août 17, 2019

Une véloparade de l'horreur organisée dans les rues de Nancy ce week-end

NANCY. Nancyclette, vélorution bi-mensuelle du collectif vélorution et Dynamo proposeront une véloparade de l'horreur ce week-end à Nancy dans une ambiance voulue aussi festive que conviviale. Le départ sera donné sur la Place d'Alliance, ce samedi 7 novembre à 15 heures. 
flyzombieparade
Photo d'illustration DR

Ne soyez pas surpris, si vous croisez ce samedi un mort-vivant circulant avec un vélo ou un clown terrifiant à bord d’une trottinette, une semaine après Halloween, le collectif vélorution profitera de ce thème pour organiser samedi 7 novembre à 15 heures avec la participation de l’atelier Dynamo sa traditionnelle Nancyclette. Dans les rues de Nancy évoluera une véloparade de l’horreur constituée de vélos fous créés par l’atelier, tall bike (vélo très haut), sound system diffusant de la musique durant le parcours, triporteur transportant des boissons, tandem dos à dos, le tout décoré et déguisé.

Deux fois par mois, la Nancyclette, la masse critique de Nancy propose en effet une balade en ville avec des transports doux sur le concept de la masse critique, un mouvement mondial qui réunit, dans de nombreuses villes, vélos, trottinettes, rollers, skates pour une promenade en ville. À Nancy, l’événement a lieu tous les mois chaque premier samedi du mois à 15 heures, et chaque deuxième vendredi à 18 heures dans une ambiance voulue festive et conviviale. L’objectif affiché selon le collectif est « de promouvoir ces modes de transports doux face aux nuisances de l’automobile (bruit, pollution, encombrement, danger...), d’inciter les gens à se déplacer autrement, de mettre en évidence l’insuffisance des aménagements cyclables » et « à montrer une ville apaisée de la circulation automobile, propice aux rencontres, à des rues vivantes ». 

Le vélo comme moyen de transport...

Ce samedi, les adeptes des transports doux ou les curieux auront rendez-vous, place d’Alliance pour une balade au parcours aléatoire et imprévisible. « Le but n’est pas de bloquer la circulation, mais de la constituer. Nous sommes la circulation ! Nous souhaitons donner une bonne image du vélo urbain. Nous restons courtois avec tous les usagers de la rue, nous laissons passer les transports en commun. Chaque participant joue le rôle d’un simple usager de la chaussée, respectant le Code de la route. C’est le nombre de participants qui déclenche le phénomène de masse critique. À la manière des voitures qui envahissent les rues aux heures de pointe, la Nancyclette prend le dessus deux fois par mois dans les rues qu’elle traverse », explique encore le collectif.

Certaines villes comme Berlin, Budapest ou Rome, réussissent à réunir des centaines, voire des milliers de personnes, dans un cortège qui ne passe pas inaperçu. À Nancy, la Nancyclette réunit un public très large : étudiants, familles, personnes âgées, militants écologistes ou simples curieux venus se promener. Une chose est sûre, cette véloparade de l'horreur pourrait bien devenir le cauchemar des automobilistes si les cyclistes venaient en nombre... 

La véloparade de l'horreur par le collectif Vélorution, départ ce samedi 7 novembre à 15 heures, Place d'Alliance. 

Retrouvez-nous sur Facebook

Ici-c-Nancy TV