octobre 23, 2019

Pourquoi la majorité du Grand Nancy dit non à Vandières

Nancy- Dans un communiqué, les maires de la majorité du Grand Nancy expliquent pourquoi ils s'opposent au projet de construction de la gare d'interconnexion TGV-TER de Vandières. 

tgv reseau

photo d'archives www ici c nancy fr

Dimanche 1er février, les électeurs lorrains auront à se prononcer sur le projet de construction de la gare d’interconnexion TGV-TER de Vandières. Dans un communiqué, les maires de la majorité du Grand Nancy expliquent les raisons pour lesquelles ils s’opposent à ce projet tout en critiquant cette consultation citoyenne qualifiée de « mascarade démocratique (...) initiée par le président socialiste du Conseil Régional de Lorraine. »

Une Mascarade politique, car selon la majorité communautaire, « nous ne pouvons nous résoudre à exprimer une opinion alors même que la décision a déjà été prise, le 17 mars 2005 en séance plénière du Conseil Régional de Lorraine, avec l’adoption du Schéma Régional des Infrastructures et des Transports (SRIT) dont Vandières est une orientation. »  L'équipe d'André Rossinot se déclare également soucieuse de l'argent public et redoute « la sous-estimation de ce projet et son modèle de financement » avant de considérer que le coût total de la gare de Vandières  « supérieur à 350 millions d’euros (construction de la gare de Vandières, transformation de Louvigny, infrastructures routières, nouvelles rames de TER nécessaires) sera en bonne part à la charge des seuls contribuables lorrains. » L'occasion pour les maires de la majorité communautaire de qualifier le gouvernement et la majorité régionale « d'irresponsables, dans un contexte où les collectivités sont étranglées par la baisse des dotations dues par l’État. »

«Menace sur la desserte TGV de Nancy»

La majorité du Grand Nancy et Laurent Hénart en tête s'interrogent également « sur la menace qui pèse sur la desserte TGV de Nancy et ses conséquences sur nos modes de vie. »  Les garanties de Guillaume Pépy sur le sujet ne semblent pas avoir convaincu... Enfin la majorité communautaire estime que ce projet de la gare de Vandières « va à contre-sens de l’histoire : une Meurthe-et-Moselle et une métropole nancéienne fortes ont besoin d’une ville centre attractive et rayonnante. »

Pour ces raisons, Pierre Boileau, maire de Ludres, Alain Boulanger, maire de Fléville-devant-Nancy, Serge Bouly, maire de Laneuveville-devant-Nancy, Michel Candat, maire de Saulxures-lès-Nancy, Jean-Pierre Dessein, maire d’Art-sur-Meurthe, Laurent Garcia, maire de Laxou, Laurent Hénart, maire de Nancy, Jean-Pierre Hurpeau, maire de Jarville-la-Malgrange, Marie-Christine Leroy, maire de Dommartemont, Daniel Magron, maire de Houdemont, Éric Pensalfini, maire de Saint-Max, Michelle Piccoli, maire de Pulnoy, Didier Sartelet, maire de Heillecourt et François Werner, maire de Villers-lès-Nancy appellent « à voter non à la gare de Vandières, pour défendre les intérêts de leur ville. »

 

Evénements Ici-c-Nancy.fr

Retrouvez-nous sur Facebook

Ici-c-Nancy TV