Log in

VIDÉO. 40 mineurs de la « jungle » de Calais « mis à l'abri » sur la Colline de Sion

Nancy et région. Dans le cadre du démantelement de la "Jungle" de Calais, 40 mineurs isolés étaient accueillis dans la nuit de mercredi à jeudi en Meurthe-et-Moselle sur la Colline de Sion. Le département a été désigné site de référence pour la région Grand-Est.

mahe-klein

Alors que la jungle de Calais vivait ses dernières heures mercredi après-midi, une conférence de presse se tenait en présence de Mathieu Klein, président du conseil départemental et Philippe Mahé, préfet de Meurthe-et-Moselle à Saxon-Sion pour annoncer l'arrivée imminente de migrants mineurs isolés dans un pavillon d'hébergement de la commune.

Suite au démantèlement du campement de Calais débuté lundi 24 octobre 2016, 5596 personnes ont été « mises à l'abri » ont annoncé mercredi soir les autorités parmi elles, plusieurs centaines de mineurs non accompagnés. Leur cas a été étudié par le ministre de l'Intérieur qui est parvenu à un accord avec le Royaume-Uni, le pays s'engageant à accueillir tous les mineurs non accompagnés présents à Calais dont les attaches familiales en Grande-Bretagne étaient clairement établies. Les autres étaient alors destinés à être accueillis dans les départements volontaires, sous la responsabilité des conseils départementaux.

Dans ce contexte, le département de Meurthe-et-Moselle s'est porté volontaire et un site répondant à un cahier des charges qui puisse accueillir des mineurs en toute sécurité a été recherché. « Il a été décidé avec le ministre de l'Intérieur que le site accueillant des mineurs soit situé sur la commune de Sion » a souligné Philippe Mahé. Le pavillon d'hébergement a d'ailleurs été désigné comme le seul site de référence pour les mineurs de la région Grand Est afin d'assurer à ces adolescents « une période de mise à l'abri et de rétablissement ». 

L'arrivée des jeunes migrants était programmée dans la nuit de mercredi à jeudi dans un pavillon d'hebergement habituellement destiné aux touristes. Composé de 15 chambres de 71 couchages maximum, le bâtiment récemment rénové dispose de toutes les commodités . « L'organisation de l'accueil se fera avec les équipes du département, nous avons d'ores et déjà mobilisé une vingtaine de professionnels, de gens prêts à intervenir » a expliqué Mathieu Klein. Au programme de ces prochains jours pour ces jeunes, un entretien social individuel où ils pourront chacun évoquer leur parcours, leur histoire, leurs souhaits. Il sera ensuite question d'un accompagnement médico social, des soins et en parallèle le sujet de la scolarité en lien avec le CIO et l'éducation nationale dans le but d'affecter les jeunes dans des dispositifs de droit commun adapté en fonction de leur situation.

L'accueil des réfugiés devrait durer jusqu'au mois de mars avec une prise en charge des frais inhérents par l'État. D'ici là, « L'accueil des jeunes sur la colline de Sion n'empêchera aucunement l'ensemble des activités de se dérouler dans des conditions normales...» a insisté Mathieu Klein. 

zoom-sur-bouton130 migrants répartis en Meurthe-et-Moselle. Le Grand Est accueille également depuis mardi soir des migrants adultes. Ainsi selon un comptage évoqué mercredi par la préfecture de Meurthe-et-Moselle, aux 40 mineurs isolés non accompagnés issus de la "jungle" de Calais, 60 individus (49 accueillis lundi soir et 11 prochainement) à Neuves-Maisons sur l'ancien site de l'INRS, 20 sur le territoire du Lunévillois et enfin 10 à Nancy.

 

À voir ci-dessous les explications de Philippe Mahé, Mathieu Klein et la réaction de Francine Parisot, maire de Saxon-Sion =>

Media