Log in

Rencontre avec Jessica Perrin, référente En Marche 54

  • Écrit par C.G
  • Publié dans Grand Nancy
Nancy- Rencontre avec Jessica Perrin, référente de la République en Marche 54, la conseillère de clientèle en banque âgée de 35 ans a pris la succession de Carole Grandjean élue députée en juin dernier.

jessica-perrin

 

Il s'agit de votre premier engagement politique, pourquoi l'avoir fait au sein de La République en Marche ?

Jessica Perrin : Mon engagement vient d'une crainte du repli sur soi-même en France, avec la montée de l'extrême droite. Je me suis engagée à En Marche en cliquant sur le site du mouvement et je suis devenue animatrice d'un comité sur Jarville. J'ai participé aux élections présidentielles et législatives. En Marche a organisé la suite pour structurer le mouvement sur le département et m'a demandé si j'étais intéressée pour monter la deuxième marche, j'ai accepté avec plaisir, c'est quelque chose d'enrichissant. Mon objectif est de faire baisser l'abstention c'est quelque chose qui me tient à coeur. Aujourd'hui, les Français n'ont plus envie de s'engager, ne s'intéresse plus du tout à la politique, tout le monde est un peu replié sur soi donc mon but c'est d'aller à la rencontre des citoyens, des associations, des jeunes dans les quartiers pour leur dire prenez les rênes, on peut vous les donner à la République En Marche, on met d'ailleurs en place des E-learning pour former les citoyens au-delà de la République En Marche ce qui permet à tout à chacun de prendre les choses en main et faire bouger les choses même au sein d'un quartier au niveau local.

Comment fonctionne La République En Marche 54 ?

Il y a des animateurs locaux de comité présents sur l'ensemble du territoire de la Meurthe-et-Moselle, ils mettent en place des ateliers de réflexion sur plusieurs thématiques. Récemment nous avons travaillé sur la charte des valeurs pour savoir justement sur quelles valeurs on se retrouve dans notre mouvement, l'Europe est évidemment ressortie. Les prochains ateliers auront pour thème l'égalité homme-femme, on travaille en intelligence collective puis on fait un compte rendu des ateliers ensuite on donne les éléments à nos députés et au mouvement La République en Marche pour faire remonter les choses, pour que les gens communiquent entre eux afin de relever des situations concrètes qui demandent des améliorations pour faire évoluer positivement la vie des français.

Comment se préparent les futures élections notamment les municipales ?

Ce qui me tient à coeur en tant que référente départementale, c'est justement dénicher de nouveaux talents, de les porter, les former pour qu'ils prennent les rênes et si effectivement il y a des personnes qui veulent s'engager encore plus et devenir maire de leur commune alors pourquoi pas, s'ils partagent nos valeurs nous les mettrons en selle.

Mais comment dénicher des personnes qui pourraient être amenées à devenir maires d'une ville comme Nancy ?

On travaille avec les adhérents, les animateurs locaux et les citoyens qui nous rejoignent, on travaille également avec un réseau d'élus qui se constitue actuellement justement pour apporter un savoir-faire, apporter des compétences aux personnes qui souhaitent se présenter et constituer des listes. Nous en sommes aux prémices, nous n'en sommes pas à dire il y aura telle personne à tel endroit. Il faut avant labourer le terrain.

La République En Marche 54 en chiffres ?

C'est 3900 adhérents, 20 comités avec des animateurs sur lesquels nous essayons de respecter la parité, cela me tient à coeur parce que les femmes en politique ce n'est pas quelque chose de naturel, je le vis au quotidien donc j'essaye de faire monter en puissance les femmes adhérentes dans le mouvement.

Christophe Castaner a été désigné par Emmanuel Macron pour être candidat à la tête de La République En Marche, seul candidat, il sera élu à main levée,  c'est le patron qui décide de tout ?

Je pense que Christophe Castaner est tout à fait représentatif de l'ADN du mouvement, il saura porter nos valeurs si effectivement il est élu par le conseil. Ce n'est pas le choix uniquement d'Emmanuel Macron, la preuve c'est que le conseil va se réunir le 17 novembre à Lyon, puis on verra ce qui est décidé à ce moment-là.

Vous débutez en politique, quels sont vos sentiments ?

Beaucoup d'intérêt, l'envie que les choses se transforment et aussi une envie d'écoute des citoyens, il faut vraiment garder cet ADN qui a été mis en route avec En Marche.