décembre 07, 2019

VIDÉOS. Mobilisation des agriculteurs au rond-point de Richardménil

Au rond-point situé entre Richardménil et Ludres, plusieurs dizaines de tracteurs ont ralenti la circulation  - photo ICN Au rond-point situé entre Richardménil et Ludres, plusieurs dizaines de tracteurs ont ralenti la circulation - photo ICN
Meurthe-et-Moselle. Les agriculteurs ont mené ce mardi 8 octobre une action de mobilisation dans toute la France à l’appel des syndicats FNSEA et JA pour exprimer leur sentiment de "ras le bol". Ils réclament le soutien des consommateurs et de l'État.

En Meurthe-et-Moselle, trois points de barrage filtrants étaient mis en place aujourd'hui de 11 h à 14 h au péage de Gye, au rond-point de Richardménil et au niveau de Mexy. Agriculteurs, salariés d’exploitations agricoles qui répondaient aujourd’hui à l’appel national de la Fédération nationale des syndicats d'exploitants agricoles (FNSEA, syndicat majoritaire) et les Jeunes agriculteurs (JA). En plein malaise agricole, ils entendent réaliser une opération de communication pour expliquer leurs métiers, les raisons de leur mécontentement par une distribution de tracts aux automobilistes et adresser un premier « avertissement » au gouvernement.

Parmi les points de revendications : les accords commerciaux portant sur le libre-échange comme le Mercosur ou le CETA, les distorsions de concurrence ou encore la stigmatisation du monde paysan à travers « l’agribashing » ou « agriculture bashing » pour désigner le dénigrement dont ils s’estiment victimes. Une défiance qui trouvent sa source sur les pesticides, le bien-être animal dans les exploitations agricoles, des sujets régulièrement traités par les associations environnementales, de la cause animale et par les médias et qui causeraient du tort au monde paysan en évoquant « un acharnement perpétuel ». 

Pour Luc Barbier, président de la FDSEA 54, « c’est un sentiment de mise au pilori » et d’être mis « au ban de la société sur des pratiques agricoles ». « On ne peut plus supporter d’être pointé du doigt matin, midi et soir sur des choses qui sont fausses (...) On fait juste notre métier en utilisant des produits autorisés », estime Luc Barbier, président de la FDSEA 54. 

EN VIDÉOS. Luc BARBIER, Président de la FDSEA 54 et témoignages d'agriculteurs

Retrouvez-nous sur Facebook

L'agenda des sorties

Lun Mar Mer Jeu Ven Sam Dim

Ici-c-Nancy TV