Log in

Lorraine : le secteur de la création artistique dénonce le désintérêt du monde politique

  • Écrit par C.G
  • Publié dans Lorraine
Nancy- Le collectif du 20 janvier, regroupant plusieurs syndicats, a tenu vendredi une conférence de presse au Théâtre de la Manufacture à Nancy pour dénoncer l'absence de vision et de débat des élus politiques.

Dydim.Manufacture

Catastrophe tel est le regard de plusieurs syndicats sur la situation actuelle de la création artistique. Une situation préoccupante qui a poussé ces organisations professionnelles à se réunir dans un collectif pour tirer la sonnette d'alarme et tenter de créer un débat avec les élus politiques accusés de se désintéresser complètement du sujet. Pour dénoncer cette situation, le collectif a tenu une conférence de presse vendredi au Théâtre de la Manufacture à Nancy.

Un point presse durant lequel Dominique Répécaud, directeur du centre culturel André Malraux de Vandoeuvre, en présence de nombreux adhérents des syndicats et organisations professionnelles composant le collectif dit du 20 janvier, s'est chargé de faire l'inventaire des préoccupations du secteur de la création artistique. En premier lieu, la campagne électorale des départementales qui confirment le désintérêt du monde politique selon Dominique Répécaud qui remarque que dans les tracts « notre secteur d'activité est absent des programmes. » La réforme territoriale préoccupe également « fortement » les syndicats qui ne se déclarent pas opposés à l'extension des régions, mais plutôt inquiets par « l'absence de réflexion commune entre les personnels administratifs, politiques des trois régions et notre profession » selon Dominique Répécaud qui craint un « nivellement par le bas » des dispositifs propres à chaque région que le collectif du 20 janvier aimerait voir consolider avant les élections régionales de décembre 2015 et une éventuelle poussée de parti politique « non favorable à notre profession. »

Autre préoccupation des organisations syndicales, les coupes budgétaires à tous les échelons, selon Dominique Répécaud « en Lorraine, l'aide au projet dans le secteur théâtral a baissé de 15% » alors que des baisses de subventions « sérieuses » ont été votées dans quelques départements de Lorraine. Michel Didym, directeur du théâtre de la Manufacture à Nancy regrette « qu'aucun dispositif budgétaire ne soit avancé pour 2016-2017 » par les différentes collectivités « alors que notre secteur travaille sur des projets à un ou deux ans » s'inquiète également le directeur du centre culturel André Malraux de Vandoeuvre. Citant l'exemple de la Bourgogne où les économies ont été effectuées sur le budget de la culture, Michel Dydim invite « le pouvoir politique à s'exprimer » sur le sujet de la culture qu'il juge « comme une mission de service public. » 

Mais il arrive aussi que certains élus s’intéressent de trop près au domaine culturel. Exemple à Bar-le-Duc selon Hocine Chabira, ancien directeur artistique du Festival Renaissances de la commune meusienne et qui voit son poste désormais occupé par un élu « ce qui favorise les décisions populistes, la montée de la censure politique, mais aussi l'auto-censure avec les coupes budgétaires » et de regretter une programmation plus consensuelle « sous prétexte de paix sociale. » Michel Didym dénonce en conclusion « l'absence totale de politique culturelle des élus dont la priorité est de faire des économies, une totale absurdité ! »