décembre 14, 2019

Municipales 2014 Nancy: Mobilisation de la gauche derrière Mathieu Klein

Nancy- Mathieu Klein a tenu mercredi soir son dernier meeting avant le premier tour... 

klein-equipe

À quelques jours du premier tour, Mathieu Klein organisait mercredi soir un grand rassemblement salle Gentilly qui a d’ailleurs accueilli plusieurs grands rassemblements de cette campagne. Animée par le speaker officiel de l'ASNL, Flavien Logeard, la soirée a été l'occasion pour la gauche et les socialistes de montrer leur soutien à Mathieu Klein, candidat à la succession d'André Rossinot. Ainsi Jean-Pierre Masseret, Michel Dinet, Dominique Gros ou encore évidemment Hervé Féron et d'autres candidats dans l'agglomération comme Bertrand Kling( Malzéville) ou Michel Breuille (Essey-lès-Nancy) étaient réunis avec l'équipe de la liste Une Ville Meilleure pour écouter le dernier discours de Mathieu Klein avant le premier tour.

La campagne n'est pas terminée

Après que Julie Meunier, Nicole Creusot, Vincent Herbuvaux et Gilles Lucazeau aient présenté les grandes lignes du programme, un message de soutien vidéo du chanteur du groupe Zebda et un clip présentant ses colistiers, Mathieu Klein s'est présenté au pupitre en compagnie de Dominique Gros, maire de Metz, sous les applaudissements de près d'un millier de personnes. La tête de liste Une Ville Meilleure a d'abord déclaré se sentir « extrêmement bien » à quelques jours du premier tour avant de saluer la présence à ses côtés du maire de Metz pourtant lui aussi en pleine campagne. Le vice-président du conseil général a estimé que la campagne n'était pas terminée, une campagne dans laquelle selon lui « jamais les Nancéiens n’ont autant témoigné l’envie d'écrire une page nouvelle de l'histoire de notre ville » qui verrait donc la cité ducale se doter d'un maire de gauche. Une campagne pas terminée puisqu'il faudra également convaincre « ceux qui sont tentés par l'abstention » dans une période où les affaires s'accumulent et assombrissent une nouvelle fois l'image de la politique en France.

Succès et échecs de Rossinot

À quelques jours de la fin de 31 années de règne d'André Rossinot à Nancy, Mathieu Klein a reconnu les mérites d'un homme « qui n'a pas pu être élu à cinq reprises par le fruit du seul hasard » pointant les aménagements des bords de Meurthe et la piétonnisation et la rénovation de la place Stanislas comme des succès du maire actuel. Des contributions positives qui n'effaceront pas selon Mathieu Klein « l'échec des transports ou de l'endettement beaucoup trop lourd de Nancy et du Grand Nancy. » Concernant son équipe, composée de plusieurs courants de la Gauche, le candidat s'est félicité qu'elle se soit renforcée et solidifiée au cours de la campagne et ce pour longtemps « car nous serons en tête au soir du premier tour, et le soir du 30 mars » a pronostiqué Mathieu Klein qui a promis par la même occasion de ne pas trahir « la confiance des Nancéiens qui impose en retour une exigence. »

Le tandem Féron-Klein

Mathieu Klein a eu également quelques mots pour Hervé Féron avec lequel il a en commun « les valeurs et le projet que nous avons construit ensemble » se déclarant « fier et heureux que nous ayons eu le courage de dépasser, de proposer, de construire ce qui fait qu'aujourd'hui nous sommes prêts à diriger la ville de Nancy et la communauté Urbaine du Grand Nancy. » Le proche de Martine Aubry a annoncé être demain un premier vice-président du Grand Nancy entièrement consacré au développement économique de l'agglomération, au soutien à l'enseignement supérieur et à l'innovation et dédié à faire grandir les filières d'excellence et de croissance, bref « de mettre un pilote dans l'avion du développement économique du Grand Nancy.» Mathieu Klein a estimé que son élection à Nancy permettrait de relancer le dialogue avec le conseil Général, mais aussi le conseil Régional de Lorraine « nous avons le devoir de mieux travailler ensemble » a-t-il précisé. Au sujet des impôts, Mathieu Klein s'est engagé que le mandat 2014-2020 soit le mandat de la stabilité fiscale « en réorientant une partie du budget de fonctionnement et d'investissement de la ville de Nancy pour financer des priorités nouvelles et pour concourir au désendettement de la ville. » Le candidat socialiste a également souhaité la réélection de Dominique Gros à Metz « avec lequel nous construirons l'alliance féconde des deux capitales de la Lorraine » basée sur les complémentarités des deux villes, tout en souhaitant un travail au-delà du sillon Lorrain vers l'espace central et le sud de la région avec notamment une politique de développement touristique fixé au mois de décembre avec les fêtes de la Saint-Nicolas et la tradition de Noël.

Les chars soviétiques place Stanislas

Évidemment, Mathieu Klein n'a pas oublié d'égratigner le camp adverse accusé « d'un sketch des années 80 avec le spectre du méchant socialiste » excluant ironiquement l'arrivée des chars soviétiques sur la place Stanislas. La majorité sortante a également été accusée d'avoir copié le programme de la liste de l'union de la Gauche et plus précisément la plate forme de la sécurité et tranquillité publique avec le Nancy en direct et son numéro de téléphone disponible 7 jours sur 7.  Enfin la tête de liste Une Ville Meilleure s'est engagé à être un maire de Nancy « de plein exercice » et de défendre les intérêts de tous les Nancéiens « avec autant de vigueur face à des dirigeants socialistes qu'avec des responsables de l'UDI ou de l'UMP et à tous les étages de la République » réfutant par ailleurs de regretter son choix en 2010 quand il a décidé de briguer la mairie de Nancy.  

Retrouvez-nous sur Facebook

L'agenda des sorties

Lun Mar Mer Jeu Ven Sam Dim

Ici-c-Nancy TV