octobre 17, 2019

Piétonnisation, gratuité des transports, alimentation, mobilité : Mathieu Klein livre ses réflexions

Ce mardi, Mathieu Klein a livré ses propositions en matière de transition écologique, le tout avait un petit goût de campagne municipale.

 

Il l'assure, il n'entre pas en campagne, d'ailleurs pour l'instant il n'est pas candidat. Si Mathieu Klein a convoqué la presse ce mardi matin pour livrer sa contribution au débat sur la transition écologique qui est porté actuellement au niveau national, mais aussi au niveau local, c'est que le non-respect de l'accord de Paris à contenir la hausse des températures à + 2° « risque d'avoir des conséquences graves sur l'humanité. » Considérant que « la transition écologique n'est pas une option, mais une nécessité » et que « les états ne parviennent pas à inverser la tendance », Mathieu Klein estime que les territoires doivent prendre la responsabilité de cette transition écologique.

Alors que Laurent Hénart, après une année 2018 de réflexion sur le sujet, doit faire la semaine prochaine des propositions, Mathieu Klein a décidé de le devancer et de livrer des idées, des pistes de réflexion qui ressemblent fortement à un programme de campagne. En premier lieu, l'élu socialiste veut mener « une révolution politique en matière de mobilité dans le Grand Nancy avec des dessertes performantes, un réseau cyclable digne de ce nom auquel les zones 30 ne peuvent constituer une réponse suffisante. » Le président du conseil départemental entend améliorer l'accès à la Métropole « 100 000 personnes arrivent chaque jour dans le Grand Nancy et il n'existe pas de solution de stationnement satisfaisante aux portes de l'agglomération. »

En matière de transports en commun, Mathieu Klein veut mener une refonte complète de la tarification y compris en abordant la gratuité « je n'ai pas encore fait mon choix, j'observe ce qui se fait à Dunkerque, à Paris ou encore au Luxembourg. » Le président du conseil départemental souhaite également « que les citoyens se réapproprient l'espace urbain, qu'ils puissent disposer d'espaces pour organiser des manifestations, discuter, se rencontrer. » Dans le même ordre d'idée, il entend « atteindre un niveau élevé de piétonnisation en Veille Ville et dans le centre-ville », mais aussi « en finir avec les places couloirs, que l’on traverse vite sans s'arrêter, les places doivent être un lieu de rassemblement. »

Sur la question des friches et au regard de ce qui a été fait dans le quartier Nancy Grand Coeur ou Stanislas-Meurthe, Mathieu Klein « ne veut plus penser uniquement aux logements » sur les sites Alstom, Grands Moulins ou les futures friches de l'Université et de l'hôpital. Le candidat aux municipales 2014 à Nancy souhaite des bâtiments « à énergie passive comme le collège Jean Lamour  ou positive comme le sera le futur collège ARTEM, que les futurs quartiers soient ainsi autonomes en matière énergétique. » Le président du conseil départemental aborde également la question de l'alimentation avec ce constat « 1% de notre alimentation provient de notre territoire. » Au département il rappele son choix d'acquérir des terrains autour du Grand Nancy pour développer la culture maraîchère et fournir les cantines, maisons de retraite ou les hôpitaux de produits locaux.

André Rossinot, le seul....

Les apparences sont trompeuses, non Mathieu Klein n'est pas rentré en campagne. En dévoilant ses pistes de réflexion, il assure être dans son rôle de militant et d'élu « ce n'est pas le temps de la campagne municipale » assure le patron du département. Une nouvelle preuve ? Pour l'élu socialiste « au niveau local, le seul qui porte un cap politique c'est André Rossinot, je ne valide pas tout, mais je vois un chemin...», Laurent Hénart appréciera le compliment... Non, vraiment, Mathieu Klein n'est pas entré en campagne... 

Evénements Ici-c-Nancy.fr

Retrouvez-nous sur Facebook

Ici-c-Nancy TV