octobre 15, 2019

Spécial législatives 2017 : cinq questions à Patricia Schlater (Debout la France)

Législatives 2017- A quelques jours du premier tour des élections législatives, nous avons posé cinq questions communes aux candidats de la première et deuxième circonscription de Meurthe-et-Moselle. Nous poursuivons avec Patricia Shlachter, candidate Debout la France dans la 2e circonscription de Meurthe-et-Moselle (Jarville-la-Malgrange, Laxou, Nancy-Ouest, Vandœuvre-lès-Nancy-Est, Vandœuvre-lès-Nancy-Ouest ).

PatriciaSclachter

Patricia Shlachter

Présentation

Native de Laxou et mère de deux jeunes hommes, j’ai gravi un à un les échelons dans le domaine de la logistique pour devenir responsable de service chez un transitaire, au cœur des échanges internationaux et des problématiques fiscales à l’origine de tant de tensions au sein de l’Europe actuelle. N’étant jusqu’alors que fort peu engagée en politique, j’ai rejoint Nicolas Dupont-Aignan assez récemment, notamment pour ses positions pragmatiques et pleines de bon sens. Je me présente pour faire barrage à Emmanuel Macron, auquel il n’aura pas fallu plus d’un mois pour entreprendre la destruction du Code du travail par le biais d’ordonnances (alors que toute la France réprouvait l’usage du 49.3 pour faire passer en force la loi El-Khomri il y a un an) ; pour traiter la presse comme des laquais à sa botte en récusant le droit des rédactions à choisir elles-mêmes les journalistes qui l’accompagnent, ou à interdire à France 2 d’approcher Édouard Philippe à la suite du dérapage présidentiel sur les kwassas kwassas ; pour mettre l’armée française en incapacité de remplir ses missions en amputant son budget de 2,6 milliards d’euros ; ou encore pour prendre la responsabilité de faire entrer dans le droit commun des mesures d’exception qui n’avaient été jusqu’à présent autorisées que dans le cadre de l’état d’urgence. Fort du soutien des « puissances d’argent » que dénonçait François Bayrou avant de se rallier à celui qu’il vilipendait, on réalise bien qu’Emmanuel Macron va TOUT se permettre au cours de ce quinquennat, à commencer par violer la totalité des principes démocratiques susceptibles de se mettre en travers de son chemin.

Sur le plan national, quelles sont les idées que vous comptez défendre?

Sur le plan national, DLF est le seul parti à défendre une politique de relance économique au lieu d’une gestion de crise avec 2022 pour seul horizon. Nous sommes les seuls à proposer d’augmenter le poste « recettes » du budget de l’État autrement qu’en augmentant les impôts, à refuser d’accabler encore davantage les contribuables « sans dents », selon l’expression désormais consacrée, pour au contraire aller chercher l’argent là où il se trouve, à savoir dans la grande fraude fiscale et l’escroquerie aux prestations sociales. La première représente à elle seule plus de 20 milliards d’euros par an, tandis que la hausse de CSG à laquelle le nouveau gouvernement va procéder coûtera 21,5 milliards aux salariés et aux retraités de ce pays. Je défendrai donc les contribuables lorrains et français, pendant que Macron défendra ses « clients ».

Quel est votre programme pour votre circonscription ?

Il ne faut pas se tromper d’élection. Le rôle d’un député consiste à rédiger les lois et à contrôler le gouvernement, pas à s’occuper des problèmes spécifiques à sa circonscription, même s’il y est sensible et œuvre à leur résolution. Ils incombent, comme leur nom l’indique, aux élus locaux. C’est très précisément ce que cherche à nous faire oublier le parti désormais unique Les Républicains en Marche, en détournant le débat des vrais enjeux.

La fonction de député est une fonction nationale de représentation de l’ensemble des citoyens de la Nation. Et si, une fois élue, je prendrai bien évidemment le temps d’écouter les habitants de la circonscription pour faire remonter leurs doléances en commission ainsi qu’en session plénière, c’est bien à ce rôle de contrôle du gouvernement que j’entends m’atteler à l’heure où la quasi-totalité des lois est rédigée à Bruxelles.

Quelles sont vos propositions pour la moralisation de la vie politique ?

Force est de constater que Nicolas Dupont-Aignan se sentait bien seul en février dernier pour voter en première lecture l’obligation d’un casier judiciaire vierge pour tout candidat à une élection. Je suis également pour le non-cumul des rémunérations (un salaire pour un mandat sans nul autre avantage), la rémunération des élus en fonction de leur présence effective dans leurs assemblées, ou encore la prise en compte du vote blanc, avec une annulation de l’élection au cas où ce dernier viendrait à dépasser les 50%, assortie de l’interdiction faite aux candidats éconduits de se présenter au nouveau scrutin.

Quel est votre regard sur les premiers pas d'Emmanuel Macron et de son Premier ministre Edouard Philippe ?

Dès le lendemain son l’élection, Laurent Hénart et André Rossinot félicitaient le nouveau président et appelaient à collaborer avec lui, de sorte que les électeurs LR-UDI sont aujourd’hui incapables de dire si, en votant pour leur candidat, ils soutiennent la majorité présidentielle ou sont dans l'opposition. C’est à eux que je m’adresse, en leur disant que Nicolas Dupont-Aignan et les candidats DLF représentent désormais la seule alternative gaulliste, humaniste et sociale. Ne tombez pas dans le panneau de la fausse modernité, et arrêtez de voter pour ces politiques qui vous ont tant fait souffrir, et qui ne vous proposent rien d’autre que de vous faire souffrir toujours davantage. Alors dimanche, faites acte de résistance, et votez pour votre candidate Debout La France.

Les 6 circonscriptions de Meurthe-et-Moselle regroupent les cantons suivants... Nancy-Est, Nancy-Nord, Nancy-Sud, Malzéville, Saint-Max, Seichamps (1re circonscription) ; Jarville-la-Malgrange, Laxou, Nancy-Ouest, Vandœuvre-lès-Nancy-Est, Vandœuvre-lès-Nancy-Ouest (2E circonscription) ; Audun-le-Roman, Briey, Herserange, Longuyon, Longwy, Mont-Saint-Martin, Villerupt (3e circonscription) ; Arracourt, Baccarat, Badonviller, Bayon, Blâmont, Cirey-sur-Vezouze, Gerbéviller, Lunéville-Nord, Lunéville-Sud, Saint-Nicolas-de-Port, Tomblaine (4e circonscription) ; Colombey-les-Belles, Domèvre-en-Haye, Haroué, Neuves-Maisons, Thiaucourt-Regniéville (sauf communes d'Arnaville, Bayonville-sur-Mad et Vandelainville), Toul-Nord, Toul-Sud, Vézelise (5e circonscription) ; Chambley-Bussières, Conflans-en-Jarnisy, Dieulouard, Homécourt, Nomeny, Pompey, Pont-à-Mousson, communes d'Arnaville, Bayonville-sur-Mad, Vandelainville (issues du canton de Thiaucourt-Regniéville) (6e circonscription)

Evénements Ici-c-Nancy.fr

Retrouvez-nous sur Facebook

Ici-c-Nancy TV