août 19, 2019

Le prix Goncourt attribué au Nancéien Nicolas Mathieu, le prix Renaudot pour Valérie Manteau

Le prix Goncourt remis ce mercredi à Nicolas Mathieu - capture d'écran Actes Sud Le prix Goncourt remis ce mercredi à Nicolas Mathieu - capture d'écran Actes Sud
Le prix Goncourt 2018 a été attribué ce mercredi à Nicolas Mathieu pour « Leurs enfants après eux » et le prix Renaudot 2018 roman à Valérie Manteau pour « Le sillon » 

Après plusieurs semaines d'attente, les noms des lauréats 2018 du prix Goncourt et Renaudot ont été dévoilés selon la tradition depuis le restaurant parisien Drouant. C'est le Nancéien Nicolas Mathieu, né à Épinal, qui remporte le prix Goncourt avec son oeuvre Leurs enfants après eux (Actes Sud).

L'autre prix littéraire très attendu du jour, le prix Renaudot a été attribué à Valérie Manteau pour le prix roman avec son livre Le sillon (Le Tripode). Olivia de Lamberterie a été récompensée du Renaudot essai pour Avec toutes mes sympathies (Stock). Le Renaudot poche a quant à lui été décerné à Salim Bachi pour Dieu, Allah, moi et les autres (Gallimard).

Philippe Lançon, décoré du prix Femina il y a deux jours, s'est vu remettre un prix spécial pour Le Lambeau (Gallimard).

Leurs enfants après eux (Actes Sud). Août 1992. Une vallée perdue quelque part dans l’Est, des hauts-fourneaux qui ne brûlent plus, un lac, un après-midi de canicule. Anthony a quatorze ans, et avec son cousin, pour tuer l’ennui, il décide de voler un canoë et d’aller voir ce qui se passe de l’autre côté, sur la fameuse plage des culs-nus. Au bout, ce sera pour Anthony le premier amour, le premier été, celui qui décide de toute la suite. Ce sera le drame de la vie qui commence.
Avec ce livre, Nicolas Mathieu écrit le roman d’une vallée, d’une époque, de l’adolescence, le récit politique d’une jeunesse qui doit trouver sa voie dans un monde qui meurt. Quatre étés, quatre moments, de Smells Like Teen Spirit à la Coupe du monde 98, pour raconter des vies à toute vitesse dans cette France de l’entre-deux, des villes moyennes et des zones pavillonnaires, de la cambrousse et des ZAC bétonnées. La France du Picon et de Johnny Hallyday, des fêtes foraines et d’Intervilles, des hommes usés au travail et des amoureuses fanées à vingt ans. Un pays loin des comptoirs de la mondialisation, pris entre la nostalgie et le déclin, la décence et la rage. (Actes Sud) 

 

Retrouvez-nous sur Facebook

Ici-c-Nancy TV