septembre 20, 2019

DRIVEMPLOI, adapter la demande à l'offre d'emploi

Vendredi 5 octobre à quelques jours du début de la semaine pour l'emploi, le préfet de Meurthe-et-Moselle, Raphaël Bartolt, rejoint par le directeur général de la CCI 54, Jean-Christophe Klein, ont présenté le dispositif DrivEmploi. En phase expérimentale à Toul depuis juillet 2012, ce projet vise à mettre en adéquation besoins des entreprises et compétences des demandeurs d'emploi.

prefet-CCI
Le directeur général de la CCI, Jean-Christophe Klein et le préfet de Meurthe-et-Moselle, Raphäel Bartolt. Crédit photo AB | ICI-C-NANCY.FR

Écouter les entreprises et proposer des candidats

 DrivEmploi se présente comme une solution pour développer les emplois locaux. En rupture avec le modèle de recrutement classique, la Chambre des Commerces et des Industries de Meurthe-et-Moselle (CCI54) a mis en place un service Prospectives-Emplois compétences. « C'est une approche originale, on analyse d'abord les besoins de l'entreprise puis on propose un candidat », se félicite Christophe Klein. Si le profil des candidats ne répond pas parfaitement aux besoins de leur futur employeur, des formations seront dispensées.

 En effet, le problème d'adéquation de l'offre et de la demande en matière d'emplois est un problème majeur selon le Préfet, « de grandes entreprises telles que Solvay, leader mondial de la chimie, ne trouvent pas de chimistes». Pour Mr Bartolt, le problème réside en partie dans le manque de liens efficaces entre l'éducation nationale et les entreprises, « nous sommes encore très institutionnels, l'éducation nationale forme, les entreprises produisent ». Cependant, aucun stage ou partenariat avec des institutions formatrices (IUT, Universit&! eacute;s...) ne sont envisagés à l'heure actuelle.

Partenaires mobilisés, efficacité optimisée ?

 Basé sur « une logique de mutualisation et d'efficacité », souligne le Préfet, DrivEmploi tente de mettre en relation les différents partenaires. Cinq acteurs y participent dont l'Etat, la CCI 54, la région Lorraine, la Maison de l'Emploi de Terres de Lorraine et le Pôle emploi.

Dans un premier temps, la CCI54 se rend dans les entreprises pour répertorier les besoins de la structure, puis les informations sont transmises aux différents partenaires, ensuite une sélection de candidats est organisée, l'accompagnement DrivEmploi à travers des formations se met en place, un premier bilan est établi et enfin un suivi de six mois est opéré. Grâce à ces six phases « le jeune ne se trompe pas sur l'entreprise, l'entreprise ne se trompe pas sur le jeune » assure J-C Klein.

Dispositif ambitieux et récent, il faut encore du temps et de l'argent 

 En phase expérimentale, 60 000 euros ont été mobilisés pour DrivEmploi.

La CCI 54 a financé à hauteur de 10 000 euros ce dispositif. Les 50 000 euros restants proviennent de la convention de revitalisation Kuehne et Nagel. Les conventions de revitalisation ajoutent à la responsabilité de l'emploi, la responsabilité du territoire aux entreprises délocalisant leurs activités. L'Etat négocie avec l'entreprise une compensation souvent financière. Avec la fermeture de l'entreprise Suisse-Allemande, Kuehne et Nagel à Toul en 2010, 50 000 euros ont été investis dans DrivEmploi, une partie est reversée à la CCI 54 pour couvrir les frais engagés dans ce dispositif (démarchages des entreprises, formations). Si le projet DrivEmploi s'étend à toute la Meurthe et Moselle, l’État et la Région Lorraine devraient s'enga! ger à apporter de nouveaux financements.

 Après quelques mois d'expérimentations dans le Toulois, 2000 entreprises ont été sollicitées, 44 offres d'emplois identifiées  « parmi eux, 14 seulement sont référencées à Pôle emploi » précise le directeur général de la CCI 54. Coiffeur, serveurs, préparateurs de commandes, temps partiel ou temps complet, CDI ou CDD, la CCI 54 est déjà à la recherche de candidats pour pourvoir cette quarantaine de postes.

Évaluer cet élément
(0 Votes)
Dernière modification le dimanche, 07 octobre 2012 10:29

Retrouvez-nous sur Facebook

Ici-c-Nancy TV