Log in

Législatives 2017 : Eric Pensalfini prend du recul avec les Républicains

  • Écrit par C.G
  • Publié dans Grand Nancy
Nancy- Après s'être vu refuser l'investiture par LR, Eric Pensalfini a décidé de de se mettre en congé de sa famille politique.

pensalfini-campagneEric Pensalfini lors de son lancement de campagne en mars dernier

Visiblement la communication interne n'est pas le point fort du parti Les Républicains surtout quand il s'agit d'annoncer de mauvaises nouvelles. Exemple avec Eric Pensalfini qui a reçu trois semaines après l'annonce à la presse, une lettre l'informant qu'il n'était plus investi pour les législatives au profit de Mostafa Fourar, le candidat porté par l'UDI et le fruit de l'accord conclu avec LR. Deuxième exemple, le maire de Saint-Max a appris par des journalistes qu'il avait été sanctionné mardi soir par son parti, une suspension qui n'a toujours pas été notifiée à l'intéressé « je n'ai aucun contact avec mon parti » souligne amèrement Eric Pensalfini qui déposera la semaine prochaine sa candidature  à la préfecture « je suis convaincu que je suis le bon candidat pour cette circonscription, je suis légitime. »

Mais ce dernier s'attendait à la punition à laquelle tenait très fortement Laurent Hénart au nom du respect des accords passés avec Les Républicains. Alors le Vice-président du Grand Nancy qui considère « comme une injustice profonde » sa suspension a transmis à Bernard Accoyer, secrétaire général LR, une lettre dans laquelle il annonce se mettre en congé de son parti durant les élections législatives « cela veut dire que je n'appartiens plus aux Républicains, je désire prendre du recul, je me sens du côté d'une droite populaire et proche des gens. »

Pour autant, en cas de victoire, Eric Pensalfini assure qu'il s'inscrira dans le projet de « la majorité pour la France » mené par François Baroin. Un geste envers les nombreux militants LR soutiens du maire de Saint-Max qui considère que « tant que le match n'est pas fini, je vais me battre, mais après c'est terminé, il y a des choses qui ne s'oublieront pas, mais il faut avancer et je compte le faire avec ma famille politique, et puis je ne suis pas rancunier, la preuve avec Anne-Sophie Gavriloff ( son adjointe au maire qui est suppléante de Mostafa Fourar) je n'ai pas encore pris de décision à son sujet. » 

Une fidélité que le vice-président du Grand Nancy oppose à celle de Laurent Hénart accusé « d'une campagne multicarte, après je rejette Fillon je reviens vers Fillon, il vient d'affirmer haut et fort son soutien à Emmanuel Macron, ça veut dire quoi derrière ? Et son candidat Mostafa Fourar comment il se situe ? Qui peut donner des garanties pour demain ? » Et clairement Eric Pensalfini ne digère toujours pas la volte-face de son parti concernant son investiture « le parti donne 10 000 euros à Mostafa Fourar pour sa campagne, les militants et moi-même payons pour voir investi un garçon qui n'est même pas encarté. »