décembre 12, 2018

Sécurité : Seichamps adopte le dispositif "Voisins Solidaires et Attentifs" (VSA)

GRAND NANCY. La municipalité de Seichamps entre à son tour dans le giron des communes de la Métropole du Grand Nancy ayant adopté le dispositif "Voisins Solidaires et Attentifs" (VSA). Une action citoyenne inscrite dans la prévention de proximité destinée à renforcer la lutte contre l'insécurité.
VSA-Seichamps2018
Nicolas Jolibois, Directeur Départemental de la Sécurité Publique, Eric Freysselinard, Préfet de Meurthe-et-Moselle, Henri Chanut, Maire de Seichamps et François Perain, Procureur de la République près le Tribunal de Grande Instance de Nancy, ont signé mardi 20 février 2018, le protocole de mise en place d’un dispositif « Voisins Solidaires et Attentifs » en mairie de Seichamps - photo ici c nancy fr

La commune de Seichamps se dote d'un moyen supplémentaire d'action en matière de coproduction de sécurité à travers le déploiement de « Voisins Solidaires et attentifs » (VSA). Après une période d'expérimentation, le dispositif a été officialisé, mardi 20 février 2018, lors d'une signature du protocole en présence de Eric Freysselinard, Préfet de Meurthe-et-Moselle, Henri Chanut, Maire de Seichamps, Nicolas Jolibois, Directeur Départemental de la Sécurité Publique, François Perain, Procureur de la République près le Tribunal de Grande Instance de Nancy, de policiers et d'élus à l'Hôtel de Ville de Seichamps.

"Il ne s’agit pas de remettre des étoiles de shérifs...François Perain, procureur de la République

Adopté dans 11 communes de la Métropole du Grand Nancy et 35 dans le département de la Meurthe-et-Moselle dont 18 en zone police selon les chiffres de la préfecture, le dispositif « Voisins Solidaires et attentifs » est inspiré du concept anglo-saxon « neighbourhood watch » (pour « surveillance de quartier ») et s'est fait connaître en France depuis près d'une décennie. Cette participation citoyenne soutenue par les autorités, rencontre un certain succès depuis ses premières expérimentations depuis 2014 dans la métropole. Le système repose sur des habitants bénévoles identifiés comme des « correspondants ». Une sorte de réseau de « super-citoyens » volontaires qui centralisent les événements inhabituels observés par les habitants de leur quartier pour les relayer à leur tour, si besoin nécessaire, à la municipalité et les services de police. Véhicule suspect, individu effectuant un repérage... Le dispositif doit permettre d'alerter de tout événement inhabituel ou de nature à troubler la sécurité des personnes et des biens. En résumé, une chaîne de vigilance solidaire mise en place, avant tout, dans un but de dissuasion. À l’entrée de la commune plusieurs panneaux signalent d'ailleurs l'adhésion au dispositif. Les rôdeurs malveillants sont prévenus.

Seize correspondants à Seichamps

« Seichamps comme d'autres communes n'échappent pas à certaines formes de délinquance, celle qui a l'effet le plus marquant sur les populations est celle des cambriolages créant un sentiment d'insécurité. En complément des actions multiples que la commune produit avec la police nationale ou municipale comme avec l'Opération Tranquillité Vacances qui rencontre un réel succès, nous avons souhaité expérimenter cette opération Voisins Solidaires et Attentifs. Il s'agit d'une démarche citoyenne qui repose avant tout sur la solidarité et vise à assurer la sécurité de tous, tout en établissant du lien social », affirme Henri Chanut, maire de Seichamps.

Appuyé sur un système d’informations « montant et descendant », le dispositif consiste à sensibiliser les habitants d’un quartier en les associant à la protection de leur propre environnement grâce à leur connaissance de leur territoire. À ce jour, seize correspondants couvrant quatre quartiers de Seichamps ont déjà été formés. Attention, en revanche, leur mission est très claire. « Ils veillent, mais ne surveillent pas, ils sont vigilants, mais ne sont pas des vigiles, ils alertent la police, mais ils ne la remplacent pas », souligne le Maire de la commune. 

« Il ne s’agit pas de remettre des étoiles de shérifs à des vigiles, il ne s’agit pas de cela, ni d’autoriser des citoyens à s’immiscer dans la vie privée. Il s’agit de faire tout simplement en sorte que des citoyens s’autorisent à faire attention aux autres, à participer à la sécurité », considère François Perain, Procureur de la République près le Tribunal de Grande Instance de Nancy. Eric Freysselinard, Préfet de Meurthe-et-Moselle a tenu quant à lui à saluer « un partenariat qui fonctionne bien » et une convention visant à redonner un peu de « sens civique » comme une « évidence » aux citoyens. 

Seichamps veut investir dans plusieurs caméras de vidéo-protection

En parallèle au dispositif VSA et à l’instar des communes de Ludres, Fléville-devant-Nancy ou Pulnoy, la commune de Seichamps devrait se voir équiper dans un avenir proche d’un système de vidéo-protection déployé probablement aux entrées principales de la ville. C’est en tout cas, le souhait du Maire, Henri Chanut, qui créera d’ici ces prochaines semaines un groupe de travail sur le sujet. « Aujourd’hui, nous sommes convaincus de la démarche. Il s'agit d'un sujet sur lequel la population est très sensible. Un cambriolage crée un effet dévastateur et traumatisant ainsi qu'un sentiment d’insécurité. Un groupe de travail va donc se mettre en place pour cibler en premier lieu les endroits stratégiques. Ces derniers une fois définis, on chiffrera et on établira le montage financier sur plusieurs budgets, pas plus de trois afin que le dispositif soit bouclé avant la fin du mandat », espère l’édile de la commune.   

Retrouvez-nous sur Facebook

Ici-c-Nancy TV