Log in

Velaine-en-Haye : CETAL pousse les murs et inaugure une nouvelle unité de production

Entreprise. Avec l'inauguration de sa nouvelle unité de production de 4000 m2, l'entreprise lorraine CETAL spécialisée dans la conception et la fabrication de portails en aluminium, basée à Velaine en Haye, augmente ses capacités de production pour répondre à la demande et se développer. Entretien avec Marc Girard, Président de la société.
CETAL101117 
De gauche à droite Marc Girard, président de l'entreprise CETAL aux cotés de ses salariés Romain et Benoît. En arrière plan, la "TruMatic 7000" , la nouvelle machine d'usinage de marque allemande a necessité 850 000 € d'investissement - cp ici-c-nancy.fr

Ce vendredi, CETAL, fabricant français de clôtures, portails, garde-corps et brise-vue sur mesure en aluminium thermo-laqué spécialisé dans la personnalisation, a inauguré sa nouvelle unité de production de 4000 m2 à Velaine-en-Haye. L’aboutissement d’un projet initié fin 2016 visant à augmenter les capacités de production du site. L'occasion aussi pour la société certifiée du double label "qualicoat" et "qualimarine" de lancer d'autre lignes grâce à l'arrivée d'une toute nouvelle machine-outil, la "Trumatic 7000" installée il y a seulement 3 semaines. Une machine allemande de pointe combinant découpe laser et poinçonnage. Utilisée pour découper des portails elle va permettre la commercialisation d'un innovant portail modulaire, une nouveauté dans le catalogue de CETAL.

Dans cet espace de production, le bien-être des salariés a également été pris en compte. Lors d'une visite sur le site, Marc Girard, président de l'entreprise l'affirme : "Nous avons axé nos efforts sur le bien-être, ici tout est réglable, depuis 6 mois nous avons travaillé avec l'ensemble des collaborateurs de l'atelier, chacun a été invité à donner son point de vue". Il est prévu sur 2018, l'achat d'un nouveau robot qui permettra l'assemblage du portail.

Pour cette création, un investissement de 6 millions d’Euros a été nécessaire. Cette nouvelle extension porte la superficie totale des bâtiments de 12000 m2 sur une surface totale de 36 000m2. Nos questions à Marc Girard, dirigeant de CETAL.

CETAL, c'est un peu l'histoire d'une sucess-story lorraine, en 24 ans elle est passée de deux à 113 salariés. L'entreprise a su évolué tout en faisant progresser son chiffre d'affaires...

"Cette année, CETAL a produit près de 7 000 portails et près de 30 kilomètres de clôtures" Marc Girard

Effectivement, en 1995 on faisait 350 000 euros de chiffres d’affaires, 1,5 M€ en 2000, 3,7 M€ en 2005 , 9 M€ en 2010, 12 M€ en 2015 et en 2017 on atteint les 15 millions. C’est une progression constante, depuis 1993 nous n'avons connu aucune année en perte de chiffres d’affaires, c’est principalement dû à une évolution permanente.

Pour résumer l'activité de la société, celle-ci se concentre sur les portails et les clôtures ?

L’activité principale est la conception et la fabrication de portail et de clôture, on y a joint des brises vues et du garde-corps en aluminium qui sont destinés au marché du particulier. Les produits sont vendus par l’intermédiaire d’installateurs qui font de la vente et de l’installation exclusivement. On ne travaille pas avec la grande distribution et les marchands de matériaux. Aujourd’hui si vous achetez un de nos produits, il est forcément installé par un installateur. Toutes les pièces sont uniques, il n'y a pas de série. Nous travaillons sur le marché national nous faisons également un peu d’export sur les pays limitrophes.

Votre entreprise est située en pleine zone d'activités économiques de Velaine-en-Haye, ancienne base de l'OTAN qui rassemble une soixantaine d'entreprises et près de 1500 salariés. Il y a quelques années, avec d'autres dirigeants, vous vous insurgiez de l'état de délabrement du site. Fin 2016, la cession des parcelles du Parc Haye, jusque lors propriété de l'État, a été actée juridiquement. À l'heure d'aujourd'hui, que pourriez-vous dire ? 

