novembre 18, 2019

JIRS de Nancy : le suspect interpellé après l'arrestation d'un Lorrain en Ukraine relâché

Nancy. Le complice présumé du jeune inséminateur de Nant-le-Petit (Meuse) — interpellé en Ukraine en possession d'armes de guerre et suspecté de programmer des attentats en France — a été arrêté ce lundi à Stainville (Meuse) et placé en garde à vue. Il vient d'être relâché sans qu'aucune charge ne soit retenue contre lui, informe aujourd'hui la JIRS de Nancy.
TGI

La juridiction interrégionale spécialisée (JIRS) de Nancy était informée fin mai par la direction centrale de la police judiciaire de l'interpellation d'un ressortissant français à la frontière Ukrainienne alors qu'il transportait de nombreuses armes à feu et notamment des fusils d'assaut, des explosifs, des lances-roquette anti-chars, ainsi que plusieurs cagoules. Pour les autorités ukrainiennes, le Lorrain — proche de la mouvance d’extrême droite radicale- projetait de commettre une quinzaine d’attentats en France au cours de la compétition de foot de l’Euro. Une enquête préliminaire était alors confiée il y a plusieurs jours à la direction centrale de la police judiciaire (DCPJ).

Cette enquête, des chefs d'acquisition, détention et transport en bande organisée d'armes de catégorie A et d'association de malfaiteurs en vue de commettre un délit puni de 10 ans, a conduit la JIRS de Nancy grâce aux fonctionnaires de police de l'office centrale de lutte contre la criminalité organisée (OCLCO) et du service régional de police judiciaire (SRPJ) de Nancy des investigations relatives aux complicités en France de l'individu interpellé en Ukraine.

Dans ce cadre, les enquêteurs ont été amenés, le 13 juin 2016, à interpeller et placer en garde à vue une personne, domiciliée dans la région de Bar-Le-Duc, susceptible d'avoir été en contact, en Ukraine, avec le ressortissant français qui y a été interpellé, et ce afin de déterminer la nature de leurs relations et son éventuelle implication dans un trafic d'armes à destination de la France. Une perquisition était réalisée lundi au domicile du gardé à vue par les fonctionnaires de la DCPJ, avec l'appui d'un chien spécialisé dans la recherche et la détection d'explosifs.

Une garde à vue qui a été levée aujourd'hui sans qu'aucune charge ne soit retenue contre lui. Selon la JIRS de Nancy « la perquisition n'a pas permis de découvrir d'éléments de nature à confirmer la participation de l'intéressé à l'importation d'armes à feu. Toutefois, les investigations se poursuivent pour déterminer si ce trafic d'armes avait des relais actifs sur le territoire français ».

Retrouvez-nous sur Facebook

L'agenda des sorties

Lun Mar Mer Jeu Ven Sam Dim
1
2
3
4
6
7
8
11

Ici-c-Nancy TV