avril 24, 2019

Florange : Parisot s'en mêle

Alors que l'ultimatum de Mittal touche bientôt à sa fin,  Laurence Parisot s'est montrée ce matin très critique envers Arnaud Montebourg et la nationalisation de Florange...

arcelormittal

Alors que mercredi Arnaud Montebourg avait annoncé avoir trouvé un repreneur pour la totalité du site Arcelor-Mittal de Florange et n'hésitait pas à menacer d'opérer une nationalisation provisoire si les négociations avec le géant indien de la sidérurgie n'aboutissent pas d'ici vendredi, Laurence Parisot a vivement réagi à ces propos jeudi matin sur les ondes de RTL. La présidente du MEDEF a jugé cette déclaration « purement et simplement scandaleuse... envisager une nationalisation, lancer simplement le débat sur un tel principe est vraiment scandaleux » selon elle il s'agirait « d'une expropriation » « accusant le ministre du redressement Productif de mettre à mal la notion du droit à la propriété. « Ébranler le principe du droit de propriété comme ça, à la va-vite, c'est très grave et en plus c'est très coûteux. » Laurence Parisot compte sur François Hollande pour éviter cette nationalisation « je ne doute pas que le président de la République soit beaucoup plus raisonnable que le ministre Montebourg ».

Et le Premier Ministre ?

Plusieurs ministres du gouvernement Ayrault ont répondu à la présidente du MEDEF dont Jérôme Cahuzac, ministre du Budget, qui a ironisé sur France Info « J'aurais aimé qu'elle utilise ce qualificatif quand le propriétaire de ce site industriel se comportait comme on sait en transférant une très grande partie des bénéfices des sites industriels français en dehors de nos frontières, notamment au Luxembourg, je n'ai pas entendu Mme Parisot s'indigner quand on a constaté que ce chef d'entreprise décidait de mettre en sous-activité un site pourtant rentable (...), lorsque l'on a constaté un formidable gâchis industriel sur ce site ». Selon lui, une nationalisation « n'aggraverait pas le déficit, car en contrepartie de cet engagement il y aurait des actifs qui valent quelque chose, si ce choix politique est fait, les moyens seront trouvés ». De son côté, Arnaud Montebourg a précisé mercredi que le gouvernement pourrait utiliser des participations de l'État dans des entreprises pour procéder à une éventuelle nationalisation. Enfin, Edouard Martin, le leader CFDT d' ArcelorMittal Florange, a demandé aujourd'hui sur BFMTV au Premier Ministre de se prononcer sur cette nationalisation regrettant le silence de Jean-Marc Ayrault depuis les déclarations d'Arnaud Montebourg.  

Évaluer cet élément
(0 Votes)

Retrouvez-nous sur Facebook

Ici-c-Nancy TV