Log in

Livre sur la Place à Nancy : trois grandes lectures spectacles à ne pas manquer

  • Écrit par ici c nancy
  • Publié dans LIVRES
Nancy. Le Livre sur la Place programme trois grandes lectures spectacles...
LivPlace16j
image d'archives - crédit ici-c-nancy.fr

Le Livre sur la Place se déroulera du vendredi 8 au dimanche 10 septembre 2017. Comme l'an dernier près de 170 000 personnes fréquenteront ses travées à la rencontre de 600 auteurs... Pour cette 39e édition, trois grandes lectures-spectacles sont proposées au public.

Thibault de Montalembert lit Virginie Despentes à l'Opéra national de Lorraine - Samedi 9 septembre à 19h30. Après les deux premiers opus de Vernon Subutex de Virginie Despentes parus en 2015 chez Grasset, les lecteurs attendaient avec impatience la suite de cette saga cultissime. Vernon Subutex 3, le retour de Vernon, suite et fin de la trilogie est paru au cours du printemps dernier... Thibault de Montalembert, acteur et metteur en scène à la filmographie aussi riche qu’éclectique, ancien pensionnaire de la Comédie-Française, voix française de Hugh Grant, lira des passages des trois tomes en présence de Virginie Despentes. Il nous fera ainsi pénétrer dans l’univers fascinant de l’une des écrivaines les plus talentueuses de sa génération. Le comédien est également connu pour son rôle du redoutable agent Mathias Barneville dans la série TV « Dix pour cent ». Il est rompu à cet exercice puisqu’il enregistre des audios livres et fait régulièrement des lectures publiques.

L’amour des femmes en Musique à l'Hôtel de Ville, le samedi 9 septembre à 21h. Pour cette ballade inédite entre Piano et Poésie, la Ville de Nancy ouvrira ses portes au Conservatoire à Rayonnement Régional du Grand-Nancy pour la partie musicale. Quand les femmes parlent d’amour (Cherche-Midi)... Traversant neuf siècles de langage amoureux, Françoise Chandernagor a regroupé dans une magnifique anthologie les plus beaux poèmes d’amour écrits par des femmes. Le temps d’une lecture en musique, elle nous livrera quelques morceaux choisis, faisant résonner les voix des grandes amoureuses qui ont voué leur talent au dieu Éros. Dans cette anthologie très personnelle, les textes émanant de femmes poètes francophones de tous horizons sont accompagnés de récits détaillés de leurs vies, souvent riches en péripéties. De ces regards de femmes sur l’amour émerge peu à peu, au sein d’un patrimoine poétique jusqu’ici essentiellement masculin, un chant singulier. De la très sensuelle Béatriz de Die à la romantique Marceline Desbordes-Valmore, de la sulfureuse Renée Vivien à la pieuse Marie Noël, des « troubadouresses » aux « garçonnes » et des plumes québécoises aux plumes libanaises, ce choix offre au lecteur la chance de découvrir de grandes poétesses restées injustement ignorées. On constate en effet, une fois de plus, que dans ses jugements le « milieu littéraire » fut et demeure résolument misogyne…


Lecture de clôture. Catherine Frot lit Jean de La Fontaine avec les mots d’Erik Orsenna de l'Académie française Opéra national de Lorraine - Dimanche 10 septembre à 18h30. Après un été sur France Inter, Erik Orsenna publie "La Fontaine, une école buissonnière" (Stock). Il y dresse le portrait d’un auteur aussi génial que plein de contradictions, espiègle et torturé, libre et courtisant, pieux et débauché. Quel écrivain, plus qu’Erik Orsenna, aurait eu la verve, la passion et l’humour de raconter cet auteur hors du commun ?

Et quelle meilleure ambassadrice pour l’étonnant et facétieux Jean de La Fontaine que Catherine Frot ? Elle a reçu deux Césars et deux Molières (on ne compte plus les nominations !) et affiche une filmographie impressionnante. Cette comédienne de théâtre passionnée est aussi l'une des actrices les plus estimées de la profession et les plus aimées du grand public. Elle nous fait l’immense honneur de clôturer le Livre sur la place en portant à Nancy le texte d’Erik Orsenna et les vers de Jean de La Fontaine, le temps d’une lecture. « Depuis l’enfance, il est notre ami. Et les animaux de ses  Fables, notre famille. Agneau, corbeau, loup, mouche,  grenouille, écrevisse ne nous ont plus jamais quittés. Malicieuse et sage compagnie ! Mais que savons-nous de La Fontaine, sans doute le plus  grand poète de notre langue française ? Voici une promenade au pays vrai d’un certain tout petit Jean, né le 8 juillet 1621, dans la bonne ville de Château-Thierry, juste à l’entrée de la Champagne. Bientôt voici Paris, joyeux Quartier latin et bons camarades : Boileau, Molière, Racine. Voici un protecteur, un trop brillant surintendant des  Finances, bientôt emprisonné. On ne fait pas sans risque de l’ombre au Roi Soleil. Voici un très cohérent mari : vite cocu et tranquille de l’être, pourvu qu’on le laisse courir à sa guise. Voici la pauvreté, malgré l’immense succès des Fables. Et, peut-être pour le meilleur, voici des Contes. L’Éducation  nationale, qui n’aime pas rougir, interdisait de nous les apprendre. On y rencontre trop de dames « gentilles de corsage ». Vous allez voir comme La Fontaine ressemble à la vie : mi-fable, mi-conte. Gravement coquine. » Erik Orsenna