décembre 10, 2018

Vidéo. Les Académiciens à Nancy pour la première sélection du Prix Goncourt : "un cadeau formidable" pour Françoise Rossinot

Le Livre sur la Place se tiendra du 7 au 9 septembre 2018, place de la Carrière à Nancy Le Livre sur la Place se tiendra du 7 au 9 septembre 2018, place de la Carrière à Nancy
Pour sa quarantième édition du 7 au 9 septembre, le Livre sur la Place s'offre dix présidents, plus précisément les membres au complet de l'académie Goncourt. Entretien avec Françoise Rossinot, commissaire générale du salon du livre de Nancy et future déléguée générale de l’académie Goncourt.

Premier salon national de la rentrée littéraire, la 40e édition prend racine dès ce vendredi sous le chapiteau, place de la Carrière, mais aussi dans une cinquantaine de lieux de la métropole. Une édition particulière puisque l'Académie Goncourt annoncera en ouverture du festival la liste des 15 auteurs en lice pour le prix Goncourt 2018. 

Le Livre sur la Place marque cette année sa 40e édition, est-ce un cap ?

Françoise Rossinot : Le Livre sur la Place a tout l’avenir devant lui et nous espérons que cette quarantième édition plaira au public, nous avons essayé de faire la programmation la plus large possible et la plus belle possible. Celle qui intéresserait un maximum de personne. J’espère bien que ce n’est qu’une étape et que dans cinquante ans le Livre sur la Place sera, non plus le premier Salon de la rentrée littéraire française, mais européenne.

« Le Livre sur la Place, c’est de l’émotion et de la générosité. C’est le livre qui réunit et qui apporte du bonheur, encore... »

Françoise Rossinot, commissaire générale du Livre sur la Place

Quels sont vos plus beaux souvenirs en quatre décennies ?

F-R : C’est une question impossible parce qu’en quarante ans j’ai tellement de belles rencontres... J’ai eu la chance de voir naître le salon parce que j’étais journaliste à cette époque-là et je travaillais dans le même service que la journaliste de l’Est Républicain qui en a eu l’idée (Mia Romero, ndlr) parce qu’elle connaissait un académicien Goncourt. Elle sera d’ailleurs présente pour cette quarantième édition. Elle a eu l’idée de ce petit salon à un moment où il n’y en avait quasiment pas en France et puis je l’ai vu grandir petit à petit tout simplement au côté de mon mari à la ville de Nancy ensuite je l’ai pris en charge, je dirais, il y a un peu plus de dix ans. J’ai tellement de beaux souvenirs... Jorge Semprún, évidemment de Jean D’Ormesson, d’Élisabeth Badinther... Finalement, on m’a déjà posé cette question hier en fait et je me suis dit que j’ai trop de rencontres belles pour en choisir une, alors je vais vous donner une anecdote qui ne me quitte pas. Il y a 4 ou 5 ans, une jeune fille est venue me voir et m’a dit : "Voilà, je viens vous parler parce que ma grand-mère adore Didier Decoin. Chaque année, elle allait au chapiteau le voir, aujourd’hui elle est à l’hôpital elle n’en sortira probablement pas et je voudrais au moins une dédicace... Quelque chose." J’ai été voir Didier et il m’a dit "Mais, j’y vais". Il s’est levé, il est allé à l’hôpital et le bonheur de cette femme lorsqu’elle l’a vu entrer, c’était le dernier bonheur de sa vie, car quelques heures après elle mourrait. Cette anecdote, Didier ne l’a pas oubliée, moi non plus. On a gardé de ce moment... On s’est dit : c’est ça aussi le Livre sur la Place, c’est de l’émotion et de la générosité. C’est le livre qui réunit et qui apporte du bonheur, encore.

600 auteurs attendus

F.R : 600 auteurs, dont les auteurs régionaux bien sûr. Nous faisons la promotion de l’édition de la région Grand Est en lien avec la région et puis il y a un petit chapiteau pour les autoédités et il y a les auteurs nationaux et internationaux de la rentrée littéraire puisque c’est une programmation de rentrée littéraire. On a 200 auteurs en programmation, près de 100 entretiens, débats, lectures... On irrigue une cinquantaine de lieux de la métropole, beaucoup de collèges, de lycées, 5000 jeunes participent parce qu’ils reçoivent un auteur ou parce qu’ils viennent écouter un auteur près du chapiteau au Livre sur la place. On essaye de faire plaisir avec le livre à un maximum de personnes.

Les dix Académiciens quittent leur QG parisien pour dévoiler à Nancy la première sélection du Prix Goncourt...

F.R : C’est une grande première, les Goncourt n’ont jamais quitté leur salon Goncourt de chez Drouant pour la première sélection du prix Goncourt. Il l’ont quitté une fois pour la deuxième sélection à Tunis après les attentats au musée du Bardo, ils l’ont quitté une fois aussi pour la deuxième sélection à Beyrouth en pleine guerre au salon du livre français. Jamais pour la première et donc c’est un cadeau formidable qu’ils font à Nancy parce que c’est le lancement de la rentrée littéraire de la mairie de Nancy. Ils vont s’enfermer vendredi 7 septembre dans un bureau de la mairie et annonceront à 11 h 45 les 15 noms qui sont donc "goncourables" pour un prix annoncé en novembre.

2018-goncourt
Bernard Pivot (président), Eric-Emmanuel Schmitt, Didier Decoin, Paule Constant, Patrick Rambaud
Tahar Ben Jelloun, Virginie Despentes, Françoise Chandernagor, Philippe Claudel, Pierre Assouline. - crédit Livre sur la Place
 
Commissaire générale du Livre sur la Place, salon dont vous êtes la cheville ouvrière, vous rejoignez bientôt l’académie Goncourt en tant que déléguée générale. Peut-on parler de consécration ?

F.R : Je deviens déléguée générale de l'académie Goncourt, je ne le vis pas comme une consécration, mais comme une formidable aventure totalement inattendue. Je dois dire que quand Bernard Pivot m'a demandé de rejoindre l'académie, je crois que c'est un coup de fil que je n'oublierai pas... En fait c'est travailler d'abord à la vie de l'académie bien sûr, à la communication internationale non seulement du Prix Goncourt, mais ce que l'on sait peu en France c'est que 11 pays aujourd'hui et bientôt plusieurs autres nouveaux dont la Chine, derrière le prix Goncourt font le choix Goncourt. C'est à dire que c'est une opération internationale de promotion de la littérature française qui est totalement unique. Ils remettent aussi d'autres prix dans l'année, ils ont des projets pour accompagner la lecture. Je vais travailler à les aider à mettre en lumière ces projets et ça me fait très plaisir. En même temps, les archives Goncourt sont à Nancy et donc je ne quitte pas Nancy. 

L'interview complète à retrouver ci-dessous :  

Retrouvez-nous sur Facebook

Ici-c-Nancy TV