octobre 16, 2019

Phénomènes violents en hausse en Meurthe-et-Moselle

NANCY. Le préfet de Meurthe-et-Moselle Raphaël Bartolt a présenté ce jeudi à Nancy en présence de Thomas Pison, procureur de la République à Nancy, le bilan de la délinquance pour l’année 2012 concernant le département de la Meurthe-et-Moselle . Premier constat, les atteintes volontaires à l'intégrité physique sont en hausse de + 6,80 % en zone police et + 25,75 % en zone gendarmerie. Et les violences sexuelles augmentent de 12,22 % par rapport à 2011. En 2013, le déploiement d'une zone de sécurité prioritaire (ZSP) dans le Grand Nancy devrait permettre de lutter contre les violences et la délinquance avec des renforts des forces de l'ordre.

CarteMeurtheetMoselleHotelpolice

Pour le préfet, le bilan 2012 de la sécurité intérieure est contrasté par la persistance des phénomènes violents en Meurthe-et-Moselle parmi ces atteintes à l'intégrité physique les vols avec violences commis sur la voie publique à l'encontre des femmes qui augmentent de 3,95 % en Meurthe-et-Moselle, une hausse limitée par rapport à la moyenne nationale de + 8,9 %. En revanche, le département enregistre une baisse du nombre d'homicides de -33 % (12 faits contre 18).

Concernant les atteintes aux biens, les autorités dévoilent une augmentation de + 5,75 % en zone police et de + 16,65 % en zone gendarmerie, une hausse principalement orientées vers de petites délinquances d'appropriation et de dégradations de véhicules. Parmi ces infractions, les cambriolages des résidences principales ou secondaires ont légèrement augmenté de + 3,60 % (contre + 8,50 pour la moyenne nationale). Des statistiques très basses en gendarmerie avec une baisse de -9,06 %  et une hausse de + 10, 78 % en zone police. Les vols par effraction de locaux industriels, commerciaux ou financiers sont en baisse de- 19,56 % en zone police - 9,96 % en zone gendarmerie. Selon Raphaël Bartolt, le plan anti hold-up aurait largement contribué à ces bons chiffres. Enfin les vols à main armée reculent énormément dans notre département, de - 32,39 % contre seulement - 7,1 % au niveau national. En revanche, les vols avec des armes blanches augment de + 12,57 % alors qu'ils baissent de - 6, 4 % en France. Côté élucidation, on observe toujours des taux d'élucidations supérieurs aux taux nationaux principalement en zone police.

Lutte accrue contre les stupéfiants, la priorité absolue de 2013

L'usage, la détention et le trafic de stupéfiants sont « un enjeu central de la sécurité publique, impliqués dans une part très importante de la délinquance » a rappelé Raphaël Bartolt, préfet de Meurthe-et-Moselle. Ainsi le nombre d'opérations visant au démantèlement des réseaux de trafic de stupéfiants a augmenté de + 36 % en 2012 avec 261 interventions contre 192 en 2011.

En 2013, le déploiement de la Zone de sécurité prioritaire (ZSP) sur quatre secteurs sensibles du Grand Nancy devrait permettre de répondre aux objectifs prioritaires donnés par l'état à savoir la lutte contre les violences liées aux trafics, la baisse des atteintes à l'intégrité physique, et le recul des incivilités et troubles à l'ordre public. Quatre secteurs du Grand Nancy ont été ciblés, le centre-ville de Nancy dans lequel les autorités constatent une forte concentration de délinquance dans les secteurs Stanislas, Meurthe, gare, Saint-Sébastien, Commanderie ou encore Mon Désert. Le plateau de Haye constitue un second secteur avec des quartiers dans lesquels la délinquance, les trafics de stupéfiants se multiplient et où les autorités de l'état peinent à intervenir à savoir les quartiers du Haut du Lièvre à Nancy, du Champ le boeuf à Laxou et des Aulnes à Maxéville. Ensuite, les 3e et 4e secteurs s'attacheront aux Nations à Vandoeuvre-lès-Nancy et au quartier des Provinces à Laxou.

Grâce au déploiement de cette zone, un renfort de policiers et de gendarmes est attendu à partir de juillet 2013 et des relations plus importantes devraient se nouer entre la préfecture de Meurthe-et-Moselle et le parquet de Nancy « l'autorité judiciaire doit s'inscrire dans l'action avec des réponses réactives » a déclaré Thomas Pison, procureur de la République de Nancy lors de la conférence de presse précisant que 2013 devrait une année intense pour le parquet, à travers ce partenariat « l'idée est d'impliquer le maximum de personnes pour avoir un objectif commun, c'est se mettre d’accord sur les moyens mis en oeuvre pour que ça fonctionne » a précisé le procureur de Nancy. D'ici quelques mois, le renfort du lien de confiance entre les forces de l'ordre avec la population devrait s'intensifier avec le retour du port du matricule sur les uniformes, la refonte du code de déontologie et le déploiement de la pré-plainte en ligne pour faciliter l'accueil des usagers.

Évaluer cet élément
(0 Votes)

Evénements Ici-c-Nancy.fr

Retrouvez-nous sur Facebook

Ici-c-Nancy TV