septembre 17, 2019

Le Grand Nancy attend la neige de pied ferme

C'est officiellement parti pour la saison hivernale ! Alors que les premiers flocons de neige sont annoncés ce samedi,  le Grand Nancy dévoilait ce mercredi le dispositif de déneigement qui permettra d'assurer des conditions optimales sur l'ensemble du réseau routier communautaire de l'agglomération (hors voiries nationales et départementales). Près de 800 kilomètres de voirie sont concernés par le dispositif et 150 agents communautaires sont mobilisés jusqu'au 15 mars prochain.
viabilitehivernaleroyer
 
Gérard Royer, Vice-président délégué aux espaces publics, à la circulation, la gestion du domaine public - crédit photo ici-c-nancy.fr

Habituée aux chutes de neige conséquentes, équivalentes à celle de l'Auvergne et des Alpes, la Lorraine est soumise chaque année à un important dispositif de viabilité hivernale . Sur le territoire du Grand Nancy « une importante mobilisation des moyens communautaires est mise en place en étroite collaboration avec les services techniques municipaux » rappelle Jean Yves Foltzer, Directeur délégué aux services Techniques du Grand Nancy qui enumère les contraintes climatiques et géographiques du Grand Nancy à l'approche de l'hiver, à commencer par la proximité immédiate d'itinéraires de transit comme « L' A31, L'A330, La RD570  » qui lorsqu'ils sont perturbés par des phénomènes météorologiques génèrent une source de trafic routier supplémentaire sur le Grand Nancy par le fait que « les automobilistes se rabattent sur le réseau communautaire ».

Pour faire face à ces problématiques techniques et permettre des conditions de circulation satisfaisantes aux automobilistes en évitant à tout prix le blocage de la circulation, le dispositif de viabilité hivernale s'organise autour d'un classement des voiries établi selon trois niveaux et présentant une hiérarchisation précise des 800 kilomètres des voiries du Grand Nancy. Selon ce document, les grands axes qui représentent 200 kilomètres d'itinéraires à fort trafic ou supportant les transports en commun et les liaisons avec le réseau national ou départemental en sont le premier niveau, suit un deuxième niveau d'intervention qui sont les voiries des secteurs en pente et hauteurs comme le plateau à Clairlieu qui totalisent 125 km et enfin les autres voiries qui comptent 475 kilomètres traités en troisième urgence. 

Pour accomplir l'ensemble de ces interventions, trois équipes de 51 agents communautaires sont d'ores et déjà en astreinte, une semaine sur trois du 9 novembre au 15 mars 2013.  Les équipes seront renforcées en fonction des prévisions et des vigilances météorologiques. Du côté des moyens techniques, 67 camions communautaires ou communaux sont disponibles.

Des interventions « préventives » et « curatives »

Si les phénomènes météorologiques sont variables au cours des années, le dispositif prévoit dans la mesure du possible des interventions préventives à savoir un salage avant les intempéries de neige ou de pluie en fonctions des circonstances et du moment « grâce à des prévisions météo très fines et des cartes radars, on est capable de prévoir les heures de précipitations et donc de choisir dans le détail les véhicules et les lieux d'intervention » explique Jean Yves Foltzer. Seulement, malgré d'importants moyens, le traitement des voiries peut s'avérer problématique selon l'intensité et la densité des précipitations notamment  « lorsque les chutes de neige sont supérieures à 10 centimètres ou qu'elles durent plus de quatre heures ou encore lorsqu'elles chutent avec des températures de -8°C »

Gérard Royer : “le déneigement à 100 % c'est d'abord une erreur écologique”

Gérard Royer revient quant à lui à un sujet sensible, le déneigement à 100 %, « c'est d'abord une erreur écologique parce que le sel n'est pas neutre pour la nature donc lorsqu'on voit des voiries pas très bien déneigées et que c'est plat il vaut mieux laisser la neige et habituer nos concitoyens à changer leur comportement, il suffit de rouler plus doucement » estime le Vice Président délégué aux espaces publics, à la circulation et à la gestion du domaine public qui ajoute que « des progrès sont à faire pour que ce soit admis pour tout le monde» tout en soulignant que le bénéfice est positif car « on fait du bien à la terre et au budget ! ». Le Grand Nancy a enfin rappelé que le « déneigement des trottoirs demeure à la charge de tous les résidants du grand Nancy qu'ils soient locataires ou propriétaires » un acte obligatoire qui s'appuie sur des réglementations nationales et traduites par des arrêtés dans chacune des vingt communes du Grand Nancy..

zoom-sur-boutonLes chiffres de l'hiver 2010-2011 et 2011-2012

 

Si l''hiver 2011-2012 a été plutôt doux avec 13 jours de neige, 58 jours de gel, 2 500 tonnes de sel répandues pour un coût de 1,1 M d'euro. L'hiver de 2010-2011 aura davantage marqué les esprits avec 70 jours de neige, 60 jours de gel, 8200 tonnes de sel répandues et un coût de 1,96 M d'euro. 

Évaluer cet élément
(0 Votes)

Retrouvez-nous sur Facebook

Ici-c-Nancy TV