à réunir dans la foulée plusieurs personnalités de notre mouvement », mais aussi de continuer son chemin si ces propositions étaient refusées. Enfin Jean-François Copé propose que celui qui présidera l'UMP en 2016 ne soit pas candidat à la primaire présidentielle, de même que son équipe dirigeante « C'est un moyen de garantir l'impartialité dans l'organisation de nos futures primaires et un moyen d'éviter le mélange des genres et de garantir la paix dans notre famille politique ». Le député-maire de Meaux a ajouté que ces propositions n'étaient valables qu'en cas de dissolution du groupe dissident, le RUMP, à l'Assemblée Nationale.

Fillon refuse

Il semble bien que la crise à l'UMP perdure puisque ces propositions ont été refusées par le clan Fillon jugeant la date du vote en 2014 trop lointaine « Ce nouveau vote doit avoir lieu dans les plus brefs délais et dans des conditions d'organisation impartiales, équitables et transparentes pour tourner rapidement cette triste page », indique François Fillon dans un communiqué. L'ancien Premier Ministre demande « la réunion dès lundi du comité des sages, comme les statuts l'y autorisent, pour étudier les modalités dans lesquelles un nouveau vote peut avoir lieu rapidement ainsi qu'une réflexion sur la révision des statuts » et se félicite tout de même du « consensus autour du principe d'un nouveau vote et de la nécessité de redonner la parole aux adhérents de l'UMP pour sortir notre mouvement de l'impasse ». La semaine prochaine s'annonce, encore une fois, explosive à l'UMP, Jean-François Copé a regretté dans la soirée « de ne pas être entendu "...   

 

Évaluer cet élément
(0 Votes)

Retrouvez-nous sur Facebook

Ici-c-Nancy TV