septembre 22, 2019

Essey-lès-Nancy : le cabinet Objectif Hypnose Relaxation Bien-Etre (OHRBE) ouvre ses portes

[Focus] Vanessa Fichter a ouvert son cabinet de consultation à Essey-lès-Nancy. Elle pratique l’hypnose clinique thérapeutique, discipline dont l’efficacité est reconnue dans différents domaines comme celui de la gestion du stress, les troubles du sommeil, les traumatismes psychologiques ou encore les addictions. Rencontre. 

Le cabinet Objectif Hypnose Relaxation Bien-Etre (OHRBE) a ouvert ses portes le 2 mai dernier à proximité de la clinique Pasteur à Essey lès-Nancy. Clef de voûte de la structure une salle de consultation spacieuse à la lumière naturelle et tamisée, celle de l’hypnothérapeute Vanessa Fichter. Son parcours professionnel atypique lui a forgé une personnalité empathique et a développé ses qualités d’écoute, d’analyse et de présence. « J’ai eu besoin de comprendre ce qui se passait en moi et autour de moi », confie-t-elle. Après un début de carrière comme responsable marketing au sein d’une entreprise, un passage à la Music Académy International (MAI) de Nancy, elle entreprend des études de psychologie où elle découvre l’hypnose. Cette expérience particulièrement enrichissante est formatrice puisqu'elle se diplôme comme praticienne.

S’appuyant sur différents outils, elle consulte en hypnose du lundi au vendredi sur rendez-vous. Une méthode de soins ou de thérapie alternative qui connaît de nos jours un succès grandissant motivé par son efficacité dans différents domaines. Loin des shows médiatiques et de spectacle comme ceux de l'artiste québécois Messmer, l’hypnose clinique thérapeutique, en ouvrant les portes de l’inconscient, s’intéresse à l’individu dans un cadre de bien-être pour le corps et l'esprit dans des perspectives d’amélioration de ses conditions de vie. Une pratique, s’appuyant sur « un état de conscience modifié » du sujet, s'articulant sur de techniques de visualisation pour un apprentissage par « observation et répétition ». Ainsi, la thérapeute explique qu’au cours de ses séances elle utilise des des métaphores que le sujet va recréer dans son psychisme. Un procédé pour faire face « aux schémas de pensée qui dirigent notre vie et affectent nos comportements et notre corps », ajoute Vanessa Fichter. 

L’hypnose clinique thérapeutique

Très nombreux sont ceux qui rencontrent un état hypnotique au cours de leur journée, rappelle l'hypnothérapeute. À l’instar du fameux rouge où nous restons figés avec notre véhicule tandis qu’une personne klaxonne avec pour conséquence de nous sortir de notre état. Si elle explique que tout le monde peut rentrer en état d’hypnose, en revanche tout le monde ne peut pas suivre une hypnothérapie comme les personnes bipolaires et schizophrènes. Par ailleurs, elle affirme que l’implication de la personne est essentielle. En l’état «  Si monsieur veut que madame arrête de fumer ça ne fonctionnera pas, la démarche doit être personnelle ». Au niveau de l’hypnose clinique, la praticienne évoque un état de focalisation de l’attention introduite par les modulations de sa voix et l’utilisation de la musique induisant un profond état de relaxation.

Un large champ d’action

L’hypnose trouve une place dans la prise en charge de nombreux maux liés à une surcharge émotionnelle. « On peut traiter la dépression, les troubles alimentaires, les problèmes de concentration pour les études, les addictions... », évoque Vanessa Fichter. Passant en revue, les souffrances, mais aussi des troubles plus quotidiens à l’image des insomnies, les addictions... En la matière l'aspect global est essentiel, « dans une addiction, il y a aussi un déni dont il faut prendre conscience, on va mettre la personne en scène pour qu’elle se voie elle même, pour comprendre des choses par rapport à son comportement et percevoir les bienfaits qu’il y aurait à changer ». 

Vanessa FichterDans son cabinet, c’est l’anxiété, porte d’entrée à la dépression, qui constitue le premier motif de consultation de personnes victimes de stress. Les enfants sont tout autant concernés dans des domaines comme l’énurésie, la dyslexie ou encore le bégaiement.

Comment se déroule une séance ? D'abord par un entretien lors duquel la thérapeute s'applique à décortiquer la situation rencontrée ... Pour passer ensuite à la pratique en se dotant d'un oxymètre, un outil qui va donner le pouls, le rythme cardiaque et le taux d’oxygène afin de suivre l’état de détente de réceptivité tout au long de la séance. En fond sonore, une musique apaisante permet d'accentuer le lâcher prise. Autant d'outils utilisés avec bienveillance. Allongé sur un divan, le sujet ferme les yeux, à ses côtés, la thérapeute l’invite à se détendre puis à se concentrer sur ses sensations et parties du corps. Elle va ensuite s'appliquer à suggérer un certain nombres d'informations au cerveau nécessaire à son équilibre. Enfin au terme d'un compte à rebours, la personne retrouve ses sensations. « L’hypnose c’est une thérapie brève, le but n’est pas d’étaler les séances ». On ressort d’une séance dans un état d'apaisement et de sérénité. 

Cabinet OHRBE, 21 rue Parmentier à Essey-lès-Nancy. Les consultations ont lieu du lundi au vendredi sur rendez-vous au 06 67 81 00 87 ou via le formulaire de contact http://www.ohrbe.com

Retrouvez-nous sur Facebook

Ici-c-Nancy TV