novembre 20, 2019

Nancy : un appel à rassemblement contre "le racisme anti-musulmans"

Photo d'illustration Photo d'illustration
Nancy. Contre l'islamophobie, un collectif regroupant 17 organisations associatives, syndicales et politiques a lancé un appel à un rassemblement mardi 5 novembre à Nancy. 

Dans un contexte de polémique suite à la diffusion d'une vidéo montrant le 16 octobre dernier une mère voilée prise à partie par un élu du Rassemblement National lors d'une séance plénière au siège du Conseil régional de Bourgogne Franche-Comté, un appel à "un rassemblement unitaire" à Nancy a été lancé.

Parmi les signataires de l'appel 17 organisations : l'AFPS 54 Sud, Association de Solidarité avec le Peuple Sahraoui, ATMF, EELV Grand Nancy, FSU 54, La Libre Pensée 54, LDH, LFI, PCF 54, PS Nancy, RESF 54, Sud-Solidaires 54, UAVJ, UJFP, UL CGT de Nancy, UD CGT 54, UNEF Lorraine.  

Le rassemblement s'inscrivant "contre les paroles et les actes de la haine anti-musulmans" est programmé ce mardi 5 novembre à 19 heures sur la place Stanislas à Nancy,

L'appel transmis par communiqué de presse :

Appel au rassemblement contre la haine anti-musulmans :

Ces dernières semaines, les attaques contre nos concitoyens musulmans n'ont cessé de s'accumuler, atteignant leur apogée avec l'agression d'une mère de famille portant le voile durant une session du conseil régional de Bourgogne-Franche-Comté par deux élus d'extrême droite, la stigmatisation de parents d'élèves accompagnateurs portant le voile, suivi de tags racistes sur la mosquée de Charleville-Mézières et surtout de tentatives de meurtres à la mosquée de Bayonne par un ancien candidat du RN.

En ne désavouant pas la prise de position de l'élu RN, le gouvernement a été lâche dans la défense des principes républicains et porte une lourde responsabilité dans l'aggravation d'un climat public de plus en plus ouvertement discriminatoire. Cela marque également une rupture historique avec les principes garanties garantis par la loi de 1905 sur la laïcité. Pire, dans un tel climat, des ministres croient bon de jeter de l'huile sur le feu en prenant leurs distances avec les lois de la République. Nous réaffirmons notre attachement à une laïcité qui protège la République du pouvoir des religions et qui protège ses citoyens en leur garantissant la possibilité de croire librement ou de ne pas croire. 

Déjà suite à l'attentat perpétré à la Préfecture de Police de Paris, le gouvernement d'Emmanuel Macron a basculé dans une société de la surveillance et de la délation, validant la thèse d'extrême droite qu'un musulman est potentiellement un terroriste. L'université de Cergy a même pris l'initiative de demander à ses enseignants de repérer des comportements s'apparentant à des « signaux faibles » menant à la radicalisation. Or, la liste de ces comportements correspond pour l'essentiel à une liste de pratiques tout à fait anodines dans la vie religieuse d'un musulman pratiquant. Nous ne pouvons pas accepter qu'une partie de la population soit fichée pour ses opinions religieuses, avec l'aval de l'État.

Ces derniers jours, 90 personnalités publiques ont pris position dans la presse pour que la haine anti-musulmans cesse dans le pays. Comme nous nous sommes rassemblés en février dernier pour dire non à l'antisémitisme, nous affirmons que la lutte contre les discriminations frappant les musulmans doit être l'affaire de toute la société, et non pas des seuls musulmans. 

Nous pensons qu'il est de notre responsabilité collective, en tant qu'organisations syndicales, associatives, ou politiques, citoyennes et citoyens attachés au vivre ensemble Républicain, de nous opposer aux dérives racistes et sécuritaires qui stigmatisent nos concitoyens musulmans. Pour affirmer ces principes, nous appelons donc nos concitoyens à un rassemblement unitaire contre les paroles et les actes de la haine anti-musulmans place Stanislas à Nancy, ce mardi 5 novembre à 19 heures.

Retrouvez-nous sur Facebook

L'agenda des sorties

Lun Mar Mer Jeu Ven Sam Dim
1
2
3
4
6
7
8
11

Ici-c-Nancy TV