Log in

EN IMAGES : voyage au cœur du jardin éphémère 2017 à Nancy

  • Écrit par CS
  • Publié dans Nancy
EN IMAGES. La 14e édition du jardin éphémère 2017 s’est ouverte samedi place Stanislas. Pendant un peu plus d’un mois, ce verdoyant jardin à ciel ouvert célèbrera la nature tout en portant un regard écologique et éthique sur la nécessité de préserver la biodiversité des forêts...
JardinEphemere2017

Le Jardin Éphémère de Nancy fait son grand retour sur la place Stanislas du 30 septembre au 5 novembre 2017 - crédit photo CS - www.ici-c-nancy.fr

Place à l'arbre ! Depuis quelques jours et à l’occasion de la tenue du 14e jardin éphémère de Nancy, la place Stanislas a revêtu un nouvel habit feuillu et coloré. Cette année, les équipes des Parcs et Jardins de la Ville de Nancy ont mis en lumière l’univers de la forêt à travers un nouveau jardin aux contours géométriques suggérant par sa forme une immense feuille d’érable.

Douze scènes végétales pour célébrer la nature dans sa diversité

Symbolique et poétique cette densité arborée enracinée Place Stan a vocation d’exprimer en plusieurs scènes végétales toute la biodiversité de la nature, mais également à sensibiliser à sa préservation dans le monde. De la « tige tronc » de la feuille, matérialisée par un tunnel de culture horticole, le visiteur progresse dans la biosphère. Sur le parcours, en franchissant un petit pont flottant, le marcheur s’élève au-dessus de la canopée et des ses lentilles d’eau marécageuses. Plus loin, au son des vocalises de perruches colorées, des tronceaux de bois invitent le visiteur à franchir un nouveau parcours aquatique au sein de l’exubérante forêt tropicale au gré de cascades et de miroirs déformants. Plus loin encore, une grande table recouverte de gazon propose aux visiteurs de faire un break. Un jardin unique retravaillé intégralement chaque année et dans lequel chaque élément est placé en harmonie pour que le visiteur pénètre en immersion dans la forêt, nouvelle thématique 2017.

EN IMAGES

  • 1/15 - Le Jardin Éphémère 2017 en images

    1/15 - Le Jardin Éphémère 2017 en images

  • 2/15 - Le Jardin Éphémère 2017 en images

    2/15 - Le Jardin Éphémère 2017 en images

  • 3/15 - Le Jardin Éphémère 2017 en images

    3/15 - Le Jardin Éphémère 2017 en images

  • 4/15 - Le Jardin Éphémère 2017 en images

    4/15 - Le Jardin Éphémère 2017 en images

  • 5/15 - Le Jardin Éphémère 2017 en images

    5/15 - Le Jardin Éphémère 2017 en images

  • 6/15 - Le Jardin Éphémère 2017 en images

    6/15 - Le Jardin Éphémère 2017 en images

  • 7/15 - Le Jardin Éphémère 2017 en images

    7/15 - Le Jardin Éphémère 2017 en images

  • 8/15 - Le Jardin Éphémère 2017 en images

    8/15 - Le Jardin Éphémère 2017 en images

  • 9/15 - Le Jardin Éphémère 2017 en images

    9/15 - Le Jardin Éphémère 2017 en images

  • 10/15 - Le Jardin Éphémère 2017 en images

    10/15 - Le Jardin Éphémère 2017 en images

  • 11/15 - Le Jardin Éphémère 2017 en images

    11/15 - Le Jardin Éphémère 2017 en images

  • 12/15 - Le Jardin Éphémère 2017 en images

    12/15 - Le Jardin Éphémère 2017 en images

  • 13/15 - Le Jardin Éphémère 2017 en images

    13/15 - Le Jardin Éphémère 2017 en images

  • 14/15 - Le Jardin Éphémère 2017 en images

    14/15 - Le Jardin Éphémère 2017 en images

  • 15/15 - Le Jardin Éphémère 2017 en images

    15/15 - Le Jardin Éphémère 2017 en images

    Un jardin éphémère engagé

    Avec un budget limité de 10 000 €, les astuces, la réutilisation et l’écoconception sont au cœur du fonctionnement du jardin éphémère. Pour concevoir cet extraordinaire jardin, les équipes des Parcs et Jardins de Nancy, sous la houlette de Pierre Didierjean, directeur des parcs et jardins de la Ville, secondé par Stéphane Harterse sont rapprochées d’une vingtaine de partenaires locaux à travers de nombreux prêts : les bancs en bois d’un partenaire rencontré lors de l’évènement Embranchement à la Pépinière, les petits champignons d’une céramiste locale, les perruches d’un éleveur... Certaines techniques sont également valorisées, c’est le cas « du bois cousu » permettant d’unir différents bois grâce à une couture en ruban, une astuce qui a suscité aussitôt l’intérêt des acteurs du jardin éphémère qui y a vu un moyen original pour habiller les contenants. Ainsi, pour permettre aux équipes de reproduire cette technique les jardiniers ont bénéficié d’une formation pour la recréer sur le jardin. 

    Une création qui fourmille à travers d’autres implications dans le jardin comme celle des graphistes à travers l'installation d'une bande dessinée en bois de Arthur Colin, alias Wiglaf ou encore de la création sonore avec des sons développés par un audio-naturaliste en passant par le choix des lumières en lien avec des éclairagistes. « On essaye d’avoir une vision transdisciplinaire sur le jardin » estime Stéphane Harter chef du service des Parcs et Jardins.

    « Un jardin ce n’est pas uniquement esthétique, bien sûr on est flatté de nous dire que c’est beau, mais il y aussi la dimension écologique et éthique à travers les atteintes sur les écosystèmes, c’est plus compliqué à faire comprendre. Dans la thématique, lorsqu’on parle d’arbres, on parle aussi de la forêt amazonienne, aujourd’hui qui est en train d’être détruite, de l’érosion de la biodiversité et des dégradations qui ont des conséquences immédiates sur les écosystèmes. On essaye modestement à Nancy de sensibiliser sur ces enjeux... » conclut Stéphane Harter.

    Le Jardin éphémère 2017 en chiffres. 315 m de périmètre du limbe de la feuille ; 359 m de périmètre totale de la feuille ; 12 scènes végétales ; 277 assisses ; 192 m de barrière ganivelle ; 52 m de clôture végétale ; 840 m2 de gazon ; 123 m de platelage ; 10 m2 de bois ; 1 100m de câbles électriques ; 350 m de cordon lumineux ; 207 spots ; 250 champignons en céramique ; 50 nichoirs ; 8 radeaux ; 214 arbres ; 106 m2 de tapis végétaux ; 46 jardinières.