Aujourd’hui, c’est pire qu’avant, c’est-à-dire qu’il n’y a eu aucun investissement sur la zone puisqu'elle était en vente. On savait d'ailleurs depuis pratiquement dix ans qu’elle serait commercialisée. Depuis 2010, il y a eu l’accord de cession de la zone et puis ça a traîné pour savoir qui allait être le porteur du projet... Il faut dire que c’était assez compliqué pour les collectivités en raison de toutes les fusions d’intercommunalité. Il fallait une collectivité assez grosse on va dire pour pouvoir la soutenir, c’est ce qui était défendu par notre député Dominique Potier et son groupe avec le préfet qui ont pu faire un peu avancer les choses. Après, avec la dernière fusion avec la communauté de Toul, ça s’est mis en place pour pouvoir céder les terres aux entreprises pour qu’on puisse s’y développer. Nous avons été les premiers à bénéficier de cette opération.

Des difficultés qui n’ont pas été un frein pour vous votre croissance. Aujourd’hui vous inaugurez un nouveau site de production de 4000 m2. Il s’agissait d’un levier important pour votre développement ? 

C’était un levier essentiel, nous étions arrivés à saturation sur l’unité de fabrication et au maximum de ce qu’on pouvait faire, il fallait à tout prix qu’on puisse s’étendre. Il y avait deux solutions soit on partait d’ici ou au moins en partie, c’est-à-dire que l’unité de fabrication partait sur un autre site soit on achetait et on se développait ici.

CETAL101117A

Ce projet d’agrandissement était nourri depuis plusieurs années ?

On avait déjà fait un important agrandissement en 2017 et cela faisait trois ou quatre ans que je préparais celui-ci. Il s’agissait partiellement d’un agrandissement et surtout de l’acquisition des terres pour pouvoir reconstruire des parkings, refaire toutes les voiries à l’intérieur du site et encore des locaux sociaux. L’ensemble du projet se chiffre à hauteur de 6 millions d'euros d’investissement entre les terrains, les nouveaux bâtiments, les machines, sans oublier les outils dans lesquels on investit aussi...

CETAL101117B

CETAL s'exporte également à l'international, quelle en est la part de votre C.A ?

Ça reste encore un petit chiffre d'affaires. Sur 15 millions de C.A. près de 450 000 euros partent avec l'export. On travaille sur les pays limitrophes, la Belgique, le Luxembourg... C'est long mais ça évolue chaque année.

La société CETAL c’est uniquement Velaine-en-Haye ou vous disposez également d’autres locaux ?

Pour l’instant je vais vous dire non, mais je viens de signer un protocole, je suis en train de racheter une entreprise en Alsace. Nous serons bientôt propriétaire en fin d'année de l'entreprise VOLPRO à Spechbach-le-Bas au sud de Mulhouse. Il s'agira d'une filiale de l'entreprise CETAL.

Pour finir, ce vendredi (Ndrl, hier soir) à l'occasion de l'inauguration, vous avez préparé une soirée en grande pompe...

Oui, 500 personnes sont inscrites à l'inauguration, parmi les présents, 60 de nos entreprises clientes, des entreprises de la zone de Velaine-en-Haye, l'ensemble de nos collaborateurs avec leur conjoint. On a préparé une soirée assez forte avec une thématique sur l'art de la rue, un graffeur qui réalise une fresque directement dans l'atelier qui restera dans l'atelier 4,5 mètres de haut par 9 mètres de long (Ndlr, "Virus", un graffeur parisien). On aura également des performeurs qui vont faire du street performance, hip hop, free style, performance BMX, des artistes musicaux, un DJ, un spectacle aériens, magie... Pour nous c'est une grande étape alors c’était le moment de marquer le coup et qu’on s’en souvienne... 


 

Suivez-nous sur FacebookTwitter ou Instagram