octobre 20, 2019

Insécurité à Nancy : la gauche demande au maire de réagir

Nancy- Après un week-end mouvementé dans les rues de Nancy, la Gauche demande à Laurent Hénart de réagir...

nancy 
photo d'archives  Pierre Rolin www ici c nancy fr

Comme bon nombre de grandes villes françaises, Nancy est confrontée à des problèmes d’insécurité notamment la nuit ou au petit matin avec en toile de fond une consommation d’alcool excessive. Ces derniers mois, les incidents se sont multipliés dans les rues nancéiennes dont certains ont marqué la population, on pense là aux incidents lors du percent, de la fête de la musique ou encore les violences sur les commerçants de la rue des Maréchaux en juin dernier. Après un dernier week-end encore mouvementé, et voyant là un bon moyen de titiller le nouveau maire de Nancy Laurent Hénart et une des figures de son équipe alias Gilbert THIEL, la Gauche Nancéienne presse l’équipe municipale d’agir dans le domaine de la sécurité.

Dans un communiqué de presse transmis ce lundi, le leader de l’opposition municipale, Bertrand Masson rappelle que « beaucoup de nos concitoyens à Nancy sont confrontés à diverses manifestations d’insécurité (incivilités de toutes sortes, agressions nocturnes, sorties difficiles aux abords des établissements de nuit…) » notamment précise-t-il au « centre-ville (qui) concentre bon nombre de ces problèmes, mais tous les quartiers de la ville, à des degrés divers, sont concernés. » Selon Bertrand Masson, la Gauche a régulièrement « demandé une réorientation des politiques, municipales et communautaires, en matière de sécurité et de tranquillité publique » accusant la majorité municipale de renvoyer « toujours à d’autres ses propres responsabilités. »

L’ex-directeur de campagne du candidat Mathieu Klein demande ainsi au maire de Nancy d’agir et profite de l’occasion pour ressortir le programme municipal en matière de sécurité de l’actuel président du conseil général de Meurthe-et-Moselle comme la hausse des effectifs de la Police Municipale, des modifications de missions de cette dernière ou encore la création de postes de police municipale ou d’un office municipal de la tranquillité publique.

Le socialiste Bertrand Masson profite également de l’occasion pour rappeler selon lui que « l’État a répondu présent en plaçant certains quartiers de l’agglomération (dont le centre-ville de Nancy) en Zone de Sécurité Prioritaire, avec l’affectation de nouveaux moyens humains. » Une ZSP dont les premiers résultats sont jugés assez maladroitement « encourageants » par le patron de la Gauche nancéienne quand on sait que le centre-ville est devenu une ZSP et qu’il concentre toujours autant d’incidents comme il le constate lui-même.  Bertrand Masson demande également au maire de Nancy d’aller toquer à la porte du ministère de l’Intérieur « en cas de nouvelles difficultés » pour obtenir du renfort. En conclusion, le premier secrétaire fédéral du parti socialiste de Meurthe-et-Moselle condamne « la municipalité (qui) n’est pas à la hauteur de ces enjeux » et qui « n’a pas été en mesure de mener une politique constante en la matière (...) Depuis 4 ans, les annonces se sont succédé, des projets ont été lancés puis abandonnés, comme la création de médiateurs de nuit, d’autres sont en stand-by comme le plan communautaire de vidéosurveillance attendu depuis… 2011. » Lors du prochain conseil municipal, Gilbert Thiel devrait annoncer ses premières mesures après un audit de plusieurs mois sur la situation nancéienne...

Evénements Ici-c-Nancy.fr

Retrouvez-nous sur Facebook

Ici-c-Nancy TV