août 25, 2019

Municipales 2014 Nancy : Hénart jubile, Klein positive

Nancy- Comme prévu il y aura donc un duel à Nancy entre Laurent Hénart et Mathieu Klein au second tour, le premier part en tête... 

Henart.Klein

Premier enseignement de ce premier tour, il ne faut donc pas se fier aux sondages, et les résultats à Nancy de ce dimanche 23 mars le prouvent. Les deux enquêtes effectuées avaient en effet placé Mathieu Klein en tête de ce premier tour, il n'en est rien, non seulement Laurent Hénart est donc en tête (40,47% avec 11744 voix), mais en plus avec près de cinq points d'avance sur son adversaire socialiste (35,76% avec 10377 voix).  

Dans la permanence de campagne de Laurent Hénart, située rue Saint-Dizier, l'heure était clairement à la satisfaction et les sourires inondaient les visages des partisans du secrétaire général de l'UDI. Olivier Rouyer, 15e sur la liste Aimer Nancy, s'est ainsi déclaré « très content » de ce score avant de saluer « le travail extraordinaire des militants . » De son côté Matthieu Dap, 33e position et président des Jeunes Populaires a estimé que malgré ce bon score « qui ne nous surprend pas, ce n'est pas encore gagné, il reste encore une semaine pour dépasser les 50%. » Évidemment, Laurent Hénart a été accueilli sous les applaudissements dans sa permanence de campagne pleine comme un oeuf dans laquelle il a adressé quelques mots à ses partisans abordant notamment les sondages « comme un électrochoc » pour son équipe et ses électeurs qui se sont mobilisés plus fortement contribuant, selon la tête de liste Aimer Nancy, à la participation importante des Nancéiens à cette élection. Revigoré comme jamais, Laurent Hénart a remercié ses partisans et colistiers de leur travail avant une nouvelle fois d'exprimer son amour de Nancy et sa volonté d'en faire « une métropole européenne, une ville capitale ». Le candidat UDI-UMP-MoDem a également raillé le camp adverse pour notamment, selon lui, son goût pour l'abstention « il n'y a rien de pire de s'abstenir quand il s'agit de rénover la place Stanislas » avant de souhaiter une large victoire dimanche « avec le sourire, avec l'envie. » Sur cette première place, Laurent Hénart a considéré cela « comme un encouragement » se félicitant d'une campagne « faite avec notre coeur, tournée vers l'avenir, en essayant de répondre aux préoccupations des gens. » Durant cinq jours, Laurent Hénart compte poursuivre sur sa lancée et battre le pavé avec son équipe pour convaincre les sceptiques tout en écoutant d'une oreille attentive les positions prises par Frank-Olivier Potier et Denis Gabet qui vont se prononcer en début de semaine excluant « connivences, manoeuvres, ni la moindre ambiguïté avec l'extrême droite et j'attends du parti socialiste qu'il soit aussi clair avec le Front de Gauche que nous le sommes avec le Front National. »

Dynamique de changement

À quelques pas de là, chez Mathieu Klein rue Stanislas, l'ambiance était forcément moins joyeuse, la déception se lisait clairement chez les partisans du candidat d'union de la Gauche. Pour autant, les cadres de l'équipe Une Ville Meilleure ont tenu à positiver ainsi Nicole Creusot et Chaynesse Khirouni ont souligné que malgré le contexte difficile pour la gauche « nous progressons par rapport à 2008 assez fortement. » Nicole Creusot reconnaît une déception « non pas par rapport aux prévisions des sondages, mais plus sur le ressenti du terrain où les gens semblaient aspirer à autre chose » avant de se baser sur ce ressenti et les 1200 voix d'écart entre Mathieu Klein et Laurent Hénart pour continuer à croire à la victoire dimanche prochain. Pour gagner, Chaynesse Khirouni compte « mobiliser entre les deux tours » et dire aux Nancéiens que s'ils souhaitent une Nancy « Ville humaniste, ville qui a un projet innovant et dynamique, il faut qu'ils votent pour Mathieu Klein. » De son côté Bertrand Masson s'est montré satisfait du résultat « dans contexte national difficile » , mais aussi face « aux 3000 voix supplémentaires par rapport à 2008 » pour la liste d'union de la Gauche, le directeur de campagne de Mathieu Klein poursuivant dans les chiffres a ainsi considéré « qu'il y avait un effritement à droite, Laurent Hénart a fait 2000 voix de moins qu'André Rossinot » percevant là  « une dynamique de changement à Nancy. » Comme son équipe rapprochée, Mathieu Klein a écarté toute déception soulignant, lui aussi, le nombre de voix gagnées par rapport à 2008 dans contexte national difficile pour la Gauche et ainsi souhaiter que son équipe « reste mobilisée à 200 % pour aller chercher la victoire » estimant que le sort de cette élection se jouera dimanche prochain et non au premier tour. Une victoire qui semble impossible sans le soutien du Front de Gauche, mais là encore Bertrand Masson tout comme Mathieu Klein ont fait part de leur confiance quant à la position prise par Bora Yilmaz et son équipe. 

La surprise Frank-Olivier Potier

Concernant les autres candidats, la surprise est venue de la liste de Frank-Olivier Potier (6,18 % avec 1793 voix) qui se classe à la quatrième position juste derrière le Front National et Pierre Ducarne (6,92 % avec 2007 voix) qui s'est déclaré satisfait de son score qui confirme une nouvelle fois que la tâche n'est pas aisée pour le parti de Marine Le Pen à Nancy très loin de ce qui se passe ailleurs en Lorraine ou en France. Sans doute une petite déception pour Bora Yilmaz et le Front de Gauche (5,44 % avec 1580 voix) qui se hisse à la cinquième position juste devant Denis Gabet (4,03% avec 1170 voix) qui lui, au contraire, peut se satisfaire de son score d'autant plus que la campagne de Nancy Ville Humaine avait été financée uniquement par dons. Enfin sans surprise Christiane Nimsgern (1,20 % avec 348 voix) ferme la marche après avoir fait une campagne tardive et concentrée sur le contexte national.

Retrouvez-nous sur Facebook

Ici-c-Nancy TV