octobre 14, 2019

Pourquoi la Gauche du Grand Nancy dit oui à la gare de Vandières

Nancy- Après la prise de position des maires de la majorité du Grand Nancy qui appellent à voter contre le projet de construction de la gare de Vandières, les élus du groupe La Gauche du Grand Nancy communiquent à leur tour pour défendre cette infrastructure.
tgv pos
photo d'archives

À quelques jours de la consultation citoyenne sur la gare de Vandières prévue dimanche, le débat s’anime dans le Grand Nancy. Après le PS 54, les maires de droite du Grand Nancy et en attendant demain le président du Grand Nancy, c’est le groupe La Gauche du Grand Nancy par la plume de son président Hervé Feron qui s’exprime à son tour sur le sujet.

Un projet de gare d’interconnexion TER/TGV « reconnu d’utilité publique »  sur lequel la Gauche communautaire annonce sans surprise réaffirmer son « soutien ». Selon Hervé Féron cette nouvelle gare « au service des Lorrains, favorisera leur mobilité et le désenclavement des territoires. Elle permettra aux Grand-Nancéiens de relier leur lieu de vie aux autres métropoles françaises et européennes, par un mode de déplacement rapide et éco-responsable : le train. »  Le volet économique est une autre raison de soutenir le projet selon les élus de la Gauche communautaire « Le projet participera également à la relance de la croissance économique grâce à un investissement public de 120 millions d’euros dont le secteur privé, et notamment le BTP, a grandement besoin. » Enfin selon l’opposition du Grand Nancy « il n’est plus concevable que la Lorraine demeure la seule région de France sans gare d’interconnexion TER/TGV ! » et donc d’appeler les citoyens « à se déplacer massivement dimanche pour voter “oui” au projet de Vandières. »

« Volte-face de la Droite » 

Concernant la position de la majorité, Hervé Féron et ses confrères de la Gauche se déclarent étonnés « quant au volte-face de dernière minute d’André Rossinot et des maires de droite (...), car ils se sont tous exprimés favorablement et à de nombreuses reprises pour Vandières en Conseil de Communauté. » Ils regrettent également que le président du Grand Nancy, André Rossinot « a volontairement surestimé la gare de Vandières (“350 millions d’euros”) pour mieux la discréditer, lui qui d’ordinaire est enclin à sous-estimer ses propres projets (extension du Stade Marcel Picot, tramway que les contribuables du Grand Nancy continuent de payer au prix fort...) », mais aussi qu’il remette « en cause la parole du président de la SNCF, qui a garanti le maintien des dessertes TGV Nancy-Paris. » Les élus de la Gauche communautaire se montrent également surpris que le Vice-président du Grand Nancy « Jean-François Husson, continue de porter le projet de Vandières dans le cadre du SCOT Sud 54 qu’il préside » ou que le maire de Nancy, Laurent Hénart « veut nuire à la démocratie en regroupant tous les bureaux de vote à l’hôtel de ville dans le seul but de provoquer un maximum d’abstention. » En conclusion, selon les élus de la Gauche communautaire, ces comportements démontrent que « le président du Grand Nancy et les maires de droite ne veulent pas “défendre les intérêts de leur ville”, comme ils le prétendent, mais plutôt l’intérêt de leurs futurs candidats. »

Evénements Ici-c-Nancy.fr

Retrouvez-nous sur Facebook

Ici-c-Nancy TV