octobre 15, 2019

Le repreneuriat, une nouvelle formation à l'Université de Lorraine

Nancy- En septembre, l’Université de Lorraine accueillera une nouvelle discipline, le repreneuriat dont l’ambition est de permettre de faciliter la reprise d’entreprise. Présentation de cette nouvelle formation par Radoine Mebarki, délégué général de ce diplôme dont il a conçu l’architecture. 

radoinemebarki1

Comment est née cette formation ?

Radoine Mebarki : Le repreneuriat c’est l’art de reprendre une entreprise, c’est un néologisme par rapport à l’entrepreunariat. Au départ, à l’université de Lorraine, il existe un Master Finance qui forme pratiquement tous les banquiers de la région. Dans cette formation, des avocats, des notaires, des experts comptables, des commissaires aux comptes bref l’ensemble du monde de l’entreprise qui intervient pour former les futurs banquiers. Le patron de la BPLC a tiré il y a quelques années la sonnette d’alarme en avançant que dans les 5 à 10 ans à venir, il y aura entre 600 000 et 650 000 entreprises qui vont changer de main en France, notamment par le jeu des retraites, et que pour beaucoup il n’y aura pas de repreneur. Autre chiffre important, sur trois reprises, deux échouent faute de préparation, donc pour réussir il faut être formé d’où la naissance de cette formation à l’université de Lorraine qui est pionnière en la matière.

Quels sont les objectifs de cette formation ? 

Je considère que ce diplôme fonctionne si l'ensemble des acteurs de l’emploi et de l’économie sont réunis autour de ce diplôme. J’ai conçu l’architecture de cette formation et ainsi j’ai passé des partenariats avec pôle emploi, la maison de l’emploi, l’APEC Lorraine-Champagne ou encore la CCI, la chambre des métiers, les organisations patronales... Nous voulons aller chercher chez les demandeurs d’emploi , des pépites qui seront demain des futurs patrons. Le deuxième objectif est d’organiser le retour dans la région des cerveaux qui ont suivi leurs études en Lorraine, 4600 ingénieurs sont formés chaque année sur notre territoire, par exemple l’École des Mines avec laquelle nous avons signé un partenariat. Quand ces étudiants sortent de l’école, ils sont trop jeunes et généralement ils quittent la région pour trouver du travail dans des entreprises de renom. Certains après 5,10 ou 15 ans d’expérience aimeraient revenir dans leur région alors peut être qu’en Lorraine il n’y a pas les postes pour ces gens-là, mais l’idée est de leur dire revenez en Lorraine reprendre les entreprises existantes. Cette formation est destinée également aux salariés qui veulent devenir patron, mais aussi pour un cadre appelé par à diriger le concurrent que sa société vient de racheter. La volonté est également de créer des rencontres entre les futurs repreneurs et les patrons qui vont céder leur société, de permettre aussi au futur dirigeant de se créer un réseau pour être accompagné et aussi recevoir des conseils par le biais de training angels à savoir des chefs d’entreprise charismatiques en Lorraine tels Alain Thirion ou François Porcheron. 

Quels sont les critères pour pouvoir suivre ce cursus ?

Le premier critère est la motivation, ensuite la formation est ouverte aux diplômés Bac +3 ou les salariés avec trois ans d’expérience, c’est donc assez ouvert. Il est prévu des sessions de 15 étudiants à Nancy et à Metz qui débuteraient en septembre pour une durée de quatre mois avec  220 heures de cours organisés le vendredi et le samedi matin. Il est envisageable qu’une nouvelle session débute début 2016 et pourquoi pas également à Thionville et Épinal. La formation, de très haute qualité, coûte 4800 euros, mais cette somme peut être remboursée intégralement grâce à des partenariats. Le contrat moral étant je vous paye votre formation et dans quelques années quand vous avez repris votre entreprise, vous me redonnez l’argent et cela me permet de former une autre personne.

Quel sera le contenu de cette formation ? 

Les meilleurs experts de tous les domaines de l’entreprise donneront des cours dans cette formation. 70 % d’entre eux sont des praticiens de l’entreprise et donc 30 % d’enseignants. Plus précisément, il y aura des hommes du droit, notaires, avocats, les juristes avec notamment des spécialités de la protection intellectuelle, mais aussi des experts du chiffre comme des comptables, banquiers, des experts du commerce, marketing, communication. Nous avons, je pense, les meilleurs intervenants possibles dans chaque domaine ce qui va permettre à l’étudiant de mieux connaître les nombreux domaines du monde de l’entreprise.

3DUaffiche

Evénements Ici-c-Nancy.fr

Retrouvez-nous sur Facebook

Ici-c-Nancy TV