novembre 21, 2019

Grand Nancy : Développement durable et Nature en ville

GRAND NANCY. Dans le cadre de la Semaine nationale du Développement durable, le Grand Nancy organise les rendez-vous du Développement durable sur son territoire. Une édition pour sensibiliser aux enjeux du développement durable et inciter chacun à adopter des comportements responsables pour devenir chacun des consom'acteurs. Cette année, ces nouveaux rendez-vous sont placés sous le signe de « la nature en ville ». Dix jours de débats, conférences et animations sont proposés aux Grands Nancéiens ...

Parc.montet
La jacinthe d'eau vendue dans certaines jardineries est une espèce exotique aquatique envahissante, ici elle était présentée aux Jardins botaniques de Nancy. crédit photo ici c nancy.fr

Pour lancer l'évènement, la presse était conviée vendredi au Conservatoire et Jardin botanique du Montet, la structure implantée sur 35 hectares est la plus grande de France réunissant chaque année près de 70 000 visiteurs, un lieu symbolique choisi par le Grand Nancy pour marquer le début des « rendez-vous du Développement durable » sur son territoire.

Ce sont « des sujets importants, des sujets d'actualité » lâche Marie-Christine Leroy déléguée aux équipements de culture scientifique et technique qui explique que le thème de la « nature en ville » permet d'aborder et de développer bon nombre d'actions comme l'adaptation au changement climatique, l'amélioration énergétique, la maitrise de l'eau, le réchauffement climatique, le traitement des déchets ou encore de créer du « lien social ». La 16e Vice-présidente au Grand Nancy le constate sur les manifestations, les anciens aussi transmettent leur savoir aux jeunes générations pour des moments privilégiés et vecteurs de liens d'amitiés entre les gens.

Pendant 10 jours, les grands Nancéiens pourront donc accéder à un programme de 31 manifestations grâce au soutien des communes et associations partenaires de l'évènement. Au programme des conférences, expositions, animations, visites, sorties nature...afin de (re)découvrir le territoire du Grand Nancy. « On pensait certaines espèces disparues comme la Gentiane une plante qui ne pousse que dans les Alpes et qu'on a redécouverte sur le plateau de Malzéville ... nous sommes des sentinelles en tant que collectivités locales, sur ce qui se passe aux alentours » témoigne Marie-Christine Leroy qui insiste sur la nécessité « de faire savoir pour mieux protéger ces espèces ». 

Focus sur les espèces exotiques envahissantes

Mieux connaître les espèces exotiques envahissantes c'est aussi l'un des thèmes du Grand Nancy dans le cadre de cette manifestation. Introduites consciemment ou accidentellement depuis un certain nombre d'années, les Espèces Exotiques Envahissantes (E.E.E), encore peu connues du grand public, prennent aujourd'hui une place non négligeable dans les écosystèmes et les paysages naturels. Ce sont souvent des plantes qui intègrent le quotidien et qui poussent dans les jardins de tous comme la Renouée du Japon (Fallopia japonica), l'ambroisie à feuilles d'Armoise (Ambrosia Artemisiifolia) qui provoque des impacts écologiques ou encore l'arbre aux papillons, aussi connu sous le nom scientifique Buddleja Davidii. L'arbre aux papillons qui ressemble au Lilas colonise rapidement les milieux perturbés et prolifère sur les terrains vagues, « ce n'est pas un allié de biodiversité » fait remarquer la vice présidente au Grand Nancy. La Berce du Caucase est aussi pointée du doigt, elle a beau être un des emblèmes de l'École de Nancy c'est une plante qui présente un risque de santé publique pour le caractère fortement photoallergisant de sa sève qui provoque de graves brûlures de la peau. « une plante qui peut être dangereuse », rappelle Marie Christine Leroy et « pourtant elle est magnifique ». Le rôle du grand Nancy est donc un rôle pédagogique de « montrer ce qu'il ne faut pas faire ».

« Les plantes exotiques envahissantes représentent un coût de plusieurs millions d'euros en France chaque année » surenchéri Laurent Perru le directeur du Jardin botanique en insistant sur la nécessite de prendre conscience du phénomène en Lorraine. Si « toutes ces plantes ne posent pas encore un problème avéré en Lorraine c’est maintenant qu’il faut agir avant qu'elles deviennent réellement invasives » observe Guy Seznec, Responsable du département botanique du Jardin botanique.

La renouée du Japon par exemple a d'abord colonisé les abords de rivière, puis des voies ferrées au début sans aucun problème pour l'environnement, elle devient aujourd'hui une sorte de peste sur les bords des rivières vosgiennes, il s'agit même d'une des espèces les plus spectaculaires et les plus visibles. En Alsace, c'est l'arrivée de la « punaise diabolique », une punaise qui vient de Chine et qui s’attaque aux arbres fruitiers et à la vigne qui pose problème, il n’est pas impossible qu’elle crée des impacts économiques pour les mirabelles en Lorraine dans quelques années explique le directeur du Conservatoire et Jardins Botaniques de Nancy.

Pour autant, « le message a passer n’est pas un message alarmiste le but n’est pas de stigmatiser la plante envahissante, mais de sensibiliser les gens afin de développer leur vigilance » estime encore Guy Seznec, responsable du département botanique du Jardin Botanique. Reste à présent au public à s'informer et à découvrir toutes les richesses vertes du Grand Nancy à travers le programme mis en place...

Le programme des rendez-vous du développement durable dans le Grand Nancy, programme à télécharger ici • http://www.cjbn.uhp-nancy.fr/Francais/index.php4

 

Évaluer cet élément
(0 Votes)

Retrouvez-nous sur Facebook

L'agenda des sorties

Lun Mar Mer Jeu Ven Sam Dim
1
2
3
4
6
7
8
11

Ici-c-Nancy TV