août 19, 2019

Gilets jaunes en Meurthe-et-Moselle : des arrêtés préfectoraux pour interdire les manifestations

Photo d'archives - ici c nancy fr Photo d'archives - ici c nancy fr
Meurthe-et-Moselle. Les Gilets jaunes appellent à une nouvelle journée de blocage ce samedi 22 juin. Alors que plusieurs actions revendicatives non déclarées sont prévues en Meurthe-et-Moselle, le préfet a pris plusieurs arrêtés préfectoraux d'interdiction de manifester. 

Dans le cadre de l’appel à manifester samedi 22 juin 2019, plusieurs actions revendicatives non déclarées en préfecture, sont prévues à Nancy et dans le département, notamment sur les ronds points d’accès aux grandes zones commerciales. Afin de garantir l’ordre et la tranquillité publics, mais également le libre accès aux commerces, Eric Freysselinard, préfet de Meurthe-et-Moselle, a pris plusieurs arrêtés préfectoraux d’interdiction de manifester, informe aujourd'hui la préfecture de Meurthe-et-Moselle dans un communiqué.

Ces arrêtés concernent :  le centre-ville de Nancy,  le rond-point de la zone commerciale du Grand-Air à Frouard, le rond-point Brigachtal de la zone commerciale de la Porte Verte à Essey-lès-Nancy, le rond-point du Leclerc à Dommartin-lès-Toul,  le rond-point dit du « Botanic » à Heillecourt,  le rond-point dit « Chaufontaine » à Réhainviller, le pont des Deux Rives à Longuyon.

Si une manifestation devait se dérouler sur l’un de ces lieux, ses organisateurs pourraient encourir des peines susceptibles de s’élever à 6 mois d’emprisonnement et 7 500€ d’amende (article 431-9 du Code pénal). Les participants pourraient, quant à eux, encourir une contravention de quatrième classe d’un montant de 135€ (article R 644-4 du Code pénal). Eric Freysselinard, préfet de Meurthe-et-Moselle, rappelle que si manifester est un droit fondamental protégé par la loi, il doit cependant être concilié avec d’autres libertés essentielles comme celle d’aller et venir et le respect de l’ordre public.

Retrouvez-nous sur Facebook

Ici-c-Nancy TV