octobre 23, 2019

Municipales 2014 Nancy : André Rossinot en campagne dans la campagne

Nancy- André Rossinot a convoqué la presse mardi histoire de lancer sa campagne...
 andre.rossinot2013c
photo d'archives www ici c nancy fr

C'est dans un établissement du boulevard de la Mothe ouvert récemment que le maire de Nancy avait convié la presse mardi pour initialement un point politique. En fait, il s'agissait surtout pour André Rossinot de lancer sa campagne pour les municipales et surtout la présidence du Grand Nancy. Pour autant, le président de la communauté urbaine a d'abord abordé le contexte national se déclarant « très frappé par l'état de la situation politique du pays » qui entraîne chez lui des inquiétudes pour les élections européennes « je ne voudrais pas que la médiocrité ambiante du gouvernement déteigne sur les Européennes et nous fabrique des votes extrêmes » qui seraient de la responsabilité majeure « de ceux qui nous gouvernent aujourd'hui » selon le président d'honneur du parti radical. Ce dernier considère d'ailleurs la politique actuelle comme « une politique de gribouille avec un président déboussolé » référence faite à l'inversion ratée de la courbe du chômage, l'arrivée soudaine du pacte de responsabilité ou encore les récentes reculades sur la loi famille. Pour André Rossinot, la situation actuelle « de grandes tensions dans le pays » doit entraîner « un grand coup dans la politique national, il faut que l'opposition dépose une mention de censure »  assure le président du Grand Nancy qui déclare avoir abordé le sujet « avec (ses) amis de l'UDI et de l'UMP.» Et pour André Rossinot il faut faire vite « il ne faut pas attendre les élections municipales pour censurer l'incohérence » avant en tout cas que la majorité vienne poser la question de confiance.

Autre grief du président du Grand Nancy, la réforme des collectivités territoriales « un immense texte si compliqué que lorsqu' il est arrivé au Sénat, la commission des lois a déclaré qu'il ne pouvait pas traiter ce texte » avant de critiquer une nouvelle fois le pacte Lorraine porté aux quatre coins de la région par Jean-Pierre Masseret « on parle de pacte moi je préfère le contrat au moins il est signé,un pacte c'est une intention.» Un président du conseil régional de Lorraine accusé par le maire de Nancy de maltraiter le sillon Lorrain « la région veut détruire cette entente, un socle vertébral fort, il faut fabriquer de l'unité lorraine, avec des  forces politiques différentes, c'est une gouvernance exemplaire » selon André Rossinot qui égratigne au passage l'espace central de Jean-Pierre Masseret « où il n'y a rien à part un concessionnaire Porsche.»  

« Ce que les socialistes font à la France, je ne veux pas qu'ils le fassent dans le Grand Nancy » c'est par ces mots qu'André Rossinot est revenu sur un terrain plus local sur lequel il va faire campagne « dans la campagne de Laurent Hénart » a-t-il précisé. Le candidat à la présidence du Grand Nancy a d'ailleurs rendu hommage à la tête de liste de la majorité sortante « Laurent Hénart a un talent exceptionnel, il a enclenché un travail considérable depuis le mois de mai dernier, je suis impressionné » notamment par l'affluence présente lors de l'inauguration de sa permanence de campagne « je n'ai jamais fait 600 personnes pour ouvrir une permanence.» Sur la position à laquelle il sera placé sur la liste Hénart, André Rossinot révèle sans surprise « une place honorable qui montrera que plutôt que de tirer, je pousse.» Durant deux mois, le candidat à la présidence du Grand Nancy « va consacrer beaucoup de temps à la campagne » en allant visiter entreprises, établissements hospitaliers et autres cafés, bref une vraie campagne. Concernant Henri Bégorre, candidat également au même poste de président de la CUGN, André Rossinot considère « qu'il a raison de rêver » au sujet de relations apaisées avec la région et le conseil général de Meurthe-et-Moselle.

Évidemment le maire de Nancy a eu quelques mots pour ses adversaires politiques désignant ainsi Michel Dinet et Hervé Féron comme « les tuteurs » de Mathieu Klein le candidat socialiste à Nancy qui se trouve aujourd'hui dans une situation difficile selon le premier magistrat de Nancy, entre deux personnes très actives dont le président du conseil général de Meurthe-et-Moselle « qui est très actif dans tous les milieux sans exception, il organise des choses... » a balancé André Rossinot. Ce dernier a aussi eu une pensée aux habitants de Tomblaine à qui il écrira un livre blanc pour faire l'inventaire de l'action de la CUGN dans la commune dont le maire Hervé Féron toujours prompt a dénoncé le manque d'attention du président de la CUGN envers sa cité. Pour finir, le président du Grand nancy a annoncé une réunion des maires de la majorité communautaire samedi à Villers-lès-Nancy et la tenue d'une conférence des maires au Grand Nancy lors de la prochaine mandature. Enfin sur la rumeur qui voudrait qu'il abandonne son futur éventuel mandat à mi-parcours, André Rossinot a laissé entendre que seule la santé pourrait l'entraîner à le faire déclarant malicieusement « je consulterai mon médecin... » 

Evénements Ici-c-Nancy.fr

Retrouvez-nous sur Facebook

Ici-c-Nancy TV