décembre 06, 2019

Grève des étudiants dentaires à Nancy : « une dentisterie basée sur les années 80 »

Nancy- Les étudiants de la faculté de chirurgie dentaire de Nancy sont en grève cette semaine, Raphaël Hainot, porte-parole du mouvement dans la cité ducale nous explique les raisons de la colère.

greve-dentiste

Les étudiants hospitaliers de la faculté de chirurgie dentaire de Nancy sont en grève depuis ce lundi 16 janvier, et ce jusqu'au vendredi 20 janvier. Les étudiants ont répondu massivement au préavis de grève déposé par l'UNECD (Union Nationale des Étudiants en Chirurgie Dentaire) pour protester contre les propositions faites par les Caisses d'Assurance Maladie dans le cadre des négociations conventionnelles qui ont lieu actuellement. Explications de Raphaël Hainot, porte-parole du mouvement à Nancy. 

Pourquoi ce mouvement de grève ?

Raphaël Hainot :Ce mouvement a lieu par rapport aux négociations conventionnelles qui sont en cours. Il faut savoir que la grande majorité des chirurgiens-dentistes sont conventionnés, ils doivent donc respecter les tarifs mis en place par l'assurance maladie. Tous les cinq ans, il y a des négociations pour réévaluer un certain nombre de tarifs et aborder des questions de démographie. Depuis septembre, les premières propositions ne vont pas dans le bon sens. Ainsi, on nous avait promis un véritable changement de vision, des revalorisations totalement inédites parce qu’il y a des soins qui sont bloqués à un tarif de plus de trente ans, sans prendre en compte l'évolution des techniques, les nouvelles données de la science, en fait nous avons une dentisterie basée sur les années 80. La protestation est née dans ce cadre-là pour dire que ça suffit de faire autant d'économies sur la santé, d'intégrer autant de données économiques dans le choix thérapeutique du praticien. En tant qu'étudiant, nous avons envie de mettre en place, une fois installé, les techniques modernes que l'on nous apprend et pour cela il faut des revalorisations. Aussi, la prévention n'est pas du tout prise en compte, il n'existe pas de base de remboursement  pour la parodontologie, soins de base pour conserver longtemps la dent en bouche, c'est ce genre de soins que nous voulons privilégier, car il s'agit des meilleurs pour les patients.

Quelles sont les incidences de cette grève ? 

À Nancy nous suivons le préavis déposé par l'UNECD. La grève se manifeste auprès des étudiants hospitaliers qui sont environ 300 à Nancy, ils sont donc externes et travaillent au CHRU. Pour cette grève, les étudiants ont annulé leurs rendez-vous, ne vont pas travailler, seul le service d'urgence fonctionne normalement. Toute la semaine nous organisons des actions à la faculté, aujourd'hui par exemple nous avons crée une banderole de 20 mètres que nous avons placée avenue de Strasbourg. Nous avons organisé également une table ronde pour réfléchir aux différentes actions à mener, sur nos revendications, sur les moyens de communication que nous pouvons mettre en place pour les patients ainsi du tractage va être organisé ou encore une manifestation, sans doute jeudi, devant la CPAM. 

Des négociations sont-elles en cours ?

Il y a eu de la part du cabinet de la ministre de la santé Marisol Touraine, des mails qui ont été envoyés à l'UNECD, un rendez-vous a été pris, mais ce dernier n'a pas été fructueux, c'est pour cela que le mouvement continue. Nous prévoyons de rester en grève sur une longue période, elle est d'ailleurs reconductible. Nous attendons, vendredi 20 janvier, les prochaines propositions des caisses d'assurances maladie et si cela ne va toujours pas dans le bon sens, nous sommes prêts à continuer la grève aussi longtemps qu'il le faudra. 

Retrouvez-nous sur Facebook

L'agenda des sorties

Lun Mar Mer Jeu Ven Sam Dim

Ici-c-Nancy TV