décembre 11, 2019

Grand Nancy : la fraude dans les transports coûte 3 millions par an

Nancy. Le Groupement des autorités Responsables de Transport (GART) et l’Union des Transports publics et ferroviaires (UTP) étaient présents ce mardi à Nancy dans le cadre de leur Tour de France 2015 des réseaux, l’occasion de rencontrer ses adhérents sur l’optimisation des ressources du transport public. À Nancy, première ville étape c’est « la lutte contre la fraude » qui a été abordée où elle représente chaque année 3 millions de perte, l’équivalent de cinq « Stanway ».

stanway.revisions2

Chiffres, résultats d’enquêtes, multiples statistiques à l’appui, une vaste et très sérieuse consultation sur la fraude se tenait ce mardi au Centre Congrès de Nancy à l’initiative du Groupement des autorités Responsables de Transport (GART) et de l’Union des Transports publics et ferroviaires (UTP), le syndicat des transports publics. Dès mardi matin, plus de 90 participants professionnels et élus étaient invités à s’exprimer sur le sujet à l’occasion d’un tour de France à six étapes dont Nancy fait partie.  « La situation économique du transport public en France est préoccupante, parce que la situation des transports se caractérise par le fait que nous avons des ressources qui n’augmentent pas » a expliqué Jean-Marc Janaillac, Président de l'UTP et Président-Directeur Général de Transdev lors d’une conférence de presse ce mardi. Parmi les points d’insatisfaction pointés, des ressources moroses : « les versements de transport par les entreprises, les collectivités locales et les recettes des utilisateurs sont en baisse avec un total des dépenses qui s’élevait de 39 % il y a 10 ans contre 31 aujourd’hui » détaille le président. Dans le même temps, les dépenses sont à la hausse puisque les offres de transports publics s’étendent géographiquement et les transports publics enregistrent une amélioration quantitative et qualitative avec des fréquences plus importantes et des trams ou la présence des bus à haut niveau de service. Face à ces problématiques de baisse des recettes et de l'augmentation des dépenses, les deux associations, GART et l’UTP ont décidé de faire un travail de sensibilisation et de réflexion commune pour trouver les moyens d'améliorer la situation. 

fraudeBHNS
Campagne anti-fraude dans les bus du réseau Stan - photo ici c nancy
 

Un manque à gagner de 500 millions en France et 3 millions à Nancy

Parmi les pistes, la fraude et la perte est colossale ! Sur un an et dans tout l’hexagone, elle se chiffrerait à 500 millions d’euros alors que dans le même temps « on sait que les voyageurs paient moins de 30 % du coût du transport, il est évident que toute fraude peut être très négative sur les recettes » souligne Guy Le Bras, directeur général du GART tout en pointant le « sentiment d’injustice » de ceux qui paient leur transport. Pour faire face à ce manque à gagner, des initiatives comme la possibilité pour les opérateurs de transports de recourir aux fichiers Ficoba, le fichier de l’administration fiscale, qui devrait pouvoir être accessible et faire en sorte que les gens fraudeurs soit réellement identifiés. En parallèle, Guy Le Bras regrette que le « délit d’habitude », ne permette des poursuites judiciaires au bout de 10 contraventions en 12 mois.

"À Nancy, la fraude s'élève à trois millions (...) l'équivalent de cinq Stanway"                Laurent Garcia

À Nancy, si le taux de recouvrement des verbalisations s’élève à 50 %, « la fraude s’élève à 3 millions d’euros par an, l’équivalent de 5 Stanway de la ligne 2 ou d’une dizaine de bus de lignes régulières » indique Laurent Garcia, Vice -président du Grand Nancy, délégué aux transports, membre du conseil d’administration du GART. Des chiffres encore élevés qui marquent malgré tout une baisse depuis deux ans de 3,8 points selon les résultats d’une récente enquête menée du 21 au 27 novembre 2014 dans les transports en commun du réseau Stan qui a mis en relief 15,6 % de fraude sur la globalité du réseau et sur près de 5469 contrôles effectués alors qu'elle était de 19,4 % en 2012. 

Réduire la fraude sous la barre des 10 % d’ici 2016

Selon Patrick Huard, président de Transdev Nancy, trois leviers ont contribué à baisser la fraude, à commencer par « les fondamentaux du service », « l’identification du territoire » et « les opérations de contrôles ». « Le premier constat c’est que le conducteur c’est le premier agent commercial, il doit jouer un rôle sur l’accueil des voyageurs (...) il doit s’impliquer dans le contrôle des titres » assure-t-il, tout en mettant en relief l’importance d’un service de qualité et d’une offre pertinente du réseau. Pour apporter un volet plus constructif à la répression, depuis le mois de mai 2014, le réseau Stan a noué un partenariat avec une association d’insertion nommée « Réciprocité », laquelle délègue au réseau 18 personnes qui sillonnent les lignes du réseau par équipe de 3, dont un contrôleur pour inciter les gens à valider leur ticket de transport. Sur l’année 2015, Transdev a indiqué lors de cette conférence de presse de renforcer ses équipes de contrôleurs « 20 contrôleurs c’est un peu juste au vu de la dimension du réseau et on a le projet d’augmenter de deux équipes de quatre soit 8 contrôleurs » estime Patrick Huard. « On va assurer plus de contrôles le soir, le week-end et sur les lignes à vocation scolaires où l'on remarque de la fraude. On va pérenniser les actions d’incitation et de partenariat avec Réciprocité qui permet d’assurer une présence dans le véhicule qui est appréciée. On va innover, redynamiser les messages, on s’est fixé un objectif de faire baisser le taux de fraude en dessous de 10 % en 2016... » conclut le président de Transdev.  

Retrouvez-nous sur Facebook

L'agenda des sorties

Lun Mar Mer Jeu Ven Sam Dim

Ici-c-Nancy TV